Gambie : vers l’interdiction de l’excision ?

Alors que le vote final doit avoir lieu le 24 juillet au Parlement, les députés ont approuvé un rapport qui soutient l’interdiction de l’excision et des mutilations génitales féminines après un débat houleux lundi 8 juillet.

 

35 députés ont voté en faveur du rapport. 17 contre et deux se sont abstenus. Visiblement, c’est un pas vers l’interdiction de l’excision. Même s’il reste encore un vote. La commission, qui a présenté ses conclusions devant le Parlement, préconise de maintenir la loi de 2015 et d’interdire la circoncision féminine sous toutes ses formes. Il s’agit notamment de mutilations génitales ou d’excision.

 

Cette structure affirme que les mutilations génitales féminines sont une violation des droits humains. Selon cette commission, elles perpétuent les inégalités de genre et la discrimination envers les femmes et contreviennent à des engagements internationaux pris par la Gambie. Elle indique que « la mutilation génitale féminine n’est pas islamique, mais une coutume traditionnelle ». Elle argue d’avoir interrogé des érudits musulmans, parmi environ 150 experts et témoins, dont des personnes qui ont subi ces mutilations.

Lire aussi :  Gambie : le gouvernement renforce les mesures de santé après la mort mystérieuse de dizaines d'enfants

 

Mais pour les avocats de la levée de l’interdiction, l’excision est une pratique profondément enracinée dans les croyances traditionnelles, culturelles et religieuses de la majorité des Gambiens et soutenue par l’Islam.

 

Ce débat divise profondément l’opinion dans le pays. Si le texte venait à être adopté ce 24 juillet, la Gambie deviendrait le premier pays au monde à annuler l’interdiction de telles mutilations, selon les Nations unies.

 

Ce pays d’Afrique de l’ouest fait partie des dix pays où le taux de MGF est le plus élevé. L’Unicef chiffre à 73% des femmes et des filles de 15 à 49 ans, qui ont subi cette pratique.

Lire aussi :  Gambie : la Cour suprême confirme la réélection d’Adama Barrow

 

En fait, les MGF incluent l’ablation partielle ou totale du clitoris (excision), ou plus largement des organes génitaux externes, ou toute autre blessure des organes génitaux. En dehors de la douleur et du traumatisme, elles peuvent avoir de graves conséquences : infections, saignements, et plus tard stérilité et complications en couches.

 

La Rédaction

Les plus lus

J.O Paris 2024… (Carnet de Christian Gombo)

Six athlètes congolais, qui sont obligés de vivre l'article 15, l'article qui fait vivre toute une République, l'article que nous avons hérité de papa...

Congo : taux d’analphabétisme élevé chez les demandeurs d’emplois au CHU de Brazzaville

Une enquête de l’Inspection générale de la santé de la République du Congo menée de décembre 2020 à février 2021, en marge des recrutements...

RDC/Exetat 2024 : résultats attendus cette semaine

En RDC, la publication de résultats des Examens d'État édition 2024 doit débuter à partir du 24 juillet, selon l'inspecteur général de l'Education nationale...

RDC : des images choquantes qui lèvent le voile sur les conditions de détention à la prison...

Surpeuplement, maladies, pas d’eau potable… Des images diffusées sur les réseaux sociaux par le journaliste Stanis Bujakera, directeur de publication du site d’information congolais...

En RDC, Félix Tshisekedi appelle le gouvernement Suminwa à l’efficacité

En lançant le séminaire de trois jours du gouvernement dimanche 21 juillet, le président Félix Tshisekedi appelle l’équipe de Judith Tuluka à répondre aux...

Sur le même thème

Gambie : rejet du projet de loi visant à interdire l’excision

Lundi 15 juillet, le Parlement gambien a rejeté le projet de loi, visant à mettre fin à l'interdiction des mutilations génitales féminines.   Le Parlement a...

En RDC, qu’en est-il du seuil de représentativité féminine dans le gouvernement Suminwa ?

Dévoilé plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, comprend 54...

Le 8 mars, des milliers de femmes en noir réclament la paix dans l’est de la...

En RDC, des femmes en noir ont, lors de la célébration de la journée internationale des droits de la femme, réclamé la paix dans...

RDC/Ituri : plus de 140 cas de violences sexuelles recensés depuis début janvier

Près de 147 cas de violences sexuelles ont été enregistrés en Ituri depuis le début janvier, selon une statistique publiée par l'ONG Sofepadi à...

Afrique : Kamala Harris annonce l’initiative d’un milliard Usd pour l’émancipation économique des femmes

Au terme de la première étape de sa tournée en Afrique au Ghana, Kamala Harris, vice-présidente américaine, a annoncé mercredi 29 mars une initiative...