Des morts et des blessés dans les manifestations au Nigéria

Lire aussi

Le bilan officiel n’est pas encore connu. Au moins 18 personnes, dont deux policiers, sont mortes dans les manifestations au Nigéria contre les violences policières à Lagos. Les autorités annoncent une enquête.

Selon des témoins cités par les médias locaux, près de 12 personnes ont été tuées et d’autres blessées lorsque les soldats ont ouvert le feu pour disperser les manifestants. Amnesty International déclare avoir obtenu des informations crédibles sur les décès.

L’armée, elle, rejette toutes ces accusations. Les autorités ont promis une enquête. Un couvre-feu d’une durée indéfini de 24 heures a été imposé à Lagos et dans d’autres régions.

La situation reste très tendue dans la capitale Lagos. Des bâtiments, privés et publics, ont été incendiés mercredi 21 octobre par des manifestants en colère, au lendemain de la répression sanglante d’une manifestation pacifique au bilan controversé.

En dépit du couvre-feu total imposé par les autorités, le siège d’une station de télévision, appartenant à un politicien du parti au pouvoir, a été incendié.

Une importante station de bus a aussi été incendiée. Plusieurs coups de feu tirés par les forces de l’ordre ont été entendus à différents endroits de la ville, selon des témoins.

Plusieurs médias locaux nigérians sont revenus sur «mardi sanglant». Le Nigéria est affecté par les violences. Sur les réseaux sociaux, les appels à la démission du président Muhammadu Buhari, portés notamment par la star de la musique nigériane Davido et ses millions d’abonnés, se multiplient.

«M. Buhari vous êtes un échec ! Vieux et incompétent ! Nous ne voulons pas de vous, ni de votre vice-président et de votre chef de la police! Démissionnez», a tweeté l’autre grande star de la musique nigériane Wizkid.
Depuis près de deux semaines, des milliers de jeunes battent le pavé dans les grandes villes du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique et première puissance économique du continent, contre le pouvoir central.

Jacques Matand’/AFP

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC : soupçonné de corruption, Vidiye Tshimanga en liberté provisoire

Proche du président Tshisekedi, Vidiye Tshimanga, 45 ans, soupçonné de corruption, est en liberté provisoire depuis mardi 27 septembre,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img