En Afrique du Sud, le parti de Jacob Zuma dans l’alliance de l’opposition  

Alors qu’il continue de contester les résultats des élections du 29 mai, Jacob Zuma, ancien président sud-africain, a annoncé le ralliement de son parti dans une alliance de l’opposition pour coordonner la résistance au gouvernement en Afrique du Sud.

 

Le député a déclaré qu’il rejoindrait un groupe parlementaire nouvellement formé comprenant plusieurs partis d’opposition, pour la plupart de gauche, représentés au Parlement. Appelé « Progressive Caucus », il est actuellement dirigé par le parti radical de gauche Economic Freedom Fighters (EFF), qui a remporté 39 sièges au nouveau parlement.

 

Malgré le « vol à la lumière du jour » des votes, les partis qui font partie de cette alliance ont obtenu environ 30 pour cent à l’Assemblée nationale, a déclaré le porte-parole du parti uMkhonto weSizwe (MK), Nhlamulo Ndhlela. Cela, a-t-il dit, « nous place dans une position très forte pour continuer à lutter pour la libération économique totale des peuples noirs et africains ».

 

Ndhlela lisait un extrait d’une déclaration au nom de l’ancien président de 82 ans. Zuma, une expression sévère sur le visage, restait assis tranquillement pendant la lecture de son discours, répondant de temps en temps aux questions de la presse.

Lire aussi :  L’Afrique du Sud expulse plus de 300 migrants mozambicains en situation irrégulière

 

« Les élections de 2024 ont été truquées », a déclaré Ndhlela. « Nous avons demandé à notre équipe juridique de prendre toutes les mesures possibles, tant en Afrique du Sud qu’à l’échelle internationale, pour garantir que justice soit rendue ». Et il a ajouté : « Au moment opportun, nous appellerons notre peuple à manifester son mécontentement face à toutes ces injustices de manière pacifique, dans la rue, au tribunal et même au Parlement jusqu’à ce que nos griefs soient pris en compte ».

 

Le député est arrivé troisième aux élections, remportant 14,6 pour cent des voix et 58 sièges parlementaires.

 

«Une alliance contre nature»

 

Vendredi, le parti a boycotté la première séance parlementaire du pays au cours de laquelle l’ennemi politique de longue date de Zuma, Cyril Ramaphosa, a été réélu président pour un second mandat.

 

Bien que le parti ait déclaré que ses députés seraient désormais présents à l’Assemblée nationale, il a également annoncé qu’il avait lancé une nouvelle action en justice pour contester les résultats « truqués » des élections.

 

Il avait déjà saisi les tribunaux pour tenter d’empêcher la réunion du nouveau parlement et déposé une plainte distincte pour des irrégularités électorales présumées. Plusieurs autres partis ont également porté plainte auprès du corps électoral du pays et déposé des plaintes juridiques.

Lire aussi :  Présidentielle en RDC : une candidature commune de l’opposition est-elle possible ?

 

Ramaphosa, qui sera investi le 19 juin, dirigera ce qu’il appelle un gouvernement d’unité nationale après que les élections de mai n’aient produit aucun vainqueur absolu. Le gouvernement d’unité nationale comprend l’Alliance démocratique (DA) de centre-droit, le Parti nationaliste zoulou Inkatha Freedom Party et d’autres groupes plus petits.

 

L’accord a reçu un accueil glacial de la part des partis d’opposition. Ndhlela, au nom du député, a dénoncé la nouvelle coalition comme une « alliance contre nature dirigée par les Blancs » qui « doit être écrasée avant de trouver ses marques ». Il a accusé l’ANC de « coucher avec les racistes ».

 

L’EFF a rejeté l’idée de travailler avec des rivaux ayant des opinions politiques radicalement différentes, comme le DA. Zuma est un rival acharné de Ramaphosa depuis qu’il a été évincé par son propre parti, le Congrès national africain (ANC), sous un nuage d’allégations de corruption en 2018 et remplacé par Rampaphosa.

Le nouvel accord gouvernemental n’a « aucun sens », a déclaré Zuma.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

J.O Paris 2024… (Carnet de Christian Gombo)

Six athlètes congolais, qui sont obligés de vivre l'article 15, l'article qui fait vivre toute une République, l'article que nous avons hérité de papa...

Congo : taux d’analphabétisme élevé chez les demandeurs d’emplois au CHU de Brazzaville

Une enquête de l’Inspection générale de la santé de la République du Congo menée de décembre 2020 à février 2021, en marge des recrutements...

RDC/Exetat 2024 : résultats attendus cette semaine

En RDC, la publication de résultats des Examens d'État édition 2024 doit débuter à partir du 24 juillet, selon l'inspecteur général de l'Education nationale...

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Sur le même thème

Ouganda : la police encercle le siège du parti de Bobi Wine

A la veille d’une journée de manifestation contre la corruption prévue ce mardi 23 juillet, Bobi Wine, figure voyante de l’opposition en Ouganda, a...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Kenya : William Ruto est-il dans une impasse politique ? 

Face à l'impasse politique, le président William Ruto veut arrêter les manifestations contre le gouvernement.   Il promet que ces activités doivent s'arrêter. Pour lui, les...

Présidentielle en Tunisie : Kaïs Saïed veut rempiler

En Tunisie, le président Kaïs Saïed entend briguer un second mandat lors de la présidentielle prévue en octobre prochain.   Dans une vidéo publiée sur la...

Guerre au Soudan : les Emirats Arabes Unis apportent son soutien pour mettre fin à la...

Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, président des Emirats Arabes Unis, veut apporter son soutien au Soudan pour mettre à la crise dans le...