Présidentielle au Tchad : Masra et ses partisans déterminés à prouver «la vérité des urnes»

Ordinateur, tablettes, smartphones, des militants hyper connectés s’attèlent sous les directives de leur chef, le Premier ministre et candidat à la présidentielle tchadienne Succès Masra, à un ambitieux travail de décompte parallèle des voix, censé faire émerger « la vérité des urnes ».

 

Dans une salle spacieuse de sa résidence de N’Djamena, Succès Masra, le président du parti les Transformateurs, glisse lors d’une courte visite devant la presse quelques mots d’encouragements aux jeunes cadres de son parti concentrés sur leurs multiples écrans.

 

« Le 7 (son numéro dans l’ordre des candidatures) est le cheval gagnant ici », lance-t-il en zyeutant un graphique sur la tablette d’un des jeunes.

 

En prévision des résultats officiels qui devraient au plus tard être annoncés le 21 mai, « Transfoscore », une « application scientifiquement conçue » par le parti, doit permettre de « voir en temps réel, à la seconde près, les compilations de voix » du candidat de tous les bureaux du Tchad et ceux de la diaspora, explique Succès Masra.

 

Sans s’étaler sur la méthode de calcul utilisée ou l’avancée de la tâche colossale, l’économiste de 40 ans s’affiche « confiant et enthousiaste », conforté par ses chiffres dans sa promesse de remporter l’élection présidentielle « d’ un coup KO », un de ses nombreux slogans de campagne.

 

«Dynastie Déby»

 

Succès Masra répond à la presse en français et en anglais, sous l’œil attentif de son équipe de communicantes, dans un bureau à la décoration ultra moderne où trônent un drapeau tchadien, ses récompenses, photos et souvenirs, parmi lesquels un grand blason « Harvard Alumni » accroché au mur.

Lire aussi :  Tchad : le général Déby lance une campagne présidentielle sans grand risque

 

Dans la course à la présidentielle qui l’oppose à Mahamat Idriss Déby Itno, le chef de la junte et président de transition qui l’avait nommé Premier ministre quatre mois avant l’élection, Succès Masra affirme, ses propres chiffres à l’appui, que « les Tchadiens et Tchadiennes se sont déplacés massivement pour aller voter ».

 

« Je pense que c’est une première dans l’histoire de notre pays, ce qui est une indication sans doute très claire de leur volonté de voir un pays qui change », avance-t-il.

 

Masra est considéré par le reste de l’opposition, violemment réprimée et muselée, comme un « traître », et sa candidature comme le « vernis démocratique » d’une élection « jouée d’avance ». Mais il a surpris tout le monde en rassemblant des fautes considérables durant sa campagne, au point de se dire capable de l’emporter, sinon pousser M. Déby jusqu’au deuxième tour, prévu le 22 juin.

 

Et de faire rêver ceux qui n’en peuvent plus de vivre, dans un pays les plus pauvres du monde, sous la « dynastie Déby ». Après 30 années au pouvoir, Idriss Déby Itno avait été tué par des rebelles en avril 2021 en se rendant au front, et l’armée avait immédiatement proclamé son fils Mahamat président de transition à la tête d’une junte de 15 généraux.

 

Trois ans plus tard, lundi, ce jeune général de 40 ans tentait de faire légitimer sa présidence dans les urnes. Nombre d’observateurs prédisaient jusqu’à récemment qu’il s’agirait d’une formalité, comme pour son père élu et réélu six fois après son coup d’État de 1990.

Lire aussi :  Tchad : les victimes de Hissène Habré obtiennent enfin justice et réparation

 

«Fraude»

 

Mais des ONG internationales ont émis des doutes sur une élection « ni libre, ni crédible » après que la junte eut violemment réprimée, jusque dans le sang, toute opposition et écarté de la course à la présidence les rivaux les plus sérieux du général Déby.

 

L’existence d’un « système de fraude depuis plusieurs élections » aurait poussé le camp de M. Masra à la méfiance à l’égard de l’Agence nationale de gestion des élections (ANGE), aux membres nommés par M. Déby, chargée du décompte des suffrages, assure à l’AFP un cadre des Transformateurs qui requiert l’anonymat.

 

Pour repérer les « irrégularités ou choses inappropriées » lors du scrutin, M. Masra a appelé ses ouailles à transmettre sur un site internet « photos, vidéos, audios » récupérées dans les bureaux de vote. Des contributions qui alimentent l’outil statistique développé par le parti, auxquelles s’ajoutent l’ensemble des informations dont Succès Masra indique disposer en tant que Premier ministre.

 

« La constitution me donne le droit de disposer de toute l’administration, civile et militaire, je peux appeler un préfet, un gouverneur, pour m’assurer que tout se passe bien », assure-t-il.

 

« La confiance n’exclut pas le contrôle » lance-t-il. « J’aurais tous les procès-verbaux que l’ANGE aura et de la même manière j’ai tous les procès-verbaux envoyés par les citoyens ». « Les deux ensemble, je suis le garde-fou, pour m’assurer que la vérité des urnes soit respectée ni plus ni moins », se targue M. Masra

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

En RDC, qu’en est-il du seuil de représentativité féminine dans le gouvernement Suminwa ?

Dévoilé plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, comprend 54...

RDC/Linafoot : Mazembe sacré champion

Grâce à sa victoire à domicile face au FC les Aigles du Congo ce mercredi (3-1), le TP Mazembe remporte le championnat congolais pour...

RDC/Élim-Mondial 2026 : début de stage des Léopards à Rabat

Ce mercredi 29 mai, les Léopards de la RDC entament leur stage à Rabat au Maroc pour les préparatifs de la 3ᵉ et 4e  des...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

Sur le même thème

Bola Tinubu change l’hymne national du Nigeria

Au Nigeria, le président Bola Tinubu a signé un projet de loi rétablissant l'hymne national composé par un expatrié britannique et adopté à l'indépendance,...

Burkina Faso : enlèvement du lieutenant-colonel Zoungrana poursuivi pour «tentative de déstabilisation»

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel burkinabè Emmanuel Zoungrana, poursuivi pour des faits présumés de « tentative de déstabilisation » et remis en liberté provisoire mardi, a...

Sénégal : le président Bassirou Diomaye Faye attendu au Mali et au Burkina Faso

Le président Bassirou Diomaye Faye doit se rendre au Mali au Burkina Faso pour une visite officielle ce jeudi 30 mai, selon la présidence...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...