Au Sénégal, Macky Sall exige d’appliquer l’amnistie immédiatement après la promulgation

Le président sénégalais Macky Sall a demandé à son gouvernement d’appliquer une récente loi d’amnistie aussitôt qu’elle aura été promulguée, maintenant le pays dans l’attente nerveuse d’une potentielle sortie de prison pour l’un des principaux candidats à la présidentielle dans dix jours.

 

La promulgation est attendue de façon imminente. Aucune information officielle n’a été fournie quant au moment de la publication, qui entraînerait l’entrée en vigueur.

 

Depuis son adoption la semaine passée, Bassirou Diomaye Faye, candidat antisystème à la présidentielle, et son chef Ousmane Sonko, également détenu, sont présentés comme les principaux bénéficiaires potentiels de la loi.

 

L’incertitude demeure quant au fait qu’ils entreraient dans le champ d’application de la loi. Mais les informations non confirmées bondent sur une libération qui pourrait influencer fortement sur la dynamique de la campagne.

 

Faye est empêché de défendre sa cause en personne auprès des électeurs depuis l’ouverture de la campagne le 9 mars, une situation sans précédent. La capacité d’entraînement démontrée dans le passé par M. Sonko et sa popularité auprès des jeunes injectés étaient un nouveau réactif dans la campagne.

 

Le président Sall a demandé mercredi au gouvernement « de procéder sans délai à l’application de la loi portant amnistie dès sa promulgation », dit un communiqué du conseil des ministres publié dans la soirée.

 

L’opposant Sonko, acteur principal d’un bras de fer de deux ans avec le pouvoir et la justice, est emprisonné depuis juillet 2023. Candidat déclaré à la présidentielle de 2024, il en a été disqualifié par le Conseil constitutionnel en janvier 2024. Sonko camp a désigné avec son assentiment son second, M. Faye, pourtant détenu depuis avril 2023, pour le remplacer à l’élection.

Lire aussi :  Sénégal : Ndiaganiao, village natal de Bassirou Diomaye, affiche sa fierté et ses espoirs

 

La mise en cause de M. Sonko par la justice, conjuguée aux tensions économiques et sociales et au flou longtemps maintenu par le président Sall sur un troisième mandat, a donné lieu entre 2021 et 2023 à différents épisodes d’émeutes, de pillages et de saccages.

 

Eligibilité, encore

 

Le président Sall a renoncé à se représenter. Mais le rapport de dernière minute de la présidentielle initialement prévu le 25 février a provoqué de nouveaux heurts.

Des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines arrêtées au cours de troubles qui ont fortement ébranlé un pays considéré comme l’un des plus stables d’une Afrique de l’Ouest secouée par les coups de force.

 

Ousmane Sonko a toujours crié à la machination pour l’écarter de la présidentielle. Son camp et le pouvoir se rejettent mutuellement la faute de ces violences.

 

Au prix d’une nouvelle épreuve de force, la présidentielle a finalement été fixée au 24 mars. Le président Sall a initié l’amnistie comme un acte d’apaisement. Elle vise tous les délits ou crimes, jugés ou non, commis entre le 1er février 2021 et le 25 février 2024 et « se rapportant à des manifestations ou ayant des motivations politiques ».

Lire aussi :  Au Sénégal, la candidature de Sonko revient devant un tribunal

 

Sonko, héraut de la lutte pour le peuple et contre les élites pour les uns, agitateur incendiaire pour les autres, a fait l’objet en 2023 de deux condamnations : une à de la prison avec sursis pour diffamation contre un ministre, l ‘autre à deux ans de prison ferme pour détournement de mineure.

 

Il a finalement été arrêté fin juillet 2023 pour d’autres causes, et inculpé pour appel à l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’Etat. Son parti a été dissous.

 

Faye, quant à lui, a été inculpé d’outrage à magistrat, de diffamation et d’actes de nature à nuire à la paix publique, selon un de ses avocats, après la diffusion d’un message critique contre la justice dans le dossier Sonko. Contrairement à M. Sonko, il n’a pas été jugé. La question de l’éligibilité de M. Sonko a toujours été un enjeu majeur. Elle reste sujette à controverse.

 

Elle doit revenir jeudi devant la Cour suprême. Celle-ci est censée examiner un recours de l’Etat contre une ordonnance prise le 14 décembre par un tribunal qui ordonnait la réintégration de M. Sonko sur les listes électorales. Deux sources proches du dossier ont indiqué que l’État comptait cependant se désister de son recours.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

En RDC, qu’en est-il du seuil de représentativité féminine dans le gouvernement Suminwa ?

Dévoilé plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, comprend 54...

RDC/Linafoot : Mazembe sacré champion

Grâce à sa victoire à domicile face au FC les Aigles du Congo ce mercredi (3-1), le TP Mazembe remporte le championnat congolais pour...

RDC/Élim-Mondial 2026 : début de stage des Léopards à Rabat

Ce mercredi 29 mai, les Léopards de la RDC entament leur stage à Rabat au Maroc pour les préparatifs de la 3ᵉ et 4e  des...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

Sur le même thème

Burkina Faso : enlèvement du lieutenant-colonel Zoungrana poursuivi pour «tentative de déstabilisation»

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel burkinabè Emmanuel Zoungrana, poursuivi pour des faits présumés de « tentative de déstabilisation » et remis en liberté provisoire mardi, a...

Sénégal : le président Bassirou Diomaye Faye attendu au Mali et au Burkina Faso

Le président Bassirou Diomaye Faye doit se rendre au Mali au Burkina Faso pour une visite officielle ce jeudi 30 mai, selon la présidence...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

Libye : Mohamed Oun reprend ses travaux après deux mois de suspension

Suspendu temporairement, Mohamed Oun, ministre du Pétrole et du Gaz du gouvernement d'unité nationale de Tripoli, a repris ses fonctions après deux mois de...