Angola: Bras de fer entre le gouvernement et la population

Depuis quelques semaines en Angola, les manifestations contre le pouvoir se succèdent. En cause? La population dénonce le taux élevé du chômage, la corruption, la pauvreté et la mégestion, des fléaux qui gangrènent le pays actuellement. Les jeunes angolais se sont donc révoltés contre le gouvernement à travers des manifestations.

La semaine dernière, les manifestants étaient dans les rues de Luanda, capitale de l’Angola, pour protester contre le gouvernement.

La police avait violemment dispersé les manifestants avec des gaz lacrymogènes et des tires à balles réelles, a rapporté l’Agence France Presse.

Les protestataires sont soutenus par l’Unita, principal parti d’opposition de l’ancien chef rebelle Jonas Savimbi. Les manifestants demande également la tenue d’élections locales, reportées à cause de la pandémie de coronavirus.

Lire aussi :  Présidentielle en Angola : Adalberto Costa Junior, investi président de l’Unita

Perte d’espoir

En 2017, le président Joao Lourenco succède à José Eduardo Dos Santos en faisant renaître l’espoir d’un changement. L’actuel Président angolais avait promis de lutter contre la corruption en Angola et de changer le système. Le gouvernement actuel est jugé incapable de tenir ses promesses; notamment mettre fin à la corruption et relancer l’économie.

Un sondage publié le mois dernier par la société de renseignement économique ExxAfrica montrait que les deux tiers des Angolais étaient mécontents de leur gouvernement et pessimistes à propos de leur avenir dans le pays.

Plus de 70% des personnes interrogées disaient aussi ne pas se sentir en sécurité et s’inquiétaient des violences policières grandissantes. L’ONG Amnesty International a appelé les autorités angolaises à respecter «la liberté d’expression et de réunion pacifique».

Lire aussi :  COVID-19 : l’Angola reçoit un crédit de la Banque mondiale pour l'achat de vaccins

Inès Kayakumba

Les plus lus

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

L’Italie et la Tunisie font bloc pour lutter contre l’immigration clandestine

En séjour à Tunis, capitale de la Tunisie, Giorgia Meloni, Première ministre italienne, a échangé avec le président Kais Saied pour renforcer la coopération...

Vers une baisse à 35% de la masse salariale au Kenya ?

Au Kenya, le gouvernement prévoit de réduire la masse salariale de 43% actuellement à 34% d’ici à l’année 2028.   « Il est impératif de mettre...

Au Soudan, des combats entre l’armée et les forces paramilitaires ensanglantent le Darfour

Au Soudan, près de vingt-cinq personnes ont péri dans des combats entre l’armée et les Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) à el-Facher, situé...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Au Soudan, une génération d’enfants «détruite» en une année de guerre

Amna Ishaq, déplacée du Darfour, ne nourrit plus ses enfants « qu'une fois par jour, voire pas du tout ». Après une année de guerre au...