Au Bénin, trois Nigérians condamnés sur fond de brouille entre Niamey et Cotonou

Lundi 17 juin, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a condamné trois ressortissants nigériens à dix-huit mois de prison avec sursis, alors que le Bénin et le Niger sont en brouille diplomatique.

 

En fait, cette juridiction a suivi les réquisitions du procureur lors de cette audience qui a duré une bonne partie de la journée. Moumouni Hadiza Ibra, directrice générale adjointe de la société pétrolière Wapco-Niger, et ses deux coaccusés étaient sur le banc des accusés.

 

Le 5 juin dernier, ils ont été arrêtés sur le port béninois de Sème-Kpodji, où se trouve le lieu de chargement du pétrole nigérien pour l’exportation. Mais les deux autres avaient été relâchées vendredi.

Lire aussi :  Energie : le Maroc vante son projet de gazoduc avec le Nigeria contre le concurrent algérien

 

La justice béninoise les a inculpés, dans un premier temps, pour fausse attestation et usage de fausse attestation. Puis, la Criet a requalifié les faits en « usurpation de titre et usage de données informatiques falsifiées ». A la barre, Moumouni Hadiza Ibra a plaidé non coupable. D’après elle, son équipe était venue dans le cadre du chargement du deuxième navire de pétrole avec une autorisation du ministère des Mines et de l’Eau béninois.

 

Cet épisode constitue une escalade dans les tensions entre les deux voisins. Le lendemain de l’arrestation de ces ressortissants nigériens, Niamey avait coupé les vannes de l’oléoduc qui achemine le pétrole du nord-est nigérien vers le Bénin et dénoncé un « kidnapping ».

Lire aussi :  Zambie : le gouvernement prolonge les subventions aux carburants

 

Pourtant, ce pétrole est essentiel pour les économies des deux pays et pour l’entreprise chinoise Wapco qui l’exploite. Un premier navire avait été chargé mi-mai, mais plus rien depuis.

 

Depuis l’éviction de Mohamed Bazoum, ancien président nigérien, les relations entre le Bénin et le Niger ne naviguent pas sur un fleuve tranquille. Malgré la levée des sanctions de la Communauté économique ouest-africaine (Cédéao), Niamey refuse de rouvrir sa frontière avec Cotonou plusieurs mois après le coup d’Etat. Il accuse son voisin d’abriter des « bases françaises » qui entraîneraient des terroristes. Mais les autorités béninoises et françaises ont rejeté ces accusations.

 

La Rédaction

Les plus lus

J.O Paris 2024… (Carnet de Christian Gombo)

Six athlètes congolais, qui sont obligés de vivre l'article 15, l'article qui fait vivre toute une République, l'article que nous avons hérité de papa...

Congo : taux d’analphabétisme élevé chez les demandeurs d’emplois au CHU de Brazzaville

Une enquête de l’Inspection générale de la santé de la République du Congo menée de décembre 2020 à février 2021, en marge des recrutements...

RDC/Exetat 2024 : résultats attendus cette semaine

En RDC, la publication de résultats des Examens d'État édition 2024 doit débuter à partir du 24 juillet, selon l'inspecteur général de l'Education nationale...

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Sur le même thème

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

Au Kenya, la justice prolonge la détention de Jumaisi Khalusha

La détention de Jumaisi Khalusha, soupçonné de plusieurs meurtres, a été prolongée de trente jours par le tribunal de Makadara mardi 16 juillet.   Il s’agit...

Angola : José Filomeno, fils de l’ancien président, de nouveau condamné ?

En Angola, la Cour suprême a confirmé la condamnation de José Filomeno, fils de l’ancien président José Eduardo dos Santos, à 5 ans de...

Tunisie : une éminente avocate critique du président condamnée à un an de prison

Sonia Dahmani, éminente avocate tunisienne connue pour ses critiques à l'égard du président Kaïs Saïed, a écopé d’une peine d’un an de prison.   Sami Ben...

RDC : «il n’y a plus une poursuite contre Salomon Kalonda…» (Hervé Diakiese)

En RDC, la Cour militaire de Kinshasa/Gombe s’est déclaré incompétente à juger Salomon Idi Kalonda, conseiller spécial de Moïse Katumbi, président d’Ensemble pour la...