RDC/Goma : manifestation contre le soutien du M23 par le Rwanda

Lire aussi

Des cris, des chants à l’honneur de FARDC, des rameaux en mains. Et des klaxons de motards. « Ouvrez les frontières pour que les Rwandais rentrent chez eux », écrit sur des pancartes. Ce mercredi 15 juin, des mouvements citoyens et la société civile ont appelé à manifester à Goma, capitale du Nord-Kivu, pour dénoncer le soutien de rebelles du Mouvement du 23 Mars par le Rwanda.

« Poutine vient soutenir la RDC pour combattre le Rwanda qui veut envahir notre pays », lancent des manifestants. Il est 8 heures lorsque la manifestation débute. Des manifestants se dirigent à la grande barrière à la frontière entre la RDC et le Rwanda.

« Kagame doit mourir et laisser les congolais tranquille », criait un manifestant avec une croix où est écrit « RIP KAGAME ».

RDC/Goma : manifestation contre le soutien de rebelles M23 par le Rwanda
Lors de la manifestation contre le soutien du M23 par le Rwanda à Goma(@sahutiafrica)

Des marchés, des écoles et des boutiques ont été obligées de fermer leurs portes par crainte de voir certains manifestants déraper et piller. Mais aucun dégât majeur n’est signalé pour l’instant. La police a encadré la manifestation, même si certains bâtiments, magasins, hôtels et autres appartenant aux Rwandais vivant à Goma ont été ciblés par quelques manifestants.

Les forces congolaises et les rebelles M23 s’affrontent à Rusthuru. Des affrontements qui attisent de tension entre Kinshasa et Kigali. Des manifestations pour dénoncer le soutien de Kigali au M23 se multiplient en RDC. Cette nouvelle manifestation intervient après que la cité de Bunagana est passée sous le contrôle du M23. Mais le Rwanda rejette des accusations congolaises. Il accuse, à son tour, l’armée congolaise de coaliser avec les rebelles FDLR, hostiles au régime de Kigali.

Depuis Goma, Reagan Kimbale

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Algérie : la condamnation de Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie, confirmée en appel

Mardi 28 juin, la condamnation à 20 ans de prison ferme par contumace de Chakib Khelil, l'ex-ministre de l'Energie,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img