Crise RDC-Rwanda : «l’ambition de Paul Kagame est de déstabiliser politiquement Félix Tshisekedi…» (Patrick Muyaya)

Lire aussi

« Pour tout ce qui concerne la démocratie, mondialement, le Rwanda est le dernier sur la liste. Le président Kagame n’a pas qualité pour faire un quelconque commentaire sur ce qui concerne les élections », a dit Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement congolais lors d’un débriefing sur la crise humanitaire à l’est du pays jeudi 1er décembre.

Une réplique aux propos du président rwandais Paul Kagame contre son homologue congolais sur la problématique des élections dans ce pays en situation d’instabilité dans sa partie Est.

« Est-ce que la liberté d’expression existe au Rwanda? Non. Est-ce qu’une liberté de manifestation existe au Rwanda? Non. Par le biais d’un référendum constitutionnel organisé en 2015, M. Kagame s’était assuré de rester au pouvoir jusqu’en 2034. Il vaut mieux d’abord qu’il regarde chez lui (…) si lui, il est en mesure de supporter une quelconque opposition à sa pensée unique », a lâché le ministre congolais.

Mercredi 30 novembre, Paul Kagame a déclaré que « le monde entier imputait la responsabilité de la crise au Rwanda, mais que c’était Félix Tshisekedi qui cherchait à tirer profit des violences avant la présidentielle prévue le 20 décembre 2023 », a-t-il déclaré.

Pour le ministre congolais de la Communication et des médias, l’ambition de Paul Kagame est de « déstabiliser politiquement Félix Tshisekedi pour qu’il ne soit pas réélu, afin d’avoir au pouvoir à Kinshasa quelqu’un qui lui permettra de continuer sa politique de pillage de l’Est du pays, riche en minerais de toutes sortes ».

Les combats dans l’est de la RDC entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 (Mouvement du 23 Mars), une ancienne rébellion tutsi, ont exacerbé les tensions avec le Rwanda voisin, que la RDC accuse d’encourager la milice. Kigali nie toute implication.

Joe Kashama

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Kenya : Fred Matiang’i demande une caution anticipée sur fond d’une prétendue perquisition chez lui

Ce jeudi 9 février, Fred Matiang'i, ancien ministre kényan de l’Intérieur, s’est présenté devant un tribunal pour obtenir une...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img