Afrique du Sud : l’ANC va se réunir pour évoquer l’avenir de Cyril Ramaphosa

Lire aussi

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid, prévoit de se réunir une nouvelle fois ce dimanche pour discuter de l’avenir du président Cyril Ramaphosa, entaché par un scandale.

Le tout-puissant Comité exécutif national (NEC) à la tête du parti s’était déjà très brièvement retrouvé vendredi à Johannesburg, avant d’expliquer à la presse vouloir d’abord examiner de plus près les faits dans l’affaire visant le président.

Il se réunira de nouveau dimanche à 12h00 GMT, a annoncé ce samedi 3 décembre le parti dans un bref communiqué.

Depuis juin, M. Ramaphosa est gêné par le dévoilement d’un cambriolage en février 2020 dans l’une de ses luxueuses propriétés, qui a révélé la présence de 580.000 dollars en liquide camouflés sous les coussins d’un canapé.

Le président, qui a amassé une immense fortune avant de revenir à la politique et qui se passionne pour le bétail, prétend que ces sommes sont liées à la vente de vingt buffles à un homme d’affaires soudanais.

Mais une commission parlementaire a estimé mercredi qu’il « a pu commettre » des actes contraires à la loi et la Constitution, ouvrant la voie à une procédure de destitution qui pourrait être votée mardi au Parlement.

La presse sud-africaine reste confiante sur les chances de M. Ramaphosa, président très populaire auprès de l’opinion bien plus que son parti, de se maintenir à son poste, ayant reçu ces derniers jours de nombreux soutiens au sein de l’ANC et au-delà.

Majoritaire au Parlement depuis 1994, l’ANC, un parti plombé par la corruption et une guerre de factions, choisit le chef de l’Etat depuis l’avènement de la démocratie sud-africaine.

Une enquête de police se poursuit au sujet de l’affaire de Phala-Phala, du nom de la propriété de M. Ramaphosa.

La Rédaction

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

L’Érythrée qualifie de « chimère » les accusations de violations des droits de l’Homme au Tigré

Le président érythréen Issaias Afeworki a rejeté jeudi les accusations de violations des droits de l'Homme par son armée...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img