Manifestations au Kenya : la police tire des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc à Nairobi

Ce jeudi 27 juin, la police kenyane a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur de petits groupes de manifestants à nouveaux rassemblés à Nairobi, capitale du Kenya, malgré le retrait du projet de budget contesté par le président Wiiliam Ruto.

 

Quelques échauffourées ont éclaté à la mi-journée entre les forces de l’ordre, déployées en nombre dans les rues du centre-ville de la capitale, et ces manifestants qui scandaient notamment « Ruto must go » (Ruto doit partir).

 

Ces nouvelles manifestations restaient en début d’après-midi très éclatées et a priori moins massives que celle de mardi, lorsque des milliers de manifestants avaient fait reculer la police dans le quartier des bâtiments officiels de Nairobi.

 

Jeudi, quelques personnes ont jeté des pierres sur des policiers, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, et au moins sept personnes ont été arrêtées, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Lire aussi :  Le Kenya engagé dans la lutte contre la sécheresse

 

Des policiers en tenue anti-émeute ont bloqué jeudi l’accès aux routes menant à State House – le palais présidentiel – et au Parlement. Des manifestations avaient également lieu dans les fiefs de l’opposition de Mombasa (est) et Kisumu (ouest).

 

Mardi, après de premières journées de mobilisation dans le calme pour réclamer le retrait des nouvelles taxes prévues par M. Ruto dans son projet de budget 2024-25, la manifestation à Nairobi a tourné au bain de sang, notamment aux abords du Parlement, dont certains bâtiments ont été incendiés et saccagés.

 

La police a selon plusieurs ONG tirées à balles réelles pour tenter de contenir la foule qui a forcé les barrages de sécurité pour pénétrer dans le complexe de l’Assemblée nationale et du Sénat, une attaque inédite dans l’histoire du pays indépendant depuis 1963.

 

Au total, 22 personnes ont été tuées au cours de la journée, dont 19 à Nairobi, et plus de 300 blessées, a indiqué l’organe kényan de protection des droits humains (KNHRC). Le président Ruto a annoncé le lendemain le retrait du projet de budget, mais cela n’a pas dissuadé les manifestants de continuer à manifester ce jeudi.

Lire aussi :  Kenya : un tribunal rejette une contestation visant à bloquer les cultures génétiquement modifiées

 

Au-delà du projet de budget, le mouvement de contestation s’est transformé en une dénonciation plus large de la politique de William Ruto, élu en 2022 avec la promesse de favoriser la redistribution aux classes populaires.

 

Jeudi matin, dans le centre d’affaires de la capitale, où de nombreux commerces sont restés fermés, Moe, employé dans une parfumerie, avait baissé le rideau. « Pourquoi ont-ils dû tuer ces jeunes ? Ce projet de loi ne vaut pas la peine que des gens meurent (…) Certaines personnes sont en colère et pourraient vouloir se venger », déplore-t-il devant sa parfumerie, en supplément : « Nous sommes en terrain inconnu ».

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

J.O Paris 2024… (Carnet de Christian Gombo)

Six athlètes congolais, qui sont obligés de vivre l'article 15, l'article qui fait vivre toute une République, l'article que nous avons hérité de papa...

Congo : taux d’analphabétisme élevé chez les demandeurs d’emplois au CHU de Brazzaville

Une enquête de l’Inspection générale de la santé de la République du Congo menée de décembre 2020 à février 2021, en marge des recrutements...

RDC/Exetat 2024 : résultats attendus cette semaine

En RDC, la publication de résultats des Examens d'État édition 2024 doit débuter à partir du 24 juillet, selon l'inspecteur général de l'Education nationale...

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Sur le même thème

Nigeria : les syndicats réclament un nouveau salaire minimum à Bola Tinubu

Jeudi 11 juillet, les syndicats nigérians ont rencontré le président Bola Tinubu pour réclamer un nouveau salaire minimum.   La presse locale rapporte que les syndicats...

RDC : Pakadjuma Résilience lance une sensibilisation au « Planning familial » à Kinshasa

En RDC, la fondation Pakadjuma Résilience va lancer une activité pour sensibiliser au planning familial dans le quartier Pakadjuma, vaste bidonville situé à Kinshasa,...

Cameroun : le coming out de Brenda Biya «tourne au vinaigre»

Le récent coming out de Brenda Biya, fille du président camerounais Paul Biya, « tourne au vinaigre » pour la jeune femme dont l'homosexualité...

Coupure d’électricité en Egypte : ouverture des salles d’étude pour aider les élèves à réviser

Frappé par une pénurie de gaz naturel, qui a provoqué des coupures de courant à répétition, des églises, des cafés et des bibliothèques, ont...

Egypte : le gouvernement plonge les coupures d’électricité quotidiennes à trois heures

En Egypte, le gouvernement a plongé les coupures d'électricité quotidiennes à trois heures dimanche et lundi, en réponse à une augmentation de la consommation...