RDC : pourquoi Moïse Katumbi a-t-il été empêché de se rendre dans le Kongo Central ? 

En RDC, l’opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, a été empêché de se rendre dans le Kongo Central, où il devait tenir un meeting. Si les autorités justifient cette décision par des impératifs sécuritaires, l’opposition dénonce les dérives dictatoriales du régime Tshisekedi. 

« Je viens d’écouter le gouverneur du Kongo-Central avec tous les services de sécurité. Il m’a laissé entendre qu’il n’a jamais refusé l’organisation des manifestations dans sa province, mais qu’il avait posé quelques préalables, notamment, ajourner la tenue des manifestations de deux jours », a réagi Peter Kazadi, ministre congolais de l’Intérieur, au lendemain de cet incident. D’après lui, le parti de Moïse Katumbi a refusé de reporter ses activités. 

Mardi 23 mai. Route de Matadi à Mitendi, à la sortie de Kinshasa. Chants, acclamations… Escortés par quelques dizaines de militants, Moïse Katumbi et ses collaborateurs sont en direction du Kongo Central. Mais ils se voient obligés de rebrousser chemin. Obstacle ? Un escadron de policiers les empêche de passer. Et même lorsque le président d’Ensemble demande à se rendre dans cette province en tant que simple citoyen. Sans mener des activités politiques. La police reste de marbre. Pourquoi ? L’ordre est venu du gouverneur. 

Aussitôt, Guy Bandu, gouverneur du Kongo Central, a été rappelé à Kinshasa « toutes affaires cessantes » pour consultation, selon une correspondance du ministre de l’Intérieur. Mais la veille de cet incident, le gouverneur du Kongo Central avait demandé à Ensemble, parti de Moïse de Katumbi, de reporter ce déplacement d’un seul jour au lieu d’une semaine et limiter ses activités à un lieu déterminé à l’avance

Dans l’opposition, cet incident est perçu comme une dérive dictatoriale du régime Tshisekedi. « Je trouve cette obstruction aux libertés de Moïse Katumbi comme anticonstitutionnelle et inacceptable. Cette violation des droits de l’homme rappelle la dictature », a dénoncé le sénateur Augustin Matata, opposant congolais et ancien Premier ministre. 

Pour Delly Sesanga, un autre leader de l’opposition, la « dérive du régime atteint un point de rupture du pacte républicain qui appelle à son rejet total ». Il évoque notamment l’article 64 de la Constitution. 

Après la manifestation de l’opposition réprimée samedi, cet incident illustre le bras de fer, déjà tendu, qui oppose le pouvoir à Moïse Katumbi, son allié d’hier devenu un farouche opposant. 

Entre-temps, le climat politique se crispe. L’opposition appelle à manifester devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce jeudi pour dénoncer un processus électoral chaotique. Cette manifestation est interdite par les autorités de la ville. 

Trésor Mutombo 

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

Tchad : plusieurs ministres reconduits dans le gouvernement d’Allamaye Halina

Au Tchad, plusieurs ministres ont été reconduits dans le nouveau gouvernement nommé lundi 27 mai, selon un décret présidentiel lu à la télévision nationale.   Ce...

RDC/Roller : le grand retour à Kinshasa

En inactivité depuis plusieurs années, le Roller a fait son retour de cendres, samedi 25 mai, à Kinshasa, capitale congolaise, grâce à l'implication du...

Au Mali, interpellation d’un proche de Choguel Maïga

Lundi 27 mai, un proche de Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre de la transition, a été interpellés par des hommes du Renseignement, quelques jours après...

RDC/Linafoot : Mazembe en maître

Grâce à sa victoire dans le derby lushois face au FC Saint-Eloi Lupopo ce mercredi 22 mai (1-0), le TP Mazembe s'offre le titre...

Sur le même thème

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

Libye : Mohamed Oun reprend ses travaux après deux mois de suspension

Suspendu temporairement, Mohamed Oun, ministre du Pétrole et du Gaz du gouvernement d'unité nationale de Tripoli, a repris ses fonctions après deux mois de...

Tchad : plusieurs ministres reconduits dans le gouvernement d’Allamaye Halina

Au Tchad, plusieurs ministres ont été reconduits dans le nouveau gouvernement nommé lundi 27 mai, selon un décret présidentiel lu à la télévision nationale.   Ce...

Au Mali, interpellation d’un proche de Choguel Maïga

Lundi 27 mai, un proche de Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre de la transition, a été interpellés par des hommes du Renseignement, quelques jours après...

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara en lice pour un quatrième mandat ?

Le président Alassane Ouattara va-t-il ou non briguer un quatrième mandat ? Jusque-là, le chef de l’Etat n’a pas dévoilé ses intentions, ses partisans le...