[ Tribune] : Scandale financier de plus en RDC et crise du paiement des salaires : vers une révolution éthique, (Dédé Watchiba) 

L’annonce récente de l’Inspection Générale des Finances (IGF) révélant de nouveaux scandales financiers dans des projets de forages ruraux et d’installation de lampadaires à Kinshasa a mis en lumière les préoccupations croissantes concernant la corruption et la mauvaise gestion des ressources publiques en RDC. Ces malversations, estimées à plusieurs millions de dollars, soulèvent des questions sérieuses quant à l’impunité persistante qui semble entourer de tels actes, puisque si j’extrapole les tendances du passé, tout cela restera probablement impuni. On révèle de détournements de fonds publics, il n’y a pas de suite sérieuse sur le plan judiciaire. Les rares arrestations qu’on voit, il y a beaucoup de mystères autour et on ne sait pas si on a restitué l’argent détourné ou pas. Il y a une opacité entretenue là-dessus.

Cette situation exacerbe la crise de confiance envers le système politique et exige des réformes urgentes et exhaustives pour restaurer l’intégrité et la transparence dans la gestion des affaires publiques. Il y a vraiment crise du système et Il y a donc besoin urgent des réformes dans tous les secteurs.

La population est excédée par ces nouvelles de détournements à répétition qui épinglent les responsables publics et les privés. Dans la plupart de mes tribunes, je ne cesse de proposer des voies et moyens pour extirper cette épine qu’est la corruption du système politique congolais.

La récurrence des scandales financiers et des détournements de fonds publics révèle une culture de corruption enracinée dans le pays, sapant les fondements même de son développement économique et social. Les explications insatisfaisantes fournies par certains responsables publics témoignent d’un déni de réalité et alimentent le mécontentement populaire face à l’inaction des autorités pour traduire les coupables en justice.

En parallèle, la difficulté persistante dans le paiement des salaires des fonctionnaires de l’État, notamment des professeurs d’université, témoigne d’une gestion financière inefficace et d’une priorisation discutable des dépenses publiques. Cette situation fragilise la cohésion sociale et compromet la stabilité économique du pays.

En effet, depuis plusieurs mois maintenant, les professeurs d’université et autres fonctionnaires de l’Etat voient leurs salaires être payés difficilement sans un calendrier précis (et pourtant il est clamé que le budget national est passé de 4 milliards de dollars à 16 milliards de dollars). Les salaires de professeurs d’université par exemple n’ont connu aucune augmentation réelle depuis des années puisque leur pouvoir d’achat a été érodé par la dépréciation du franc congolais face aux devises étrangères.

Lire aussi :  RDC : les propositions de Dédé Watchiba pour accélérer le processus de formation du gouvernement après les élections (Tribune)

Sans reprendre les éléments de langage de la rue, nous avons vu des responsables publics donner des explications bidons pour justifier ces présomptions de malversations et déborder d’énergie pour justifier le retard dans le paiement des salaires des fonctionnaires avec tout ce que cela comporte comme conséquences sociales.

Quelle est cette loi économique et financière qui accorde priorité (avec procédure d’urgence) au décaissement des fonds liés aux « dommages et intérêts » (fixé arbitrairement à près de 27 millions de dollars) d’un individu soi-disant victime de mauvaise décision de justice et suspendre en contrepartie le paiement des salaires de l’écrasante majorité des fonctionnaires publics ?

Le problème du paiement difficile des salaires des agents publics en RDC est préoccupant et nécessite des solutions urgentes.

Comme je le fais toujours dans mes tribunes, voici quelques propositions pour régler ce problème public qui est crucial pour la paix sociale :

1. Établissement d’un calendrier de paiement précis: Mettre en place un calendrier de paiement clair et prévisible pour les salaires des agents publics, avec des dates précises de versement chaque mois. Cela permettra aux fonctionnaires de mieux planifier leurs finances personnelles et réduira l’incertitude quant à la réception de leurs salaires.

2. Priorisation des dépenses salariales dans le budget national: Veiller à ce que le paiement des salaires des agents publics soit une priorité absolue dans l’allocation des ressources budgétaires. Ceci peut impliquer une révision des priorités de dépenses et une allocation suffisante de fonds pour garantir les salaires à temps et en totalité.

3. Modernisation des systèmes de gestion financière: Investir dans des systèmes de gestion financière modernes et efficaces pour améliorer la collecte des recettes, la gestion des dépenses et la transparence des finances publiques. Cela peut inclure l’adoption de technologies de pointe pour automatiser les processus de paiement et réduire les retards et les erreurs.

4. Indexation des salaires sur l’inflation: Réviser périodiquement les salaires des agents publics pour les indexer sur le taux d’inflation afin de maintenir leur pouvoir d’achat face à la dépréciation du franc congolais par rapport aux devises étrangères. Cette mesure garantira que les salaires restent suffisants pour répondre aux besoins des fonctionnaires et de leurs familles.

Lire aussi :  [ Tribune de Dédé Watchiba] : « Amélioration de la gestion des services publics et des infrastructures aéroportuaires en République démocratique du Congo : une approche comparative» !

5. Renforcement des capacités de gestion financière: Former le personnel chargé de la gestion financière au sein de l’administration publique pour améliorer leur expertise et leur efficacité dans la gestion des finances publiques. Cela pourrait contribuer à réduire les inefficacités et les irrégularités qui entravent parfois le processus de paiement des salaires.

6. Dialogue social et consultation avec les syndicats: Engager un dialogue social constructif avec les syndicats et les représentants des fonctionnaires pour comprendre leurs préoccupations et trouver des solutions concertées au problème du paiement des salaires. La participation des travailleurs à ce processus est essentielle pour garantir que les solutions proposées répondent à leurs besoins et à leurs préoccupations.

En mettant en œuvre ces propositions, il est possible de résoudre le problème du paiement difficile des salaires des agents publics en RDC, assurant ainsi une meilleure stabilité financière pour les fonctionnaires et contribuant à renforcer la confiance dans le gouvernement et ses institutions.

En conclusion, les récents scandales financiers révélés par l’Inspection Générale des Finances mettent en lumière une crise profonde au sein du système politique congolais. La culture de corruption et d’impunité qui règne compromet non seulement le développement économique et social du pays, mais sape également la confiance des citoyens envers leurs dirigeants et institutions.

Face à cette réalité alarmante, il est impératif d’adopter des réformes audacieuses et globales pour mettre un terme à cette culture délétère. La restauration de l’intégrité, de la transparence et de la responsabilité dans la gestion des affaires publiques est cruciale pour assurer un avenir prospère et juste pour tous les Congolais. Seul un engagement ferme envers ces principes fondamentaux permettra de surmonter la crise actuelle et de bâtir un système politique véritablement démocratique et respectueux des droits de tous.

Dédé Watchiba, Professeur d’Universités, Chercheur et Analyste politique

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

DRC Mining Week 2024: Déficit de l’énergie en RDC, Hugo Sinza de TFM propose des actions...

Le déficit en énergie pose de plus en plus problème à l'industrie en général et à l'industrie minière en particulier. La DRC Mining Week...

Sur le même thème

Au Malawi, Lazarus Chakwera nomme un nouveau vice-président

Au Malawi, le président Lazarus Chakwera a nommé Michael Usi comme vice-président après la mort de son prédécesseur dans un accident d'avion, a annoncé...

Kenya : un mort dans une manifestation contre les nouvelles taxes

Jeudi 20 juin, un manifestant a été tué lors d’une manifestation contre le projet de budget du gouvernement prévoyant d’instaurer de nouvelles taxes, selon...

Burkina Faso : «…On ne recule pas, on n’abandonne pas» (Ibrahim Traoré)

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, se montre rassurant deux après que l’armée a démenti toute « mutinerie » dans des...

Burkina Faso : conseil des ministres à Ouagadougou en présence du capitaine Traoré

Ce jeudi 20 juin, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, a présidé un conseil des ministres à Ouagadougou, selon la présidence, deux...

Sénégal-France : Bassirou Diomaye et Emmanuel Macron, un déjeuner pour faire connaissance

En séjour à Paris où il participe au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales ce jeudi 20 juin, le président Bassirou Diomaye...