RDC : «la sauvegarde de l’intégrité de notre territoire est une longue histoire de résistance» (Isidor Ndaywel)

L’instabilité du Congo se trouve inscrite dans sa situation historique et l’unité de son territoire est une épreuve de résistance, a affirmé le professeur Isidore Ndaywel, historien congolais, lors d’une conférence sur l’histoire de la sauvegarde de l’intégrité territoriale du Congo vendredi 28 avril.

Dans son rôle d’historien, le professeur Ndaywel retrace les principaux moments clés qui ont failli faire basculer l’histoire de la RDC et sceller définitivement la scission du pays. Il part de la période coloniale, où l’intégrité territoriale du Congo a été remise en cause par les Britanniques, qui voulaient s’emparer du Katanga où encore plus tard par les Allemands, qui estimaient avoir hérité d’une petite partie des terres en Afrique, et vont aller jusqu’à exiger que leur reviennent toute la partie centre de l’Afrique.

Si les tentatives de dépècement du Congo n’ont pas réussi pendant l’époque coloniale, les acteurs et les tactiques vont changer après l’indépendance où la guerre froide bat son plein. Selon l’historien, « le séparatisme va d’abord être utilisé comme un élément de chantage politique. Plusieurs leaders politiques qui ne se retrouvent pas dans les nominations importantes, vont se rabattre sur les fiefs, et menacer ainsi de faire sécession ».

Lire aussi :  RDC : l'armée neutralise plus d'une quarantaine de rebelles à Beni

Si beaucoup échouent, quelques-uns vont réussir, à l’instar de Moïse Tshombe dans le Katanga et Kalonji dans le Sud Kasaï. L’historien explique que les deux ont réussi « grâce au soutien obtenu de la part de l’ancienne puissance coloniale qui voulait maintenir les zones minières en dehors du contrôle de Lumumba ».

La fin de la guerre froide a fait basculer le monde dans un nouveau contexte régit par le système unipolaire, est la RDC encore plus a continué à subir les conséquences.  « Le Congo est une terre d’enjeux qui s’est souvent retrouvé au centre des projecteurs mondiaux, ce qui par conséquent l’a rendu une terre de combat », confie l’historien.

S’il évoque les confessions de certains dignitaires rwandais qui ont déclaré que le fond du problème actuel de l’est de la RDC, serait la question de l’espace, le professeur Ndaywel affirme que « c’est la voracité des multinationales nord-américaines qui a instrumentalisé cette quête permanente de terre et d’espaces comme exigé par le Rwanda. Surtout après le génocide de 1994 ».

Lire aussi :  RDC : une trentaine de rebelles neutralisés en Ituri

Accuser les autres ne doit pas faire oublier son rôle, ainsi le professeur pointe du doigt les causes internes qui font à ce que le Congo soit ainsi malmené et menacé de tous bords. Parmi elles figurent en tête, « la faillite de l’état congolais, la porosité des frontières et l’incapacité de l’État à identifier sa propre population ».

L’historien préconise qu’on, « utilise cette situation de guerre permanente comme une opportunité de revoir nos fondements et notre organisation. Il faut permettre la bonne décentralisation car la gestion unitariste a montré ses limites, mais aussi penser à une nouvelle constitution adaptée cette fois, à notre contexte et qui reflète vraiment ce que nous sommes ».

Cette conférence intervient quelques jours après que le président rwandais Paul Kagame a déclaré au Bénin, qu’une partie de son pays aurait été attachée à la RDC. Des propos réprouvés par le gouvernement congolais qui l’a accusé de transgresser l’histoire.

Dinho Kazadi

Les plus lus

La Russie envoie des instructeurs militaires et un système de défense aérienne au Niger

Après avoir tourné le dos à Paris et à Washington, Niamey mise sur sa coopération avec Moscou qui l’a envoyé des instructeurs militaires et...

RDC : «Semaine de la science et des technologies», pour la promotion de la culture scientifique...

Discours, conférences, expositions... La 11ᵉ édition de la Semaine de la science et des technologies s'est clôturée mercredi 10 avril, à Kinshasa, capitale congolaise.   Il...

RDC/Linafoot : «…même dans la difficulté, nous arrivons à faire la différence» (Lamine N’Diaye)

Après la victoire du TP Mazembe face au FC Les Aigles mercredi 10 avril (0-3), Lamine N'Diaye, entraîneur de Mazembe, a salué la performance...

En Afrique, près de 55 millions de personnes en insécurité alimentaire

Près de 55 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique de l'ouest et centrale, ont annoncé les agences humanitaires de l'ONU ce...

Volcan Nyiragongo: Goma ville résiliente se relèvera de cette éruption comme en 2002

« Goma, chef-lieu, capitale du Nord-Kivu, est pour l’est du Congo un gift », annonce d’entrée Yekima de BelArt, artiste musicien congolais, dans son...

Sur le même thème

Au Mali, l’Union africaine appelle la junte à fournir une «feuille de route» pour post-coup d’Etat...

Ce samedi 13 avril, l’Union africaine a exhorté les autorités maliennes à fournir une « feuille de route » pour la transition post-coup d’Etat.   Pour l’UA, cette...

En Afrique du Sud, la commission électorale demande la conformation de l’éligibilité de Jacob Zuma

Le feuilleton autour de l'éligibilité de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma aux législatives du 29 mai à encore rebondi vendredi avec la décision de...

La Russie envoie des instructeurs militaires et un système de défense aérienne au Niger

Après avoir tourné le dos à Paris et à Washington, Niamey mise sur sa coopération avec Moscou qui l’a envoyé des instructeurs militaires et...

RDC : le gouvernement de Judith Suminwa toujours attendu

En RDC, où le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, se fait attendre, les consultations se poursuivent au sein de l’Union sacrée, coalition...

Au Mali, la junte suspend les activités des partis politiques

Mercredi 11 avril, les autorités maliennes ont suspendu, jusqu’à nouvel ordre, les activités de partis et associations politiques. Pourquoi ? Le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du...