La Tanzanie ratifie un accord avec deux grandes entreprises énergétiques

Lire aussi

Samedi 11 juin, le gouvernement tanzanien a ratifié un accord-cadre avec les géants énergétiques britannique et norvégien Shell et Equinor en vue de mettre en œuvre un projet de 30 milliards Usd pour exporter son gaz naturel. 

L’accord prévoit une décision finale d’investissement d’ici 2025 et un démarrage des opérations d’ici 2029-2030 dans une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) qui sera construite dans la ville côtière méridionale de Lindi. 

« Ce projet changera considérablement notre économie. Le positionnement géographique de la Tanzanie facilite le transport du gaz naturel vers d’autres pays, notamment asiatiques, qui recherchent de nouvelles sources d’énergie », a dit January Makamba, ministre tanzanien de l’Energie. 

Cet accord marque une avancée significative dans les efforts de la Tanzanie pour relancer l’exportation d’une partie des vastes gisements de gaz au large de ses côtes, estimés à plus de 1.630 milliards de mètres cubes. 

« Nous avons atteint un bon stade de discussions sur le projet GNL, mais beaucoup de travail nous attend encore pour parler et le rendre compétitif », a déclaré Samia Suluhu Hassan, présidente tanzanienne. 

Pendant plusieurs années, les plans de l’usine de GNL ont stagné sous l’administration du feu président John Magufuli. 

« Nous avons eu de nombreux arrêts, mais grâce à la détermination du gouvernement, nous avons continué à nous engager, à discuter et nous pensons que le gaz tanzanien présente une énorme opportunité », a expliqué Unni Fjaer, directrice d’Equinor pour la Tanzanie. 

Avec la firme américaine ExxonMobil, Equinor exploite un bloc à une centaine de kilomètres au large de Lindi, où il dit avoir trouvé 566 milliards de mètres cubes de gaz naturel. 

Shell, en collaboration avec Ophir Energy et Pavilion Energy, a déclaré avoir découvert 453 milliards de mètres cubes de gaz dans deux autres blocs offshore dans la même zone. 

L’économie tanzanienne a subi un coup dur pendant la pandémie de coronavirus, alors que les restrictions de voyage ont frappé le secteur du tourisme, une source de revenu clé dans ce pays d’Afrique de l’Est. 

Ali Maliki 

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Barrage du Nil : l’Ethiopie démarre la deuxième turbine du Gerd

Ce jeudi 11 août, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a démarré une deuxième turbine, sur les treize prévues du...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img