RDC: Tension à l’Hôpital Général de Kinshasa autour de l’installation du nouveau comité

Lire aussi

L’installation du nouveau comité de l’Hôpital général de référence de Kinshasa (Ex Mama Yemo) est prévue pour vendredi 11 décembre. Elle devait avoir lieu jeudi 10 décembre, mais a été reportée pour faire baisser la tension à Mama Yemo entre le personnel et l’ancien comité. 

A l’hôpital, beaucoup d’agents (médecins, infirmiers et cadres) soutiennent le nouveau comité, qui selon eux, peut aider l’hôpital à s’améliorer. «Le comité dirigé par Dr Colin Ngobila Mbaka, n’a pas apporté grand-chose à l’hôpital. Déjà que le médecin directeur Ngobila ne connait pas l’hôpital parce qu’il n’a pas une expérience dans les hôpitaux publics. Il est venu parachuté et voudrait se maintenir alors qu’il y a un nouveau comité dont les médecins sont de l’hôpital et connaissent mieux Mama Yemo», confie une source médicale. 

Dans l’enceinte de l’hôpital, jeudi 10 décembre, la tension est palpable entre les soutiens de l’ancien comité et ceux du nouveau. Des coups de sifflets et des sons de Vuvuzela ont été entendus dans certains couloirs de pavillons. «Le comité Ngobila doit partir », lancé un groupe d’infirmières, vuvuzela en main pour exprimer leur soutien au nouveau comité. 

Le fond du problème est l’interprétation des textes sur la gestion de l’hôpital général de référence de Kinshasa. « Nous savons que cet hôpital public de niveau tertiaire est sous la responsabilité des autorités nationales. Mais, nous venons d’apprendre que cela est depuis quelques temps sous la responsabilité de la ville de Kinshasa. C’est ainsi que le gouverneur de la ville voudrait maintenir le comite du Dr Colin Ngobila Mbaka, alors que le ministre de la santé a nommé un autre, qui est l’émanation du personnel de l’hôpital », précise une autre source hospitalière. 

Alimasi Kambale

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC : soupçonné de corruption, Vidiye Tshimanga en liberté provisoire

Proche du président Tshisekedi, Vidiye Tshimanga, 45 ans, soupçonné de corruption, est en liberté provisoire depuis mardi 27 septembre,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img