RDC: le gouvernement condamne « des actes de violence » contre des ressortissants rwandais

Lire aussi

« Il n’y a pas de guerre entre les populations congolaise et rwandaise. C’est le gouvernement rwandais qui mène la guerre à la RDC. Les citoyens congolais ne doivent pas tomber dans le piège de Kagame », a précisé Daniel Aselo, ministre congolais de l’Intérieur, dans un discours à la chaîne nationale dimanche 19 juin.

Aselo condamne l’attitude de certains congolais, qui veulent « s’en prendre à des Tutsi ». Samedi 18 juin, lors d’une marche de soutien aux Forces armées de la RDC (FARDC), qui s’affrontent avec les rebelles du M23, un homme, dont l’identité n’est pas révélée, a été pris pour cible par les manifestants. Il a été lynché puis brûlé vif.

Selon le gouvernement, cet homme est d’origine congolaise, mais à la morphologie Tutsi. Les autorités déplorent cette attitude.

Des vidéos sur les réseaux sociaux montrent une frange de jeunes se réclamant du parti au pouvoir, vêtus en une sorte d’uniforme militaire, machette à la main, ont sillonné la commune de Bandalungwa au centre de Kinshasa, capitale congolaise, disant être à la recherche des Rwandophone.

Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement, assure que « les services spécialisés notamment la police est sur les traces de tous ceux qui menacent de s’en prendre aux Tutsis ». « Dès qu’ils seront appréhendés, ils subiront la rigueur de la loi. Ne faisons pas d’amalgame et préservons la cohésion nationale », a-t-il écrit sur Twitter.

La reprise des hostilités entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 attise les tensions entre Kinshasa et Kigali. Le vendredi 17 juin, une fusillade à la frontière RDC-Rwanda a fait un mort et deux blessés. Un militaire congolais a été tué. Deux agents de l’ordre rwandais blessés.

Joe Kashama

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Nigeria : près de 300 détenus portés disparus après l’attaque d’une prison à Abuja

Au moins trois cents prisonniers sont portés disparus après l’attaque des hommes armés non identifiés du centre de détention...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img