Guinée-Bissau : l’armée assure contrôler la situation après une nuit de combats

Des tirs, nourris par intermittence, ont retenu une partie de la nuit et vendredi matin à Bissau entre les éléments de la Garde nationale d’une partie, retranchés dans une caserne du sud de la ville, et les forces spéciales de la Garde présidentielle de l’autre, a rapporté un correspondant de l’AFP.

 

Le calme est revenu en milieu de matinée avec la capture ou la reddition du commandant de la Garde nationale, le colonel Victor Tchongo, annoncé par l’armée, a constaté un correspondant de l’AFP.

 

Les habitants ont repris leurs habitudes dans les quartiers périphériques, mais l’activité est conservée très lentement dans le centre, parcouru par des patrouilles de militaires en pick-up. La protection a été renforcée auprès des bâtiments officiels, et aux abords de la présidence, de l’état-major et de la police judiciaire.

 

L’armée a transmis aux médias une photo présentée comme celle du colonel Tchongo entre les mains de l’armée sur un pick-up, le vêtement apparemment ensanglanté. Elle a aussi fait circuler une vidéo censée montrer huit captifs de la Garde nationale en uniforme allongé sur le ventre dans une cour de la caserne où ils s’étaient retranchés. On y voit un certain nombre d’armes automatiques prises par l’armée.

 

« Le colonel (Victor) Tchongo est entre nos mains. La situation est totalement sous contrôle », a dit le capitaine Jorgito Biague, un porte-parole de l’état-major militaire de ce petit pays lusophone d’Afrique de l’Ouest, pauvre et politiquement instable.

 

Un responsable militaire, s’exprime sous le couvert de l’anonymat compte tenu de la sensibilité de la situation, a dit que le colonel Tchongo s’était rendu.

Lire aussi :  La Guinée-Bissau en attente des résultats du scrutin législatif

 

Les éléments de la Garde nationale avaient fait irruption jeudi soir dans les locaux de la police judiciaire pour en extraire le ministre de l’Économie et des Finances, Souleiman Seidi, et le secrétaire d’État au Trésor public, Antonio Monteiro qui y étaient impliqués, selon les responsables de l’armée et du renseignement. Puis ils se sont mis à l’abri dans un camp du quartier de Santa Luzia, résistant par les armes à l’armée.

 

Les deux membres du gouvernement que les éléments de la Garde nationale sont soupçonnés d’avoir soustrait à la police ont été récupérés sains et saufs, a ajouté le responsable militaire.

 

«Etat fractionnalisé»

« Mes enfants et moi n’avons pas fermé l’œil à cause des tirs. Les enfants ont peur et se collent à moi chaque fois que les armes crépitent », a dit une institutrice jointe par téléphone et taisant son identité pour sa sécurité, alors que les rafales continuaient à retenir.

 

Des habitants ont fui temporairement le sud de la ville pour le nord. La Guinée-Bissau accuse une instabilité politique chronique et a connu été depuis son indépendance du Portugal en 1974 une kyrielle de coups de force, le dernier en février 2022.

 

Les événements de la nuit paraissent renvoient à la réalité « d’Etat frationnalisé » et aux rivalités anciennes entre la présidence d’Umaro Sissoco Embalo et l’historique Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), a dit à l’AFP Vincent Foucher, chercheur au Centre national de recherche scientifique (CNRS, France).

Lire aussi :  Report des élections législatives en Guinée-Bissau

 

Les deux membres du gouvernement ont été entendus par la police judiciaire sur instruction du procureur général, nommé par le président. La Garde nationale répond elle essentiellement au ministère de l’Intérieur, dominé par le PAIGC comme les principaux ministères après la victoire de la coalition qu’il menait aux législatives en juin 2023.

 

« Si la Garde nationale y va (à la Police judiciaire), c’est parce qu’elle est sous l’autorité de l’Intérieur ; si la Garde présidentielle intervient, c’est parce qu’elle est sous celle du président », a expliqué le chercheur.

 

« Les choses fonctionnent ainsi en Guinée-Bissau, avec des espèces de coalition entre certains segments des forces de sécurité et des acteurs politiques ». Les deux membres du gouvernement avaient été convoqués jeudi matin par la justice, puis placés en garde à vue. Ils ont été intégrés pendant plusieurs heures à propos du retrait de dix millions de dollars des caisses de l’Etat.

 

Seidi, interrogé lundi sur ce retrait par des députés lors d’une séance à l’Assemblée nationale, avait affirmé qu’il était légal et destiné à soutenir le secteur privé national. Ce nouveau coup de chaud est survenu alors que le président Embalo, élu en décembre 2019 pour cinq ans, se trouve à Dubaï pour assister à la 28e conférence des Nations Unies sur le climat (COP28).

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC/Football : le président Tshisekedi promet d’honorer Héritier Luvumbu

En RDC, le président Tshisekedi promet d'honorer l'attaquant Héritier Luvumbu, rentré à Kinshasa, capitale congolaise, après avoir résilié son contrat avec un club rwandais...

Kenya/Athlétisme : Kelvin Kiptum, roi du marathon, décoré lors de ses funérailles

Vendredi 23 février, Kelvin Kiptum, détenteur du record du monde de marathon, décédé en début du mois, a été honoré lors de ses funérailles,...

Gabon/Football : Pierre-Emerick Aubameyang dans la légende de la Ligue Europa

Grand artisan de la qualification de l'Olympique de Marseille face au Shakhtar Donetsk au prochain tour de la Ligue Europa (5-3, cumul), Pierre-Emerick Aubameyang,...

Maroc/Football : Ilias Chair condamné à deux ans de prison

A 26 ans, Ilias Chair, international belgo-marocain, a été condamné à deux ans de prison par le Tribunal correctionnel d’Anvers, dont un an avec...

Tunisie : Moncef Marzouki condamné à 8 ans de prison

Jugé par contumace, Moncef Marzouki, ancien président de la Tunisie, a écopé de huit ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’Etat...

Sur le même thème

Des agriculteurs pris en otage à la frontière entre la RDC et le Soudan du Sud

Sept agriculteurs, dont quatre Sud-Soudanais et trois Congolais, ont été pris en otage par un groupe armé dans le territoire de Faradje dans la...

Est de la RDC : des groupes armés endeuillent des familles en Ituri

Plus de trente civils tués au cours de la semaine dernière en Ituri, selon la coordination provinciale de la société civile de cette province...

Des milliers de personnes fuient face à la menace djihadiste dans le nord du Mozambique

Face à la flambée de violences perpétrées par les djihadistes, des milliers de personnes ont été contraints à fuir leurs foyers, a indiqué l’agence...

Les dépouilles de deux soldats sud-africains tués dans l’est de la RDC rapatriées

Tués dans un tir de mortier dans l’est de la RDC, théâtre d’affrontements entre l’armée et les rebelles du M23, les dépouilles de deux...

Accord militaire entre la Somalie et la Turquie

Mercredi 21 février, la Somalie, confrontée à la menace de djihadistes al-shebab, a signé un accord militaire avec la Turquie pour renforcer son armée.   Cet...