RDC : «Semaine de la science et des technologies», pour la promotion de la culture scientifique et technologique

Discours, conférences, expositions… La 11ᵉ édition de la Semaine de la science et des technologies s’est clôturée mercredi 10 avril, à Kinshasa, capitale congolaise.

 

Il s’agit de la première étape, puisque cette édition est organisée entre Kinshasa et Bruxelles, la capitale belge avec pour thème : « La science comme un langage commun, ici et là-bas ». Pour Raïssa Malu, physicienne congolaise et promotrice de la Semaine de la science et des technologies, l’idée est de briser les frontières. « On a choisi ce thème pour montrer que la science, les technologies, les arts et les mathématiques sont, en fait, un langage commun de l’humanité », explique-t-elle à Sahutiafrica.

 

Au village des sciences

 

En plus du thème, l’énergie nucléaire et le cas de changements climatiques sont les deux sous-thèmes. « L’énergie nucléaire, pour notamment réfléchir sur tout ce qui est du développement durable. Le nucléaire reste une alternative intéressante que l’on veut démystifier. Le changement climatique parce que, je pense, que tout le monde se rend compte qu’on a un problème : les pics de chaleur et des inondations, etc », argue Raïssa Malu.

 

Une élève présente une expérience chimique au village des sciences(@sahutiafrica)

 

Dans le village des sciences, plusieurs stands d’expositions sont érigés. Les expositions ont eu lieu mardi et mercredi à l’Institut de la Gombe et au lycée Prince de Liège, école belge à Kinshasa. Des sociétés, structures de chercheurs et des élèves exposent leurs innovations et expliquent des sujets développés ou leurs activités à ceux qui se pointent devant leurs stands. Elèves, enseignants, étudiants y font le tour avec un regard curieux. Et surtout, des questions.

Lire aussi :  RDC/Football : sous le feu des critiques, Hector Cuper sur une chaise éjectable

 

Sous son uniforme d’élève et mains tâchées par les colorants, Adèle Kwete, finaliste à l’Institut de la Gombe, explique une expérience chimique. Laquelle ? « C’est le dentifrice éléphant. Une expérience exothermique qui permet de produire de la chaleur », souffle-t-elle d’un ton solennel. Elle partage ensuite son expérience au public. « Pour ça (produire de la chaleur, NDLR), on aura besoin de sulfate de sodium, classé parmi les sels en chimie, de l’eau oxygénée, les colorants et le détergeant liquide », dit-elle, tout en gesticulant. A la fin de son expérience, il y a une mousse et elle demande à un participant de « toucher pour sentir la chaleur ». « Voilà, le Dentifrice éléphant », glisse-t-elle.

 

Croisé au village des sciences, Gaël Muanasaki Ndombele, élève finaliste à l’ITI Bumbu, confie avoir appris beaucoup de choses. « Ça m’a aidé à développer mes connaissances. J’ai appris plusieurs choses que je ne connaissais pas sur la science, notamment le comptage des ancêtres et les détecteurs de métaux et comment ces détecteurs fonctionnent », raconte Gaël aux côtés des amis.

 

Un chercheur en train d’expliquer une expositions aux élèves au village des sciences(@sahutiafrica)

 

Après l’Institut de la Gombe, ce village d’innovation et de créativité s’est exporté au lycée Prince de Liège. Mercredi, lors de la journée de clôture, les élèves, qui ont animé des stands, ont reçu des certificats. Ce qui réjouit Fatima Ali, teint bronzé et élève en option scientifique. « Ça me fait toujours autant plaisir. J’ai appris à apprendre parce que nous sommes toujours confrontés à des situations dans la vie, où nous sommes obligés d’apprendre », s’extasie Fatima.

 

Elle participe à la Semaine de la science et des technologies pour la troisième fois. Dans son stand, elle a exposé sur « l’architecture de bâtiments adaptés à l’environnement local ». « Il s’agit tout simplement d’une sensibilisation, c’est-à-dire, avant de construire un bâtiment, nous devons faire avant tout une étude de la zone, où nous voulons construire », prône Fatima Ali.

Lire aussi :  RDC : que retenir de la journée de la Sape à Kinshasa ?

 

Rendez-vous à Bruxelles

 

En fait, les activités de la 11ᵉ édition de la Semaine de la science et des technologies ont eu lieu dans une vingtaine de provinces, ce qui est une première. Selon Raïssa Malu, c’est grâce à un réseau de « Catalyseurs de la Semaine de la science. « Ça permet à la semaine de la science d’avoir un impact fort dans ces communautés », indique la promotrice de l’activité.

 

Raïssa Malu, promotrice de la Semaine de la science et des technologies, en train de donner des certificats aux formateurs et élèves animateurs dans les stands(@sahutiafrica)

 

Lancé en 2014, cet évènement est organisé par la structure Investing In People, l’ONGD Elongo Elonga, le ministère congolais de l’Enseignement primaire, secondaire et technique ainsi que celui de l’Enseignement supérieur et universitaire, mais aussi de la Recherche scientifique. Objectif ? L’évènement vise notamment à développer une culture scientifique et technologique en Afrique et de promouvoir les savoirs et savoir-faire dans ces domaines.

 

Après Kinshasa, la Semaine de la science et des technologies va se poursuivre à Bruxelles, capitale de la Belgique. « On a voulu aller à la rencontre de la diaspora congolaise. Le but est de le montrer, ce qu’on fait depuis 11 ans avec la Semaine de la science et des technologies, mais aussi la donner l’occasion d’y participer », dit Raïssa Malu.

 

Trésor Mutombo

Les plus lus

Football/CAF-C1 : Al Ahly-Espérance de Tunis à guichets fermés

La Finale retour de la ligue africaine des champions de la Caf entre Al Ahly d'Égypte et l'Espérance Sportive de Tunis, prévue au Caire,...

RDC : appel à la libération d’une militante pro-démocratie et de ses collègues

En RDC, des militants pro-démocratie et des opposants exigent la libération de l’activiste Gloria Sengha Panda, coordonnatrice du mouvement Vigilance Citoyenne (Vici) et de...

Sénégal/Élim-Mondial 2026 : Aliou Cissé dévoile sa liste pour les deux prochaines journées

Pour le choc face à la RDC et à la Mauritanie, Aliou Cissé, sélectionneur des Lions de la Teranga du Sénégal, a dévoilé sa...

Burkina Faso : début d’assises nationales pour décider de la suite de la transition

Ce samedi 25 mai, des assises nationales de deux jours ont débuté au Burkina Faso, pays dirigé par un régime militaire depuis 2022, pour...

L’Égypte atteint l’autosuffisance en riz

La production égyptienne de riz a atteint 4,8 millions de tonnes par an, soit 79% de l’autosuffisance au cours de la période 2019-2020. C’est...

Sur le même thème

Ouganda : le gouvernement en négociation avec Sinohydro sur la ligne électrique vers le Soudan du...

Le gouvernement ougandais est en pourparlers avec la société chinoise Sinohydro Corporation Limited pour le développement d'une ligne de transport d'électricité de 180 millions...

L’Ouganda va lancer sa première usine de transformation d’étain

En Ouganda, le lancement de la première usine de raffinage d'étain, sera lancé le mois prochain dans la région du sud-ouest, a annoncé le...

La Côte d’Ivoire inaugure sa première centrale solaire

Ce mercredi 3 avril, la Côte d'Ivoire a inauguré sa première centrale solaire, un projet qui s'inscrit dans la volonté du pays d'atteindre 45%...

Nigeria : le président Bola inaugure la deuxième ligne du terrain urbain de Lagos

Au Nigeria, le président Bola Tinubu a inauguré la deuxième ligne du train urbain de Lagos, capitale économique et ville la plus peuplée du...

Une société américaine signe un accord pour la liaison ferroviaire Guinée-Libéria

Lundi 12 février, la Société américaine High Power Exploration Inc (HPX), fondée par Robert Friedland, milliardaire minier, a signé un accord avec le gouvernement...