«Elire le Président de la République au second degré est un danger pour la République» (Professeur Mwayila Tshiyembe)

Le 8 septembre dernier, le député Ngoyi Kasanji, ancien gouverneur du Kasaï-Oriental et haut cadre du FCC, a avancé l’idée de réformer l’élection du Président de la République. «L’argent consacré à l’organisation des élections dépasse de loin ce qui est consacré aux investissements pour la reconstruction du pays…Faut-il alors réfléchir et engager une réforme qui consiste à aller vers une élection indirecte concernant l’élection présidentielle», a indiqué l’ancien gouverneur sur les antennes de Radio Okapi.

Le professeur Mwayila Tshiyembe, expert en relations internationales, indique que le projet d’élection au second degré du Président ne date pas d’aujourd’hui. «C’est un projet qui date déjà de l’époque Mobutu et qui revient comme une arlésienne. Et chaque fois que les gens sont à court d’idées, ils reviennent avec ce projet d’élection indirecte du président», observe le Professeur.

Il est aussi vrai que ce mode de scrutin est déjà appliqué en Afrique du Sud et en Angola. En Afrique du Sud, tant que la majorité noire demeurera, il n’y aura pas de changement à la tête de ce pays. Les noirs sont majoritaires et les blancs minoritaires. Le sort du pays est déjà scellé.

«La RDC est un pays singulier. Quand vous avez près de 500 tribus ou communauté de destin dans un pays de 2.345.000Km2. Un pays qui fait quasiment toute l’Europe occidentale, il faut faire attention», prévient le professeur Mwayila Tshiyembe.

Election au second degré, danger!

Le principe des élections à deux tours est que le Président de la République soit élu à 50% minimum +1 pour représenter l’ensemble du peuple du Congo. «Evidemment avec la réforme introduite par le régime précédent, on a supprimé le second tour qui était l’espace de rassemblement ou l’étape de rassemblement après que les gens soient divisés sur leurs partis au premier tour. Il y avait la possibilité d’avoir au second tour, le président sortir au minimum avec 50%+1. Malheureusement, cette réforme avait eu lieu, le président est élu dès lorsqu’un des candidats est devant les autres, même avec 15% ou 20%. C’est un danger pour la cohésion nationale et la représentativité du Président de la République» explique le Professeur.

«Demander à ce que le président soit élu par les députés ou sénateurs comme dans les années 60, c’est un danger. Parce que aujourd’hui, il y a des congolais qui ont les moyens financiers et qui peuvent acheter les députés et les sénateurs. C’est ça la crainte de beaucoup de gens. Déjà que, lors des élections provinciales, les gens qui ont de l’argent achètent des députés provinciaux. Avec ça, le pays risque de connaître un sort malheureux. Quel est l’intérêt du pays à vouloir élire le président au second degré? Le Président de la République doit mobiliser le pays, présenter son projet de société. Si son projet obtient l’adhésion des congolais, il est réconforté. C’est ça le principe même de la légitimité», poursuit le professeur Mwayila Tshiyembe, expert en relations internationales.

Jacques Matand’

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

En RDC, qu’en est-il du seuil de représentativité féminine dans le gouvernement Suminwa ?

Dévoilé plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, comprend 54...

RDC/Élim-Mondial 2026 : début de stage des Léopards à Rabat

Ce mercredi 29 mai, les Léopards de la RDC entament leur stage à Rabat au Maroc pour les préparatifs de la 3ᵉ et 4e  des...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

RDC/Linafoot : Mazembe sacré champion

Grâce à sa victoire à domicile face au FC les Aigles du Congo ce mercredi (3-1), le TP Mazembe remporte le championnat congolais pour...

Sur le même thème

Burkina Faso : enlèvement du lieutenant-colonel Zoungrana poursuivi pour «tentative de déstabilisation»

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel burkinabè Emmanuel Zoungrana, poursuivi pour des faits présumés de « tentative de déstabilisation » et remis en liberté provisoire mardi, a...

Sénégal : le président Bassirou Diomaye Faye attendu au Mali et au Burkina Faso

Le président Bassirou Diomaye Faye doit se rendre au Mali au Burkina Faso pour une visite officielle ce jeudi 30 mai, selon la présidence...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

Libye : Mohamed Oun reprend ses travaux après deux mois de suspension

Suspendu temporairement, Mohamed Oun, ministre du Pétrole et du Gaz du gouvernement d'unité nationale de Tripoli, a repris ses fonctions après deux mois de...