La crise alimentaire pousse les Nigérians dans les rues

Le quotidien de nombreux Nigérians s’est fortement dégradé en raison de la flambée des prix alimentaires, les obligeant à sauter des repas et à manger du riz de mauvaise qualité, autrefois utilisé pour nourrir les poissons, et même parfois à creuser des fourmilières pour chiper des graines aux insectes.

 

Depuis quelques semaines, les habitants de plusieurs villes du centre et du nord du pays descendent dans les rues pour exprimer leur colère.

 

La semaine dernière, à Suleja, près de la capitale Abuja (centre), des centaines de manifestants ont défilé dans les rues arborant des pancartes où l’on pouvait notamment lire : « Les Nigérians souffrent ».

 

A Minna, dans l’Etat du Niger (centre-nord), des manifestants ont bloqué des routes et à Kano (nord), la deuxième ville la plus peuplée du Nigeria, et des femmes ont décrété les prix élevés de la farine.

 

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des Nigérianes dans le nord du pays en train de creuser la terre pour y trouver des graines stockées par des fourmis, pour nourrir leurs enfants.

 

Depuis son arrivée au pouvoir l’année dernière, le président du Nigeria, Bola Ahmed Tinubu, a mis fin à la subvention des carburants et au contrôle des appareils, ce qui a entraîné un triplement des prix de l’essence et une hausse du coût de la vie, le naira perdant fortement de sa valeur par rapport au dollar.

 

Le taux d’inflation au Nigeria atteindra 28,92% en décembre, son plus haut niveau depuis trois ans. Les Nigérians sont aux prises avec « des difficultés économiques, la faim et la famine », a souligné lundi l’influent émir traditionnel de Kano, Aminu Ado Bayero, appelant le président à prendre des mesures d’urgence.

Lire aussi :  Nigeria : le bilan de l’attaque contre une église catholique passe à 22 morts

 

Au moins 63 % des 220 millions d’habitants du Nigeria vivent dans une situation d’extrême pauvreté, selon les chiffres officiels. De nombreux Nigérians ont dû renoncer à des aliments comme des « produits de luxe », tels que la viande, les œufs, le lait et les pommes de terre.

 

Le riz de la survie

 

À Kano, les habitants se sont tournés vers du riz bon marché et de qualité inférieure, appelés « afafata », qui signifie « se battre » en langue haoussa et fait référence à son utilisation dans les moments difficiles.

 

Le coût de la farine de maïs, du mil et du sorgho a également augmenté, et 80% des céréales sont produites dans le nord-ouest et le nord-est du pays, mais l’insécurité dans ces régions a accru la pression sur les approvisionnements.

 

Les raids meurtriers et les enlèvements contre rançon perpétrés par des gangs criminels dans le nord-ouest et le conflit djihadiste dans le nord-est ont déplacé de nombreuses communautés agricoles.

 

Le Nigeria a également fermé sa frontière nord avec le Niger après le coup d’État militaire qui a renversé le président Mohamed Bazoum l’année dernière, suggérant ainsi le millet et le niébé d’atteindre les marchés du nord du Nigeria.

 

«Sécuriser nos villages»

 

Le ministre nigérian de l’agriculture, Abubakar Kyari, a déclaré lundi devant le Parlement que la sécurité alimentaire du pays était mise à rude épreuve depuis la pandémie de Covid-19 et des inondations dévastatrices.

Lire aussi :  Nigeria : le président Tinubu nommé chef de l’armée et de la sécurité 

 

Mais selon Ya’u Tumfafi, un responsable du marché aux céréales de Dawanau, dans la banlieue de Kano, le problème est ailleurs : « des richesses se sont mises à vendre des céréales qu’ils stockent en grande quantité dans des entrepôts ».

 

Pour répondre au mécontentement croissant, le président Tinubu a ordonné le déblocage de 102.000 tonnes métriques de céréales de la réserve stratégique pour les vendre à un taux subventionné afin de faire baisser les prix des denrées alimentaires.

 

À Kano, les autorités ont effectué des descentes dans des entrepôts où des commerçants sont soupçonnés de stocker des denrées alimentaires. Au début du mois, le gouvernement de l’Etat de Yobe a interdit les achats en gros de céréales sur les marchés locaux.

 

Le gouverneur de l’Etat du Niger, Mohammed Umar Bago, a annoncé vendredi l’interdiction des achats en gros de marchandises alimentaires sur les marchés locaux, ordonnant aux forces de sécurité de confisquer les camions transportant des produits en vrac et de « partager la nourriture avec la population ».

 

Mais pour le négociant en céréales Ya’u Tumfafi, il ne s’agit que de « mesures palliatives ». « Quel impact peut avoir 102.000 tonnes métriques pour 220 millions de personnes ? ». « Laissons le gouvernement sécuriser nos villages du nord-ouest et du nord-est pour que les gens puissent revenir et cultiver leurs fermes », a-t-il préconisé.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

La Russie envoie des instructeurs militaires et un système de défense aérienne au Niger

Après avoir tourné le dos à Paris et à Washington, Niamey mise sur sa coopération avec Moscou qui l’a envoyé des instructeurs militaires et...

RDC : «Semaine de la science et des technologies», pour la promotion de la culture scientifique...

Discours, conférences, expositions... La 11ᵉ édition de la Semaine de la science et des technologies s'est clôturée mercredi 10 avril, à Kinshasa, capitale congolaise.   Il...

RDC/Linafoot : «…même dans la difficulté, nous arrivons à faire la différence» (Lamine N’Diaye)

Après la victoire du TP Mazembe face au FC Les Aigles mercredi 10 avril (0-3), Lamine N'Diaye, entraîneur de Mazembe, a salué la performance...

En Afrique, près de 55 millions de personnes en insécurité alimentaire

Près de 55 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique de l'ouest et centrale, ont annoncé les agences humanitaires de l'ONU ce...

Volcan Nyiragongo: Goma ville résiliente se relèvera de cette éruption comme en 2002

« Goma, chef-lieu, capitale du Nord-Kivu, est pour l’est du Congo un gift », annonce d’entrée Yekima de BelArt, artiste musicien congolais, dans son...

Sur le même thème

RDC : clôture du Ramadan dans une bonne ambiance à Kinshasa

« Takbir Allahou Akbar ! Takbir Allahou Akbar ! (Dieu est grand ! Dieu est grand en français) », lancent des fidèles musulmans, qui ont...

Au Tchad, près de 3,4 millions de personnes sous menace d’insécurité alimentaire

Plus de 3,4 millions de personnes ont un besoin « urgent » d'une réponse humanitaire au Tchad, selon Action contre la faim (ACF), conséquence de l'afflux...

Rwanda : 30 ans après le génocide, des victimes de viols commencent à trouver la paix

Chaque année, quand venaient le mois d'avril et les commémorations du génocide des Tutsi, Agatha* éteignait la radio et se murait dans le silence,...

RDC : à Kinshasa, les musulmans se préparent pour la rupture du Ramadan

« On prépare la fête avec une collection de nouveaux vêtements pour être élégant. C'est pour cela que je me suis déjà acheté une tunique...

Au Kenya, les médecins durcissent leur mouvement de grève

Ce mardi, plusieurs centaines de médecins hospitaliers ont manifesté à Nairobi, capitale du Kenya, pour exiger des revalorisations salariales et de meilleures conditions de...