Le Togo prolonge l’état d’urgence dans le nord

Lire aussi

Mardi 6 septembre, le Parlement togolais a prolongé pour six mois l’état d’urgence dans la région des Savanes, située dans l’extrême-nord du pays, en proie à des incursions de groupes djihadistes.

Alors que des groupes djihadistes opérant au Sahel semblent se diriger progressivement vers la côte ouest-africaine, le nord du Togo a subi au moins cinq attaques depuis novembre 2021.

Décrété en juin par le président togolais Faure Essozimna Gnassingbé, l’état d’urgence a été étendu jusqu’en mars 2023, à l’unanimité, par l’Assemblée nationale réunie à Kara, à environ 400 km au nord de Lomé. La Constitution du pays exige que le Parlement donne son autorisation pour prolonger l’état d’urgence au-delà de trois mois.

« Face aux agressions contre nos paisibles populations, notre objectif (…) est de donner aux forces de défense et de sécurité les moyens nécessaires pour faire cesser la menace », a souligné Yawa Djigbodi Tsegan, présidente de l’Assemblée nationale.

Selon le ministre de la Sécurité Damehame Yark, l’état d’urgence « permet de créer (…) les conditions propices aux mesures administratives et opérationnelles, nécessaires à la bonne conduite des opérations militaires et à un retour à la paix dans la région ».

Et que cela permet également de rendre plus prompte la prise de décision et de faciliter le déploiement de forces opérationnelles, a ajouté le ministre.

La région des Savanes est frontalière du Burkina Faso, où sont présents des groupes djihadistes.

L’attaque la plus meurtrière au Togo a eu lieu en juillet. Des hommes armés avaient ciblé quatre villages, et l’armée avait évoqué plusieurs morts et quelques blessés, sans communiquer un bilan précis. Selon plusieurs médias locaux, quinze à vingt personnes auraient été tuées.

La Rédaction

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC/ESU : des étudiants en terminale se plaignent de la grève des professeurs

« Nous venons fraîchement de finir le stage et nous sommes rentrés à l’Ifasic pour finir les deux cours qui...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img