Afrique du Sud : gouvernement de coalition, 12 ministères d’opposition

En Afrique du Sud, l’opposition obtient douze ministères au sein du gouvernement de coalition inédit annoncé par le président Cyril Ramaphosa dimanche 30 juin.

 

Sur 32 ministères, le Congrès national africain (ANC) qui a régné sur le pays depuis la fin de l’apartheid mais a perdu sa majorité absolue au Parlement pour la première fois à l’issue des élections fin mai, conserve la part belle avec vingt postes dont les Finances, l’Energie, les Affaires étrangères, la Police et la Justice.

 

Après des négociations qui ont duré plusieurs semaines, le chef du premier parti d’opposition l’Alliance démocratique (DA) qui prône une libéralisation de l’économie, John Steenhuisen, 48 ans, est entré au gouvernement comme ministre de l’Agriculture.

 

Son parti détient six portefeuilles dont l’Environnement, les Travaux publics ou encore l’Éducation. Saluant le début d’un « nouveau chapitre pour l’Afrique du Sud », la DA s’est engagée dans un communiqué à une « bonne gouvernance » et une « tolérance zéro à l’égard de la corruption ».

 

Cinq petits partis entrent aussi au gouvernement dont le parti nationaliste zoulou Inkhata, le parti identitaire blanc FF Plus et l’Alliance patriotique anti-immigrés.

« La mise en place d’un gouvernement d’union nationale sous sa forme actuelle est sans précédent dans l’histoire de notre démocratie », a déclaré M. Ramaphosa à la télévision. À 71 ans, le chef d’État a été investi la semaine dernière pour un deuxième mandat de cinq ans.

Lire aussi :  Afrique du Sud : plus de 30 morts dans des manifestations contre l’arrestation de Jacob Zuma

 

La priorité de ce nouveau gouvernement sera de rendre « une croissance économique rapide » à la première puissance industrielle africaine et « la création d’une société plus juste en s’attaquant à la pauvreté, aux inégalités et au chômage », a souligné M. Ramaphosa.

 

Ce gouvernement a été composé pour que « tous les partis soient en mesure de participer de manière significative à l’exécutif », a-t-il poursuivi.

 

«Alliance gouvernementale»

 

La formation inédite du nouveau gouvernement est le résultat de la cuisante débâcle de l’ANC aux élections législatives du 29 mai.

 

Sanctionné dans les urnes dans un contexte économique en berne, un chômage endémique et une pauvreté grandissante, le parti historique n’a remporté que 40% des voix, ne conservant plus que 159 sièges de députés sur 400. La DA a remporté 87 sièges (21,8%).

 

Le petit parti de l’ex-président Jacob Zuma, créé quelques mois avant le scrutin, a fait une percée en gagnant 58 sièges, devant ainsi la troisième force politique du pays. Le mouvement dirigé par le sulfureux leader de 82 ans, déclaré inéligible et encore jugé pour corruption, a refusé d’entrer dans une coalition menée par l’ANC.

Lire aussi :  Afrique du Sud : près de cinq morts dans le crash d’un avion de police

 

Tout comme les Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale, 39 députés), qui ont juré d’« écraser » l’alliance gouvernementale « dirigée par des blancs », en référence à la DA qui peine à se départir de sa réputation de parti au service de la minorité blanche.

 

Ces dernières semaines, d’intenses négociations à huis clos se sont tenues entre l’ANC et la DA. Au début du mois, après une réunion au sommet des cadres de l’ANC, M. Ramaphosa avait appelé à l’ancien « gouvernement d’union nationale ».

 

Mais depuis, les discussions bloquaient autour du nombre et de la nature des ministères qui seraient concédés à l’opposition, qui en réclamait une dizaine, selon des informations ayant fuité dans la presse locale.

 

L’ANC avait fustigé des « demandes farfelues et scandaleuses de postes ministériels » et taxé sans le nommer la DA de faire passer des informations aux médias pour parvenir à ses fins. Au total, nos partis ont signé un accord pour la formation d’un gouvernement de coalition. Cyril Ramaphosa doit présenter les orientations de son nouveau gouvernement à l’ouverture du Parlement le 18 juillet.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

J.O Paris 2024… (Carnet de Christian Gombo)

Six athlètes congolais, qui sont obligés de vivre l'article 15, l'article qui fait vivre toute une République, l'article que nous avons hérité de papa...

Congo : taux d’analphabétisme élevé chez les demandeurs d’emplois au CHU de Brazzaville

Une enquête de l’Inspection générale de la santé de la République du Congo menée de décembre 2020 à février 2021, en marge des recrutements...

RDC/Exetat 2024 : résultats attendus cette semaine

En RDC, la publication de résultats des Examens d'État édition 2024 doit débuter à partir du 24 juillet, selon l'inspecteur général de l'Education nationale...

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Sur le même thème

Ouganda : la police encercle le siège du parti de Bobi Wine

A la veille d’une journée de manifestation contre la corruption prévue ce mardi 23 juillet, Bobi Wine, figure voyante de l’opposition en Ouganda, a...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Kenya : William Ruto est-il dans une impasse politique ? 

Face à l'impasse politique, le président William Ruto veut arrêter les manifestations contre le gouvernement.   Il promet que ces activités doivent s'arrêter. Pour lui, les...

Présidentielle en Tunisie : Kaïs Saïed veut rempiler

En Tunisie, le président Kaïs Saïed entend briguer un second mandat lors de la présidentielle prévue en octobre prochain.   Dans une vidéo publiée sur la...

Guerre au Soudan : les Emirats Arabes Unis apportent son soutien pour mettre fin à la...

Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, président des Emirats Arabes Unis, veut apporter son soutien au Soudan pour mettre à la crise dans le...