Nouvelle taxe sur les données mobiles en Ouganda

Lire aussi

RDC : près de huit miliciens FPIC neutralisés en Ituri

Près de huit miliciens de la Force patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC) ont été tués à Komanda, dans...

Burkina Faso : reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition

Le dialogue politique entre le pouvoir et l'opposition burkinabé concernant la sécurité ainsi que la réconciliation nationale a repris...

Mali : «Nous sommes dans la logique de respecter nos engagements tout en étant réalistes» (Choguel Maïga)

« Nous avons expliqué à nos partenaires de la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest (Cédeao) que nous allons...

Le gouvernement ougandais a instauré une nouvelle taxe sur les données mobiles jeudi 01 juillet. D’après Amos Lugoloobi, ministre ougandais des Finances et de la Planification, «cette taxe consiste en un impôt indirect de 12% sur les données mobiles». Il affirme qu’elle «vise à faire augmenter les ressources des services publics et remplace une taxe sur les réseaux sociaux très contestée, datant de 2018».

«Le nouveau mécanisme doit aider le gouvernement à atteindre son objectif principal d’industrialisation pour une croissance inclusive, la création d’emplois et de richesses», a-t-il expliqué à l’AFP.

Mais cette nouvelle taxe a déclenché un tollé en Ouganda. Bobi Wine, leader de l’opposition, dénonce une attaque contre «la liberté d’expression sous une nouvelle forme». «Nous ne devons jamais cesser de protester contre ces stratagèmes d’un régime paranoïaque et cupide», a-t-il déclaré.

En 2018, le gouvernement a instauré une taxe quotidienne de 200 shillings pour accéder aux réseaux sociaux comme WhatsApp, Facebook et Twitter. Des manifestations avaient éclaté pour exiger la supression de cette taxe.

Trésor Mutombo

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -

Latest News

RDC : près de huit miliciens FPIC neutralisés en Ituri

Près de huit miliciens de la Force patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC) ont été tués à Komanda, dans...
- Advertisement -

Autres articles

- Advertisement -