Les problèmes de migration et d’infrastructures alimentent la désinformation des sondages en Afrique du Sud

Les propagandistes et les escrocs exploitent la xénophobie et la colère suscitée par les infrastructures défaillantes pour déclencher une vague de désinformation à l’approche des élections les plus contestées en Afrique du Sud depuis 1994, préviennent les experts.

 

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir, risque de perdre sa majorité absolue lors du scrutin du 29 mai, dans un contexte de chômage croissant, de xénophobie croissante, de coupures d’électricité prolongées et d’allégations de corruption endémique.

 

L’AFP Fact Check a découvert que les réseaux sociaux étaient inondés de fausses allégations liées à ces élections aux enjeux élevés. Cela allait des images générées par l’IA montrant le mauvais état des routes dans la ville du Cap, dirigée par l’opposition, aux partis accusés de fournir de faux papiers aux étrangers illégaux.

 

« Il est très préoccupant de constater que les niveaux de discours xénophobes ont augmenté ces derniers mois à mesure que les élections se rapprochent », a déclaré Dale McKinley de Kopanang Africa Against Xenophobia (KAAX), qui fait partie d’un réseau international de lutte contre le racisme.

 

Les thèmes dominants incluent les étrangers qui voleraient les emplois des locaux, mettraient à rude épreuve les systèmes de santé et seraient responsables d’une criminalité endémique.

 

« Ce sont des mensonges et de la désinformation complets, mais ils se propagent et les gens commencent alors à penser qu’ils sont vrais et tous les stéréotypes deviennent éclairés dans ce contexte », a ajouté McKinley.

 

«Les immigrants comme pions»

 

Malgré l’un des taux de chômage les plus élevés au monde, l’Afrique du Sud attire de nombreux migrants économiques venus d’ailleurs sur le continent. Cet afflux, associé à des perspectives économiques sombres, a conduit à des explosions sporadiques de violence anti-immigrés ces dernières années.

 

Les candidats aux élections ont encore attisé les flammes de la haine et de la désinformation en ligne en exploitant le sentiment xénophobe et en accusant les étrangers d’être responsables des problèmes du pays.

Lire aussi :  L’Afrique du Sud n’organisera pas de course de Formule 1 en 2023

 

« Les candidats aux prochaines élections générales en Afrique du Sud ont fait des boucs émissaires et diabolisé les ressortissants étrangers, risquant d’alimenter la violence xénophobe », a averti Human Rights Watch début mai. « Les politiciens utilisent les immigrants comme des pions, sans se soucier de leur sécurité, pour tenter de gagner des voix »

 

Des groupes de droite plus petits comme ActionSA ont à plusieurs reprises promu un nombre faux – et largement exagéré – de migrants illégaux en Afrique du Sud, alors qu’ils cherchaient à saper le gouvernement dirigé par l’ANC.

 

Pendant ce temps, des partisans en ligne du groupe xénophobe Operation Dudula ont affirmé que le parti d’opposition, les Combattants de la liberté économique (EFF), avait créé de faux papiers d’identité pour les migrants sans papiers afin de gagner plus d’électeurs. Mais les photos utilisées comme preuve provenaient d’une descente de police sans rapport avec cette affaire.

 

L’AFP Fact Check a surveillé de nombreux autres utilisateurs de réseaux sociaux diffusant des contenus xénophobes, notamment un compte X appelé « Put South Africa First », dont le fil regorge de messages ciblant les ressortissants zimbabwéens.

 

« L’expression d’un tel sentiment peut alimenter l’animosité et potentiellement conduire à des différends sur les résultats des élections, en particulier dans une course très disputée comme celle en cours en Afrique du Sud », a déclaré Cayley Clifford, rédacteur en chef adjoint de l’organisation de vérification des faits Africa Check.

 

Sondage «piloté par le numérique»

 

La mauvaise prestation des services publics en Afrique du Sud est un autre problème brûlant pour bon nombre des plus de 27 millions d’électeurs inscrits. L’économie la plus industrialisée du continent est aux prises avec des infrastructures en déclin, depuis les chemins de fer et les routes jusqu’aux ports et centrales électriques.

Lire aussi :  Afrique du Sud : le gouvernement met en garde contre tout soupçon de détournement des fonds des sinistrés des inondations

 

En conséquence, les 62 millions d’habitants du pays sont régulièrement confrontés à des coupures d’eau et à des coupures d’électricité prolongées. Cette crise, aggravée par une série de scandales de corruption successifs, est devenue une épine dans le pied de l’ANC, au pouvoir depuis l’avènement de la démocratie qui a mis fin au régime de la minorité blanche en 1994.

 

La crise a également alimenté la désinformation, les utilisateurs des médias sociaux cherchant à renforcer ou à discréditer le bilan du parti au pouvoir.

« Ce type de désinformation induit le public en erreur et crée une fausse perception des réalisations d’un homme politique ou d’un parti », a déclaré Clifford d’Africa Check.

 

L’AFP Fact Check a démenti une publication sur Facebook partagée des milliers de fois accusant faussement l’ANC de ne pas avoir mené à bien un projet de toilettes publiques.

 

Une autre photo circulant sur les plateformes aurait montré d’immenses nids-de-poule au Cap, gouverné par l’Alliance démocratique (DA), un parti d’opposition.

L’analyse a montré que l’image avait été créée avec un outil d’intelligence artificielle.

 

Pour l’analyste politique William Gumede, « l’exagération des réalisations et la sous-estimation de la complexité des problèmes » jouent un rôle clé dans ce qu’il a qualifié d’élections les plus « numériques » d’Afrique du Sud.

 

« Il y avait autrefois des forums et des débats où l’on discutait des politiques, cela n’arrive plus qu’à un niveau très restreint. C’est maintenant remplacé par la sphère numérique », a-t-il déclaré à l’AFP. « La désinformation numérique devient factuelle dans les débats traditionnels, dans l’élaboration des politiques, dans les déclarations des politiciens et dans les manifestes ».

 

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

…la marmite des esclaves…(Carnet de Christian Gombo)

…pour mieux voir Moanda, cette ville-fleuve, ville-océan, oui Moanda, ville-poisson, ville-crabe, ville-crevette, ô Moanda ville-pétrole, ville-plage, ville-sable, sable mouvant, sable riant, sable coulant, sable...

Sur le même thème

Au Malawi, Lazarus Chakwera nomme un nouveau vice-président

Au Malawi, le président Lazarus Chakwera a nommé Michael Usi comme vice-président après la mort de son prédécesseur dans un accident d'avion, a annoncé...

Kenya : un mort dans une manifestation contre les nouvelles taxes

Jeudi 20 juin, un manifestant a été tué lors d’une manifestation contre le projet de budget du gouvernement prévoyant d’instaurer de nouvelles taxes, selon...

Burkina Faso : «…On ne recule pas, on n’abandonne pas» (Ibrahim Traoré)

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, se montre rassurant deux après que l’armée a démenti toute « mutinerie » dans des...

Burkina Faso : conseil des ministres à Ouagadougou en présence du capitaine Traoré

Ce jeudi 20 juin, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, a présidé un conseil des ministres à Ouagadougou, selon la présidence, deux...

Sénégal-France : Bassirou Diomaye et Emmanuel Macron, un déjeuner pour faire connaissance

En séjour à Paris où il participe au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales ce jeudi 20 juin, le président Bassirou Diomaye...