Un patient suspect d’Ebola mis en quarantaine au Kenya

Lire aussi

Au Kenya, des tests préliminaires sur un patient suspecté d’Ebola à Mumias, ville située dans l’ouest du pays, qui s’était rendu en Ouganda, montrent qu’il pourrait ne pas être atteint du virus. C’est ce qu’ont rapporté les sources sanitaires ce vendredi 30 septembre.

D’après les données du ministère kényan de la Santé, le patient de 32 ans s’était rendu dans l’est de l’Ouganda le 15 septembre pour rendre visite à un parent.

« Pendant qu’il était en Ouganda, il a subi un traumatisme et a été coupé au membre supérieur droit. En conséquence, il a consulté un médecin dans un établissement de santé en Ouganda. La coupure a été soignée. Il a ensuite déménagé au Kenya pour des soins médicaux supplémentaires. Le mercredi 28 septembre, il a commencé à avoir du sang dans les urines et s’est rendu à l’hôpital St. Mary’s de Mumias pour une prise en charge plus approfondie », a indiqué le dossier médical du patient.

Selon Dr Charles Namasake, responsable de la santé à Mumias, le seul symptôme d’Ebola du patient saignait d’une ouverture corporelle et que l’hémorragie « pourrait être due à d’autres causes ».

« L’examen préliminaire montre qu’il pourrait être exempt d’Ebola. Il avait des traces de sang dans ses urines. Nous avons transmis l’échantillon d’urine à l’Institut de recherche médicale du Keny à Kisumu pour une analyse plus approfondie », a-t-il déclaré à un média local.

Le 20 septembre, les autorités sanitaires ougandaises ont déclaré une épidémie de maladie à virus Ebola causée par la souche soudanaise, après la confirmation d’un cas dans un village de Madudu, dans le district de Mubende, au centre de l’Ouganda.

Jusqu’à présent, l’Ouganda a confirmé une trentaine de cas d’Ebola, avec dix-neuf personnes confirmées décédées de la maladie.

Ali Maliki

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest News

Nigeria : des artistes immortalisent les 108 filles disparues de Chibok

Les visages de 108 jeunes filles nigérianes, portées disparues huit ans après leur enlèvement par des insurgés islamistes, ont...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img