Près de 9 millions de personnes ont besoin d’aide en RDC contre la famine

Lire aussi

Le PAM, Programme alimentaire mondiale, tire la sonnette d’alarme sur la situation de la famine en RDC. Il a besoin de 150 millions de dollars américains supplémentaires pour venir en aide à 15,6 millions de personnes en état de crise au Congo. Le plus grand nombre de ces personnes se trouvent dans l’Est et dans les provinces du Kasaï.

Selon Hakan Falkell, directeur adjoint du Pam chargé des opérations, le Coronavirus a aggravé la situation de plusieurs ménages congolais. Situation qui était déjà précaire à cause des conflits. «Avec les mesures prises pendant l’état d’urgence, le nombre de personnes en état de crise ou de faim d’urgence est passé de 6,9 millions en 2019 à 8,6 millions cette année. Nous avons de plus en plus besoin d’aide supplémentaire pour soulager ces ménages», indique Hakan Falkell.

«Tellement de Congolais sont au bord du gouffre et courent même le plus grand risque d’y tomber », a déclaré Claude Jibidar, Représentant du PAM en RDC. Pour lui «le monde ne peut pas laisser cela se produire, s’inquiétant, bien que cela soit compréhensible, du fait que le COVID-19 entraîne des pertes de vies et de moyens de subsistance».

Après avoir lancé l’alerte sur le besoin de 172 millions $US mi-août, “quelques personnes de bonnes volontés et des donateurs ont déjà contribué. Maintenant nous avons besoin de 150 millions supplémentaires pour venir en aide aux familles congolaises, menacées. Pendant l’état d’urgence, nous avons continué à assister les familles, dont certains responsables ont perdu le travail. Nous avons distribué aussi des nourritures et vivres dans les écoles dans le cadre de l’un de nos programmes. Le nombre de famille dans le besoin a augmenté pendant la pandémie”, relève Hakan Falkell, directeur adjoint du Pam chargé des opérations.

Sans le financement nécessaire, les rations alimentaires et les allocations d’assistance en espèces devront être réduites, puis le nombre de personnes qui reçoivent de l’aide devra être réduit. Les interventions pour traiter et prévenir la malnutrition aiguë sont également à risque d’interruption, prévient le Programme Alimentaire Mondial.

Jacques Matand’

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC : la Monusco opte pour le désarmement sans conditions du M23

Il est impératif que le Conseil redouble ses efforts en faveur d'une désescalade rapide de la situation et du...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img