RDC : appels à une enquête internationale après le massacre de masse à Kisheshe

Lire aussi

Vendredi 02 décembre, des personnalités, organisations et diplomates ont dit être horrifiés et ont demandé une enquête après les informations sur un massacre qui aurait fait mardi dans l’est de la RDC au moins 50 morts, selon les autorités congolaises, qui accusent la rébellion du M23.

Aucun bilan de source indépendante n’était toutefois encore disponible.

Le mouvement rebelle a contesté être l’auteur de cette tuerie, tout comme il a démenti être responsable de la violation jeudi d’un cessez-le-feu entre ses combattants et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Mardi, alors que la trêve tenait encore avec l’armée loyaliste, des combats ont opposé le M23 à des milices dans le village de Kisheshe, à quelque 70 km au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

L’AFP avait recueilli mercredi par téléphone des témoignages faisant état d’un grand nombre de morts parmi les habitants, qui auraient été assimilés par les rebelles à des miliciens venus les combattre en tenue civile.

« Il y a eu des représailles aveugles », a estimé le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya, après la diffusion jeudi par l’armée d’un communiqué accusant le M23 d’avoir « lâchement assassiné » 50 personnes.

« Il y a même un médecin qui parle de 120 morts », a ajouté M. Muyaya, tout en soulignant que peu d’informations parvenaient de cette zone sous occupation rebelle. « Des dispositions sont prises notamment avec la Monusco (la force de l’ONU en RDC) pour aller sur place et vérifier », a-t-il ajouté.

La Monusco, a condamné ces actes épouvantables et appelé « les autorités compétentes à enquêter sans délai ». « Notre Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’Homme a été saisi et se tient prêt à contribuer à ces efforts », a-t-elle ajouté.

Sur Twitter, le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018 pour son action en faveur des femmes violées, s’est également dit horrifié par les informations faisant état « de massacre de masse, de personnes disparues et recrutement forcé d’enfants ».

Stephanie Miley, chargée d’affaires des Etats-Unis, ou encore Jean-Marc Chataigner, ambassadeur de l’Union européenne, avaient souligné dès jeudi, également sur Twitter, que ces actions pourraient constituer « des crimes de guerre ».

« Les forces de maintien de la paix de l’ONU devraient être déployées d’urgence (…) pour protéger les survivants », a estimé Thomas Fessy, représentant de Human Rights Watch en RDC, en appelant lui aussi à « une enquête indépendante ».

Le M23, une ancienne rébellion tutsi, a repris les armes en fin d’année dernière. Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir activement ce mouvement, ce que Kigali dément.

AFP/Sahutiafrica

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC/Nord-Kivu : enquête sur l’accrochage entre Casques bleus et manifestants à Kanyaruchinya

Le gouvernement provincial du Nord-Kivu annonce l’ouverture des enquêtes sur l’accrochage entre Casques bleus et manifestants à Kanyaruchinya, groupement...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img