Au large de la Corne de l’Afrique, le spectre d’un réveil de la piraterie somalienne

Un navire arraisonné, emmené avec son équipage en Somalie et depuis, aucune nouvelle : l’attaque le 14 décembre du vraquier MV Ruen a réveillé le spectre de la piraterie qui a semé la terreur au large de la Corne de l’Afrique entre 2005 et 2012.

 

Cette attaque menée à 380 milles marins (700 km) à l’est de l’île yéménite de Socotra est le premier détournement réussi par des pirates somaliens depuis celui du tanker Aris 13 en 2017, lui-même inédit depuis 2012.

 

Elle est le cas le plus extrême d’une menace qui s’est accrue dans cette zone de l’océan Indien, sur une route commerciale majeure, soulignent des experts interrogés par l’AFP, qui jugent toutefois une résurgence à grande échelle peu probable.

 

Depuis mi-décembre, l’agence de sécurité maritime britannique (UKMTO) a recensé six incidents au large des côtes somaliennes, allant de l’approche par des hommes armés (AK-47, lance-roquettes) au détournement de navire.

 

La tendance s’est amorcée l’an dernier. En 2023, le pôle d’expertise français de sûreté maritime MICA Center avait relevé 9 incidents de piraterie au large de la Somalie, une « nouveauté » depuis plusieurs années.

 

Les actes les plus significatifs « se sont concentrés sur la fin de l’année, presque de manière concomitante à ce qui s’est passé dans la partie mer Rouge, golfe d’Aden et Bab el-Mandeb », détaille à l’AFP le capitaine de frégate Éric Jaslin, commandant du MICA Center.

 

Depuis mi-novembre, les rebelles yéménites Houthis mènent des attaques dans cette zone sur des navires liés à Israël, en représailles à sa guerre menée contre le Hamas à Gaza après l’attaque du 7 octobre. « Presque au même moment, on a commencé à observer des phénomènes de piraterie contre des boutres au large du Puntland », souligne Eric Jaslin.

 

Cette région somalienne à la pointe de la Corne de l’Afrique, baignée au nord par le golfe d’Aden et à l’est par l’océan Indien, est un repaire historique de piraterie.

Lire aussi :  Golfe de Guinée : le Danemark libère trois présumés pirates nigérians

 

«Terrain de chasse»

 

« Plusieurs détournements de dhows (boutres typiques de l’océan Indien) l’an dernier ont alerté certains observateurs sur le fait que des groupes de pirates somaliens pourraient être en train de se rééquiper avec des moyens permettant des attaques loin en mer », souligne Timothy Walker, chercheur à l’Institut des études de sécurité (ISS).

Selon le modus operandi traditionnel des pirates, la saisie de bateaux de pêche (boutres motorisés, chalutiers) pouvant parcourir de grandes distances permet d’obtenir un « vaisseau-mère », d’où sont ensuite lancées des opérations avec des embarcations plus maniables.

 

Avec les attaques houthis, « beaucoup de navires ralentissent (à l’approche de la Corne de l’Afrique, ndlr), attendant des instructions pour passer ou non par la mer Rouge. Ça crée un terrain de chasse », souligne Timothy Walker. Ce « terrain de chasse » s’est ouvert avec le déplacement de certaines forces navales de l’océan Indien vers la mer Rouge.

 

Des élections sensibles en décembre/janvier au Puntland ont également détourné l’attention des forces de sécurité locales des côtes vers l’intérieur des terres, souligne Omar Mahmood, chercheur à l’International Crisis Group. « Ces deux raisons, sur terre et en mer, ont fourni une opportunité pour ces groupes criminels qui ont toujours été là », ajoute-t-il. La Force de police maritime du Puntland (PMPF) n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

 

Conflits de pêche ou piraterie ?

 

A Eyl, fief pirate du Puntland, on estime que ces attaques sont exagérées. Les habitants reconnaissent des incidents liés à la pêche illégale, problème récurrent dans l’océan Indien. De nombreux bateaux venus notamment d’Asie du Sud-Est, d’Iran, voire d’Europe viennent pêcher sans autorisation dans ces eaux, épuisant une des rares sources de revenus des habitants.

 

« La raison pour laquelle les pirates réapparaissent est la pêche illégale généralisée sur la côte », affirme Ahmed Abdi Nuh, un chef coutumier.

Lire aussi :  Somalie : l’armée neutralise une dizaine de terroristes d’Al-Shebab

 

Même si elles ne visent pas des navires de commerce, les attaques sur des bateaux de pêche peuvent relever de la piraterie, selon la définition de l’ONU. Cet « argument de type Robin des Bois, selon lequel ils combattent la pêche illégale » a souvent été utilisé par le passé par les pirates capturés, souligne Timothy Walker.

 

Entre le 29 janvier et le 2 février, quatre bâteaux de pêche ont été libérés par les marines indienne et seychelloise après avoir été détournés, parfois à plus de 800 milles marins (1.500 km) des côtes. « Plus on s’éloigne de la Somalie, moins il est probable qu’il y ait une connexion avec un scénario de pêche », estime Hans Tino Hansen, PDG de la société danoise de renseignement et sécurité maritimes Risk Intelligence.

 

Dissuasion

 

Ces attaques n’augurent pas pour autant d’un retour en force des pirates somaliens, estiment les experts interrogés, soulignant l’importance de la réponse des forces internationales pour dissuader toute amplification du phénomène.

 

Après un pic en 2011, les actes de piraterie ont fortement diminué avec le déploiement de batiments de guerre internationaux (opération « Atalanta » de l’UE, force internationale CTF-151, marine indienne…), la création de la PMPF ou l’installation de gardes armés à bord de navires commerciaux.

 

Ces opérations militaires sont toujours en place et, contrairement aux années 2000, les navires marchands sont conscients des risques et rompus aux procédures de sécurité. Pour Omar Mahmood, « il s’agit plus probablement d’une flambée que d’une résurgence à grande échelle ».

 

A Eyl, on ne croit pas à un retour à « l’âge d’or » de la piraterie. « Il y a des navires de guerre qui patrouillent en mer », souligne Ahmed Siyad, un pêcheur : « Je ne pense pas qu’un pirate sensé prendrait ce risque ».

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : des mouvements citoyens appellent à la libération de Fortifi Lushima

Ce mercredi 17 juillet, la Dynamique des mouvements citoyens congolais appelle à la libération immédiate de Fortifi Lushima, coordonnateur national d’Urgences panafricanistes.   Il est porté...

Gabon/Football : Pierre-Emerick Aubameyang quitte l’OM

Arrivé l'été dernier en provenance de Chelsea, Pierre-Emerick Aubameyang, attaquant gabonais, a annoncé son départ de l'Olympique de Marseille (OM).   Un an après son retour...

Face au flux de migrants, la Tunisie appelle à plus d’aide financière des pays européens

Alors que le flux de migrants ne cesse d’accroître, Ahmed Hachani, Premier ministre tunisien, appelle, mercredi 18 juillet, les pays européens à apporter davantage...

Est de la RDC : Washington prolonge de la trêve humanitaire de 15 jours

Mercredi 17 juillet, la Maison-Blanche a prolongé de quinze jours la trêve humanitaire dans l'Est de la RDC dans le cadre des efforts visant...

RDC/Football : quel bilan pour les Léopards dames après le stage au Sénégal ?

Si les Léopards dames se sont inclinés de la double confrontation avec les Lionnes de la Teranga (1-0 et 2-0), ce stage à Thiès...

Sur le même thème

RDC/Ituri : quatre civils échappent entre les mains des ADF à Mambasa

Kidnappés, quatre civils ont réussi à s’échapper de mains des combattants présumés des rebelles ADF, affiliés à l’Etat islamique (EI), dans le territoire de...

Est de la RDC : Washington prolonge de la trêve humanitaire de 15 jours

Mercredi 17 juillet, la Maison-Blanche a prolongé de quinze jours la trêve humanitaire dans l'Est de la RDC dans le cadre des efforts visant...

Niger : au moins sept morts dans une attaque d’hommes armés

Des hommes armés ont tué près de sept civils dans la région de Tillabéri, située dans la zone dite de trois frontières entre le...

Face au flux de migrants, la Tunisie appelle à plus d’aide financière des pays européens

Alors que le flux de migrants ne cesse d’accroître, Ahmed Hachani, Premier ministre tunisien, appelle, mercredi 18 juillet, les pays européens à apporter davantage...

Kenya : nouveau contingent de 200 soldats en Haïti pour rétablir la paix

Un nouveau contingent d'au moins deux-cent soldats kényans est en Haïti, où ils doivent participer dans le cadre d’une mission internationale à la lutte...