Au Gabon, sept mois après le coup d’Etat, des assises pour préparer des élections

Sept mois après le coup d’Etat militaire ayant mis fin à 55 ans de « dynastie Bongo », le nouvel homme fort du Gabon, le général Brice Oligui Nguema, lance mardi un Dialogue national inclusif (DNI) d’un mois, censé préparer des élections en 2025.

 

Le respect, jusqu’ici, d’un calendrier de deux ans pour rendre le pouvoir aux civils est apprécié par la communauté internationale et une grande majorité des Gabonais, pour qui le président de transition Oligui est un « héros » qui les a sauvés d ‘un régime « corrompu ».

 

Mais des voix s’élèvent pour fustiger un dialogue « entre soi » qui ouvre une voie royale au général vers la présidentielle.

 

La cérémonie d’ouverture de cette « consultation de toutes les forces vives de la nation » doit avoir lieu au Palais des Sports, au centre de Libreville, mais les travaux des 580 participants nommés par M. Oligui débuteront mercredi au Stade de l’Amitié sino-gabonaise à Angondjé, dans la banlieue de la capitale.

 

Ces dernières semaines, les appels à reporter le DNI étaient quasi quotidiens dans la presse indépendante et dans la petite frange de l’ex-opposition qui n’a pas rallié le pouvoir militaire.

 

Organisation «unilatérale»

 

En cause, d’abord, une organisation « unilatérale » et la part belle, parmi les 580 participants, faite aux militaires et aux institutions de transition nommées par le chef de l’Etat : gouvernement, députés, sénateurs, certains conseils municipaux et départementaux, etc.

Lire aussi :  La Cédéao veut soutenir la transition en Guinée

 

Si l’on inclut les 104 militaires nommés par le général Oligui, plus de 300 participants sont de facto issus d’administrations et d’institutions nommées par ou favorables aux autorités militaires de transition. Dans lesquels ont été maintenus de très nombreux caciques des régimes d’Omar Bongo, président pendant 41 ans, et de son fils Ali (plus de 14 ans).

 

Ce dernier, qui avait réussi à son père en 2009, a été renversé par les militaires qui reprochaient à son entourage familial et proche d’avoir fraudé sans retenue à la présidentielle du 26 août et d’avoir pillé le pays en détournant massivement des fonds publics.

 

Le chef de l’Etat a également choisi, pour participer au DNI, une parmi quatre personnes proposées par chacun des 104 partis légalement reconnus, dont une immense majorité a fait allégeance au général.

 

Sur 580 participants, reste donc 217 représentants de la société civile (patronat, syndicats, retraités, jeunes, handicapés, ONG, cultes…), tous également nommés par décret du président mais pas nécessairement tous dans son camp.

 

Cette procédure de désignation « n’est pas respectueuse de la démocratie », s’insurge Anges Kevin Nzigou, un virulent opposant aux régimes Bongo et Oligui, secrétaire exécutif du Parti pour le changement (PLC), pour qui le pouvoir militaire « démontre sa volonté de contrôler de bout en bout le débat ».

Lire aussi :  Le Soudan dans la tourmente

 

« Organiser un dialogue et choisir qui vient, c’est un peu comme avoir défini ce qui va être dit », renchérit Guy Pambo Mihindou, chercheur en sciences politiques à l’université de Libreville.

 

Les modalités de consultation du peuple promises par le général Oligui, au moyen d’un appel à contribution lancé en octobre jusqu’aux villages les plus reculés, sont également discutées.

 

Pas contraignant

 

Selon le gouvernement, 38.000 doléances et suggestions ont été recueillies parmi les 2 millions d’habitants de ce petit pays d’Afrique centrale riche en pétrole. Elles devaient être synthétisées pour servir de base aux travaux du DNI, mais aucune synthèse n’a été publiée à ce jour.

 

Le dialogue national n’étant pas « souverain », ses résolutions ne seront pas contraignantes, considèrent aussi ses détracteurs, notamment pour la nouvelle Constitution qui sera élaborée par les députés et sénateurs nommés par le général Oligui et soumis à référendum.

 

Enfin, les chagrins se concentrent sur l’avenir du chef de l’Etat : la charte de transition dictée après le putsch interdit la présidentielle de 2025 à tous les cadres des institutions de transition, à l’exception… du président Oligui.

 

Un DNI « phagocyté » par les thuriféraires du régime militaire ne remettra pas en cause cette disposition, considère l’opposition et les médias non gouvernementaux.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

…la marmite des esclaves…(Carnet de Christian Gombo)

…pour mieux voir Moanda, cette ville-fleuve, ville-océan, oui Moanda, ville-poisson, ville-crabe, ville-crevette, ô Moanda ville-pétrole, ville-plage, ville-sable, sable mouvant, sable riant, sable coulant, sable...

Sur le même thème

Au Malawi, Lazarus Chakwera nomme un nouveau vice-président

Au Malawi, le président Lazarus Chakwera a nommé Michael Usi comme vice-président après la mort de son prédécesseur dans un accident d'avion, a annoncé...

Kenya : un mort dans une manifestation contre les nouvelles taxes

Jeudi 20 juin, un manifestant a été tué lors d’une manifestation contre le projet de budget du gouvernement prévoyant d’instaurer de nouvelles taxes, selon...

Burkina Faso : «…On ne recule pas, on n’abandonne pas» (Ibrahim Traoré)

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, se montre rassurant deux après que l’armée a démenti toute « mutinerie » dans des...

Burkina Faso : conseil des ministres à Ouagadougou en présence du capitaine Traoré

Ce jeudi 20 juin, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, a présidé un conseil des ministres à Ouagadougou, selon la présidence, deux...

Sénégal-France : Bassirou Diomaye et Emmanuel Macron, un déjeuner pour faire connaissance

En séjour à Paris où il participe au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales ce jeudi 20 juin, le président Bassirou Diomaye...