Les dirigeants africains mécontents de l’absence de l’Occident au sommet sur le climat

Lire aussi

Lundi 5 septembre, les chefs d’États africains ont critiqué l’absence d’homologues occidentaux lors d’une réunion à Rotterdam aux Pays-Bas où ils ont plaidé pour des fonds pour aider leurs pays à s’adapter au réchauffement climatique.

Le président sénégalais et chef de l’Union africaine Macky Sall, et le président congolais Félix Tshisekedi ont déclaré que les pays riches responsables de la plupart des émissions de CO2 auraient dû être là. Ce sommet a lieu deux mois avant la conférence cruciale sur le climat COP27 en Égypte en novembre.

« Je ne peux manquer de constater avec une pointe d’amertume l’absence des dirigeants du monde industrialisé. Parce que ce sont les principaux pollueurs de notre planète et que ce sont eux qui doivent financer l’adaptation », a déclaré M. Sall à l’ouverture de l’événement.

Il souligne que ce n’était « pas seulement le sort de l’Afrique qui est en jeu, mais le sort de l’humanité et l’avenir de la planète ».

Le président congolais Félix Tshisekedi a également eu des mots durs pour les dirigeants occidentaux, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte étant le seul à s’être présenté au sommet en personne.

« Je déplore l’absence des dirigeants des nations industrialisées et du secteur privé qui sont, comme nous le savons, les plus grands pollueurs », a déclaré M. Tshisekedi.

Il indique que le continent africain a le moindre impact sur le changement climatique, mais paradoxalement subit la majorité de ses conséquences.

Devoir moral

« Le continent africain n’émet qu’environ trois pour cent des émissions mondiales de CO2 », a ajouté l’ancien chef de l’ONU Ban Ki-moon. « Nous avons le devoir moral d’aider les pays africains à s’adapter », a-t-il dit.

Le sommet, le premier à se concentrer sur l’aide à l’adaptation de l’Afrique aux retombées du changement climatique, réunit l’Union africaine, le Fonds monétaire international (FMI) et le Centre mondial sur l’adaptation basé aux Pays-Bas.

Ils espèrent lever des promesses de dons de quelque 250 millions Usd en capital pour attirer des investisseurs dans des programmes d’adaptation.

« Nous devons trouver 250 millions Usd, ce n’est pas trop demander », a déclaré le chef d’État sénégalais.

Le Premier ministre néerlandais Rutte a admis dans son discours de clôture que la participation des dirigeants non africains avait été décevante. « Je sais que beaucoup voulaient venir, mais je pense simplement que la fréquentation n’a pas été au niveau que nous aurions souhaité », a-t-il dit.

« La communauté internationale devait réfléchir à la manière dont à l’avenir. Nous aurons autant de dirigeants présents que possible lors des futures conférences COP et autres réunions sur le climat, a-t-il ajouté.

Les nations africaines se sont mises d’accord lors d’un sommet au Gabon la semaine dernière sur un effort commun pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius (un objectif que les scientifiques craignent de plus en plus insaisissable) lors des prochaines négociations de l’ONU sur le climat. Cela et la réunion de Rotterdam font partie d’une série de réunions régionales avant la COP27 à Charm el-Cheikh du 6 au 18 novembre.

La Rédaction

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC/ESU : des étudiants en terminale se plaignent de la grève des professeurs

« Nous venons fraîchement de finir le stage et nous sommes rentrés à l’Ifasic pour finir les deux cours qui...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img