Les enseignants appellent à décréter une année blanche au Gabon

Le Syndicat national des enseignants et Chercheurs (SNEC) a exprimé son mécontentement sur le déroulement de la phase 2 du plan d’allègement des mesures liées à la pandémie de la Covid-19 au Gabon. Le SNEC demande au gouvernement de réfléchir sérieusement sur la proposition des enseignants de marquer une pause et décréter courageusement une année blanche.

La vice-présidente du Syndicat national des enseignants chercheurs ne comprend pas comment le gouvernent limite le nombre de fidèles dans les mosquées et les églises, alors que le ministre de l’Enseignement supérieur laisse les élèves s’entasser dans des salles de classes. Certaines salles reçoivent plus de 1500 étudiants dans les amphithéâtres et dans des salles plus petites dont la capacité d’accueil dépasse 60 personnes à l’Université.

Lire aussi :  Le Gabon va produire des médicaments génériques contre le Palu

Le SNEC estime que le gouvernement expose les enseignants-chercheurs à une contamination de masse à la Covid-19, en violant les dispositions de l’Arrêté n°55/MEFPTFPDS du 30 avril 2020. Cette disposition oblige l’administration à mettre à donner les gels hydro-alcooliques, les thermo-flashs et les masques à l’entrée des salles de classe, et à faire respecter la distanciation physique. Des annonces qui ne sont pas effectives.

Selon le syndicat, le ministre de l’Enseignement supérieur a déclaré sa volonté de redonner à l’université ses lettres de noblesse. Le ministre Patrick Mouguiama Daouda envisage depuis l’instauration de l’enseignement à distance pour mieux gérer les effectifs d’étudiants dans les salles de classe et dans les amphithéâtres bondés. Mais dans les faits, les moyens technologiques et techniques pour le télé-enseignement et la restauration des infrastructures des universités ne sont pas disponible.

Lire aussi :  Gabon : la junte allège le couvre-feu

Compte tenu du contexte sanitaire et des réticences du ministre de l’Enseignement supérieur à fournir le matériel de protection contre la prolifération de la Covid-19 exigé par l’Arrêté n°55/MEFPTFPDS, le SNEC pense malheureusement qu’il est impossible de poursuivre sereinement les activités pédagogiques, car les vies humaines sont en jeu.

Le SNEC demande au gouvernement Gabonais de réfléchir sérieusement sur la proposition de marquer une pause, en décrétant courageusement une année blanche.

Charles Stéphane Mavoungou

Les plus lus

Niger : les autorités annoncent la baisse du prix de l’essence

Au Niger, le prix de l'essence et du gasoil devront subir une baisse à partir du 23 juillet prochain.   Selon le gouvernement, les prix des...

En RCA, l’ONU appelle les autorités à garantir le respect des droits humains dans les prisons

Jeudi 18 juillet, l'Organisation des Nations unies a appelé les autorités à mettre en place des mesures urgentes pour garantir le respect des droits...

Guerre au Soudan : les Emirats Arabes Unis apportent son soutien pour mettre fin à la...

Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, président des Emirats Arabes Unis, veut apporter son soutien au Soudan pour mettre à la crise dans le...

Gabon/Football : Pierre-Emerick Aubameyang quitte l’OM

Arrivé l'été dernier en provenance de Chelsea, Pierre-Emerick Aubameyang, attaquant gabonais, a annoncé son départ de l'Olympique de Marseille (OM).   Un an après son retour...

Zimbabwe : des activistes font pression pour obtenir la libération de Jameson Timba 

Au Zimbabwe, des groupes de défense des droits de l'homme ont condamné a décision de la Haute Cour de refuser la libération sous caution...

Sur le même thème

Le Sénégal renforce le contrôle sanitaire contre le Covid après les décès à La Mecque

Les autorités sénégalaises ont mis en place des tests de dépistage volontaire du Covid-19 et réimposé le port du masque à l'aéroport international à...

RDC : grève dans les établissements d’enseignement supérieur au Sud-Kivu

En RDC, les enseignants d’établissements d’enseignement supérieur et universitaire ont lancé un mouvement de grève général de quatorze jours, dénonçant le retard récurrent dans...

Nigeria : 620 000 $ de rançon exigées pour la libération des élèves pris en otage

Après un kidnapping de masse dans une école dans l'Etat de Kaduna dans le nord-ouest du Nigeria, un groupe d'hommes armés exigent une rançon...

Est de la RDC : l’Unicef appelle à protéger les enfants

Alors que les combats font rage près de Saké, dans l’est de la RDC, l’Unicef a, dans un communiqué, appelé les parties impliquées dans...

Au Sénégal, l’Université Assane-Seck fermée après la mort d’un étudiant dans une manifestation

Les activités à l’Université Assane-Seck, située à Ziguinchor, sud du Sénégal, ont été suspendues après la mort d’un étudiant dans une manifestation contre le...