Au Cameroun, les autorités mettent en garde les groupes d’opposition avant les élections

Le gouvernement camerounais a qualifié deux groupes de coalition politique de « caractère illégal » et les a avertis de suspendre leurs activités dix-huit mois avant l’élection présidentielle.

 

Les ONG internationales accusent le régime du président Paul Biya, qui dirige d’une main de fer depuis plus de 41 ans, de réprimer systématiquement l’opposition. « L’Alliance politique pour le changement (APC) et l’Alliance pour la transition politique au Cameroun (ATP) ne sont pas des partis politiques au sens de la loi », a déclaré Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale, dans un communiqué.

 

D’après ces mouvements clandestins ne peuvent exercer aucune activité politique. « Malgré le caractère illégal de ces mouvements, leurs promoteurs organisent des réunions, des conférences de presse et des consultations en vue de recruter de nouveaux membres », a-t-il expliqué.

Lire aussi :  Cameroun : les Lions indomptables ont-ils les armes pour dompter leurs adversaires ?

 

Le communiqué exprime également son inquiétude face aux « pseudo-associations à l’approche de l’élection présidentielle de 2025 ». L’APC a rejeté ce qu’elle a qualifié de « curieuses menaces », dans une « déclaration qui indique la panique ».

 

L’alliance s’est déclarée « prête à affronter les élections de manière victorieuse » l’année prochaine.

 

L’APC, dirigée par l’ancien député Jean Michel Nintcheu, a été créée en décembre lors d’un congrès du principal parti d’opposition, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), qui a soutenu Maurice Kamto à la présidence lors du scrutin de 2018.

 

Kamto est arrivé deuxième et a qualifié la réélection de Biya de fraude. Il a été emprisonné sans procès l’année suivante, après avoir organisé des manifestations pacifiques. Le mouvement a boycotté les élections législatives de 2018 et a vu, au cours des deux années suivantes, 700 de ses partisans emprisonnés, dont Kamto.

Lire aussi :  CHAN Algérie 2022 : le Mali attendu, le Cameroun ambitieux, le Ghana trébuche

 

La plupart ont été libérés après huit mois de détention sans procès, mais 47 ont été emprisonnés par un tribunal militaire en 2021 – 44 sont toujours en prison aujourd’hui.

 

Le groupe de défense des droits Amnesty International a accusé l’année dernière le régime de Biya, âgé de 91 ans, d’avoir utilisé des tribunaux militaires pour arrêter arbitrairement l’opposition, des civils, des journalistes et des personnalités de la société civile sous prétexte qu’ils avaient commis des actes terroristes.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

DRC Mining Week 2024: Déficit de l’énergie en RDC, Hugo Sinza de TFM propose des actions...

Le déficit en énergie pose de plus en plus problème à l'industrie en général et à l'industrie minière en particulier. La DRC Mining Week...

Sur le même thème

Au Malawi, Lazarus Chakwera nomme un nouveau vice-président

Au Malawi, le président Lazarus Chakwera a nommé Michael Usi comme vice-président après la mort de son prédécesseur dans un accident d'avion, a annoncé...

Kenya : un mort dans une manifestation contre les nouvelles taxes

Jeudi 20 juin, un manifestant a été tué lors d’une manifestation contre le projet de budget du gouvernement prévoyant d’instaurer de nouvelles taxes, selon...

Burkina Faso : «…On ne recule pas, on n’abandonne pas» (Ibrahim Traoré)

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, se montre rassurant deux après que l’armée a démenti toute « mutinerie » dans des...

Burkina Faso : conseil des ministres à Ouagadougou en présence du capitaine Traoré

Ce jeudi 20 juin, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, a présidé un conseil des ministres à Ouagadougou, selon la présidence, deux...

Sénégal-France : Bassirou Diomaye et Emmanuel Macron, un déjeuner pour faire connaissance

En séjour à Paris où il participe au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales ce jeudi 20 juin, le président Bassirou Diomaye...