Facebook a-t-il supprimé des comptes suspects à Kinshasa?

Depuis jeudi 6 août dernier, Facebook a supprimé une soixantaine de « comptes utilisateurs, pages, groupes et quelques comptes Instagram”. Selon le réseau social, ces comptes considérés comme suspects s’adonnaient à « la désinformation et la propagande politique comme des contenus ».

Parmi les comptes figure celui de Honoré Mvula, Chef du parti Force des Patriotes (FP), proche du pouvoir, et celui de Denise Dusochoy Mukendi, très actives sur les réseaux sociaux congolais.

Il est reproché à Honoré Mvula d’avoir notamment créé des faux comptes.

À Sahutiafrica, a donné sa version des faits.

Sahutiafrica: Vous êtes au cœur des attaques sur les réseaux sociaux, vous êtes vilipendé pour avoir créé des faux comptes virtuels qui proféraient de menaces, injures etc, contre ceux qui s’opposent ou critiquent l’actuel chef de l’État, pensez vous que la suppression de vos comptes est liée à votre appartenance politique ?

Honoré Mvula: Ça je ne le sais pas. Mais, je suis attaqué par quelques adversaires politiques qui  m’ont aussi attaqué, voire quelques personnes de ma famille politique du parti au pouvoir. Je suis au coeur d’une campagne de diabolisation sur les réseaux sociaux. Mon compte a été désactivé par Facebook pour des raisons que j’ignore. J’ai saisis notre gouvernement via le ministère des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication (PTNTIC), pour trouver des solutions en rapport avec mon compte.

Lire aussi :  Ethiopie : Facebook supprime un post d’Abiy Ahmed pour incitation à la violence

Il m’a mis en contact avec les personnes physiques qui représentent Facebook au niveau de l’Afrique centrale. J’ai introduit un recours pour demander des explications sur la désactivation de mon compte et surtout de ma page qui a été certifiée par lui-même Facebook. L’équipe était  entrain de travailler pour résoudre ce problème, miraculeusement j’ai été saisi par ce réseau social pour me faire savoir que mon compte a été liée à des comptes qui partageaient des fausses informations. Je n’ai jamais partagé des fausses informations. Je suis une personnalité politique et je ne me vois pas partager cela. Si Facebook pensait que je partageais des fakenews, il n’allait pas certifiée ma page.

S.A: Un média sud – africain a soutenu dans un article publié récemment que c’est vous qui avez orchestré les campagnes négatives sur facebook. Comment expliquez vous cela ?

H.M: Si Facebook savait que mon compte faisait passer des fausses informations, il n’allait pas le certifier. La  journaliste qui a publié un article m’incriminant, selon leurs investigations, elle a affirmé que je gère un réseau des gens qui partagent des fausses informations pour propulser la popularité du chef de l’Etat. Je peux vous rassurer que je suis victime d’une campagne de diabolisation. Mon soutien au chef de l’Etat, je ne le fais pas parce que je suis avec lui. Mais parce que je dois soutenir sa vision, son pouvoir. J’ai écrit à ce site pour faire mon droit de réponse. cela m’a été refusé. Quand ils postent des histoires sur twitter et que moi je commente, ils les efface directement. Vous comprenez facilement que je suis victime, d’une armée numérique.

Lire aussi :  L’Éthiopie annonce la création d’une plate-forme nationale des médias sociaux

S.A: Vous soutenez que vous êtes victime. Qu’est-ce qui le prouve?

H.M: Cette responsabilité incombe à ceux qui m’accusent sans avoir ma version des faits. Ce sont eux qui doivent me faire voir que j’ai bel et bien orchestré toutes ces bévues.  Avant de certifier un compte, on se renseigne sur la personne qui a fait cette requête.

Inès Kayakumba

Les plus lus

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

L’Italie et la Tunisie font bloc pour lutter contre l’immigration clandestine

En séjour à Tunis, capitale de la Tunisie, Giorgia Meloni, Première ministre italienne, a échangé avec le président Kais Saied pour renforcer la coopération...

Au Soudan, des combats entre l’armée et les forces paramilitaires ensanglantent le Darfour

Au Soudan, près de vingt-cinq personnes ont péri dans des combats entre l’armée et les Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) à el-Facher, situé...

Au Soudan, une génération d’enfants «détruite» en une année de guerre

Amna Ishaq, déplacée du Darfour, ne nourrit plus ses enfants « qu'une fois par jour, voire pas du tout ». Après une année de guerre au...

Après un an de guerre, des Soudanais se remémorent leurs rêves partis en fumée

Au début, en 2018, de la révolution au Soudan, Omar Ushari n'aurait jamais imaginé être un jour réfugié au Caire, après avoir fui la...

Mozambique : près de huit morts dans un naufrage sur le fleuve Zambèze

Le naufrage d’un bateau de pêche sur le fleuve Zambèze a fait au moins huit morts lundi 15 avril dans la province de Sofala,...