Le défilé «No Man’s Land» de musique et de charmes trash à Johannesburg

À première vue, cela ressemble à un défilé de rue ordinaire, avec des ménestrels en marche, des majorettes virevoltant leurs bâtons, des visages peints et des costumes scintillants déambulant dans une rue délabrée et délabrée de Johannesburg.

Un petit garçon en T-shirt déchiré admire la scène ensoleillée, les yeux grands ouverts et les poings sur les hanches. Il était l’un des nombreux enfants qui suivaient le défilé, sans surveillance et fascinés par les festivités du quartier.

Mais contrairement aux défilés traditionnels de ménestrels en Afrique du Sud, ce cortège a été rejoint par certains des plus pauvres parmi les pauvres, les « recycleurs » qui fouillent dans les poubelles dans l’espoir de trouver quelque chose qui leur rapportera quelques sous.

L’exposition, intitulée « No Man’s Land », est une création du « Centre pour les moins bonnes idées », cofondé par William Kentridge, un artiste sud-africain célèbre pour ses dessins et ses films d’animation.

L’homme de 68 ans aux sourcils broussailleux est présent, vêtu de sa chemise blanche habituelle et de son chapeau Panama, observant avec amusement l’agitation, les sifflements et les cris.

C’est le chorégraphe et danseur Sello Pesa qui a eu l’idée du cortège carnavalesque pour célébrer la dixième saison du centre, dont le siège se trouve dans le district de Maboneng, le centre défavorisé de la capitale économique sud-africaine.

Lire aussi :  L’Afrique du Sud détecte son premier cas de variole du singe

Les artistes se sont préparés dans la cour de cet ancien complexe industriel, constitué de petits bâtiments en briques abritant aujourd’hui salles de spectacles et ateliers. Pour le défilé, Pesa a fait appel à des recycleurs, qui se concentrent normalement sur la recherche d’articles comme le carton, la ferraille et le plastique pour gagner leur maigre vie.

« Mon idée est de regarder les sociétés ignorées qui nourrissent l’art, en explorant comment elles peuvent se rencontrer dans l’espace public. Ramener ce qui est jeté dans un espace vierge et chic », a déclaré la danseuse de formation.

« La dernière fois, il y avait des Congolais qui travaillaient comme agents de sécurité ou comme gardiens de parking dans la rue. Cette fois, les recycleurs viennent majoritairement du Lesotho », dit-il. « Je les croise dans la rue, quand je gare ma voiture. Ils me racontent leurs histoires ».

Robe poubelle

Soudain, une fée apparaît dans une superbe robe cousue main, évoquant les gilets fluo portés par les éboueurs, prolongée par une jupe en plastique recouverte de bouteilles vides – lait, déodorant, produits de toilette – et de papier froissé.

C’est comme si le contenu d’une poubelle avait été déversé sur sa tête. « C’est ce que vit la planète. Il fait chaud sous ma jupe. Comme la planète », raconte à l’AFP la danseuse Teresa Phuti Mojela, 39 ans. Elle tape une fourchette sur un verre à vin, attirant l’attention de tous alors qu’elle signale le début de la fanfare.

Lire aussi :  Afrique du Sud : des arrestations après un viol collectif sur huit femmes lors d’un tournage vidéo

Les éboueurs chantent a cappella, frappent dans leurs mains, utilisent des sacs gonflés comme percussions et font du boombox avec la bouche. Les habitants, les passants et les autres spectateurs applaudissent tandis que le groupe descend dans les rues, marchant derrière une camionnette chargée d’un haut-parleur. Devant, un ménestrel coiffé de plumes lève les yeux au ciel et grimace pour amuser les enfants.

Il lance son bâton en l’air, le récupère adroitement et se balance au rythme. La scène rappelle un défilé du Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans. Une vague d’énergie et de joie bruyante se faufile dans les rues pauvres, délabrées et souvent dangereuses.

Plusieurs voitures de police flanquent le cortège effréné qui passe devant les petites épiceries et les braseros de viande grillée sur le trottoir. Un air de joie passagère traverse les visages de la foule, qui prend un instant de pause dans son quotidien.

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : des mouvements citoyens appellent à la libération de Fortifi Lushima

Ce mercredi 17 juillet, la Dynamique des mouvements citoyens congolais appelle à la libération immédiate de Fortifi Lushima, coordonnateur national d’Urgences panafricanistes.   Il est porté...

Gabon/Football : Pierre-Emerick Aubameyang quitte l’OM

Arrivé l'été dernier en provenance de Chelsea, Pierre-Emerick Aubameyang, attaquant gabonais, a annoncé son départ de l'Olympique de Marseille (OM).   Un an après son retour...

Face au flux de migrants, la Tunisie appelle à plus d’aide financière des pays européens

Alors que le flux de migrants ne cesse d’accroître, Ahmed Hachani, Premier ministre tunisien, appelle, mercredi 18 juillet, les pays européens à apporter davantage...

Est de la RDC : Washington prolonge de la trêve humanitaire de 15 jours

Mercredi 17 juillet, la Maison-Blanche a prolongé de quinze jours la trêve humanitaire dans l'Est de la RDC dans le cadre des efforts visant...

Zimbabwe : des activistes font pression pour obtenir la libération de Jameson Timba 

Au Zimbabwe, des groupes de défense des droits de l'homme ont condamné a décision de la Haute Cour de refuser la libération sous caution...

Sur le même thème

Musique : «Lela», le ras-le-bol de RJ Kaniera sur la situation sécuritaire dans l’est de la...

Chanteur et auteur-compositeur, RJ Kaniera dénonce la situation sécuritaire dans l’est de la RDC, théâtre de combats entre l’armée congolaise et les rebelles du...

RDC: Koffi Olomide, une convocation qui fait réagir

Le célèbre artiste musicien congolais, Koffi Olomide, devait répondre à une invitation du parquet près la Cour de cassation, mais il se fait représenter...

En Afrique du Sud, l’épopée des chemises bariolées de Mandela

La légende des chemises colorées de Nelson Mandela, qui avait passé trop d'années en prison pour supporter les costumes et cherchait un vestiaire plus...

RDC : Koffi Olomide au cœur de la controverse après ses propos sur la situation sécuritaire

Convoqué par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (Csac), Koffi Olomide, célèbre artiste musicien congolais, se retrouve dans la controverse après...

Les délires d’une Constance continue (Carnet de Christian Gombo)

Les délires d’une Constance continuent ! Le constat au pays, c’est la constance qui est une forme de contenance continue tant qu’on continuera dans...