Voyage sur le fleuve Congo version calvaire, express ou «de luxe»

Le bateau « Miracle de Dieu » a quitté Kinshasa et remonte lentement le fleuve Congo. A bord, des passagers disputent l’espace aux marchandises et jouent aux dames pour tuer le temps, en espérant éviter les trop fréquentes avaries et collisions.

 

L’embarcation est une « baleinière métallique », moins rapide mais réputée plus sûre que son équivalent en bois, ces longues barges généralement surchargées et déglinguées dont les naufrages font un nombre indéterminé de morts, parce qu’on ne sait jamais combien de personnes elles transportant.

 

Pour parcourir les 520 kilomètres séparant Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, de Lukolela, localité de pêcheurs de la province de l’Equateur, le Miracle de Dieu, à bord duquel un voyagé entre fin mars et début avril un photographe de l’AFP, une mis une semaine.

 

C’est le temps plus ou moins habituel, si on compte une panne de moteur en route et quelques épisodes de pluie tropicale. Selon l’équipage, lors du voyage précédent, un accident avait fait deux morts, lorsqu’une amarre avait lâché et fauché violemment des passagers.

 

En RDC, grand pays d’Afrique centrale de 2,3 millions de kilomètres carrés, les routes correctes sont rares et les liaisons aériennes ne servent qu’un nombre limité de villes. Beaucoup de commerçants n’ont pas d’autre choix que la voie fluviale pour acheminer leurs denrées.

 

Eric Ndungu, un commerçant de 41 ans, marié et père de cinq enfants, a failli perdre la vie en novembre dernier, quand la baleinière en bois dans laquelle il voyageait est entrée en collision avec un autre, lieu du Congo-Brazzaville. L’accident a fait au moins 48 morts, dit-il.

Lire aussi :  RDC: les avocats de Kalev Mutond réclament la fin des poursuites contre leur client  

 

Chaque année, Eric effectue pour son commerce trois voyages aller-retour entre Kinshasa et la province de la Mongala, en amont de l’Equateur. Pour sa sécurité, il a opté cette fois pour un bateau métallique, même s’il est un peu plus cher.

 

Ce genre de bateau est considéré comme « de luxe », mais au confort très relatif. Le luxe, c’est d’avoir une place chez le capitaine, le gérant ou les matelots. Et ceux qui ont loué un espace d’une manière quelconque font des tours pour dormir, en espérant constater en se réveillant que la baleinière a fait du chemin.

 

0% de confort

 

Les « chambres » sont en grande partie occupées par des marchandises, dont le transport rapporte plus que celui de passagers.

 

Dieudonné Mokake, 43 ans, commerçant lui aussi, estime que ce type d’embarquement offre « 80% d’assurance sur la sécurité humaine », mais « avec un confort de 10% ». Il ajoute aussitôt : « pour être honnête, je dirais même 0% ».

 

« Je m’assois à même le sol et je dors dans les mêmes conditions, à la belle étoile, exposé aux intempéries. Parfois, je trouve refuge dans une pirogue accrochée à la baleinière », raconte-t-il.

Lire aussi :  RDC : Perenco au cœur d'accusations de pollution de l’environnement à Muanda

 

« Les marchandises rapportent beaucoup d’argent, mais nos vies valent quand même quelque chose ! », s’emporte Dieudonné. Comme nombre d’autres passagers, il regrette la grande époque de l’Onatra (Office national des transports), créé au début des années 1970 et victime quelques années plus tard de la libéralisation du transport fluvial, qui a permis à tout un chacun de devenir armateur.

 

Là, affirmaient les voyageurs, le confort était assuré, il y avait des chambres pour deux personnes, chaque péniche avait un restaurant… Sur le Miracle de Dieu, comme sur les autres bateaux, chacun se débrouille avec ses provisions.

 

Au début du voyage, c’est une boîte de sardines et de pain. Ensuite, les « mamans » cuisinent à bord. Bouillie au petit-déjeuner et, au dîner, poisson du fleuve accompagné de foufou ou « chikwangue », mets traditionnels du bassin du Congo faits de farine de manioc ou de maïs.

 

En octobre dernier, selon un compte rendu du conseil des ministres, le président Félix Tshisekedi a demandé au gouvernement d’élaborer « un plan d’action » afin que le fleuve Congo joue un « rôle de moteur du développement économique » du pays.

 

Encore une fois, il était question de tout faire pour éviter les naufrages aux « lourds bilans humains », d’exiger des transporteurs des contrats d’assurances, de « lutter contre les embarcations de fortune », de renforcer la surveillance du trafic fluvial.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

Football/CAF-C1 : Al Ahly-Espérance de Tunis à guichets fermés

La Finale retour de la ligue africaine des champions de la Caf entre Al Ahly d'Égypte et l'Espérance Sportive de Tunis, prévue au Caire,...

RDC : appel à la libération d’une militante pro-démocratie et de ses collègues

En RDC, des militants pro-démocratie et des opposants exigent la libération de l’activiste Gloria Sengha Panda, coordonnatrice du mouvement Vigilance Citoyenne (Vici) et de...

Sénégal/Élim-Mondial 2026 : Aliou Cissé dévoile sa liste pour les deux prochaines journées

Pour le choc face à la RDC et à la Mauritanie, Aliou Cissé, sélectionneur des Lions de la Teranga du Sénégal, a dévoilé sa...

Burkina Faso : début d’assises nationales pour décider de la suite de la transition

Ce samedi 25 mai, des assises nationales de deux jours ont débuté au Burkina Faso, pays dirigé par un régime militaire depuis 2022, pour...

L’Égypte atteint l’autosuffisance en riz

La production égyptienne de riz a atteint 4,8 millions de tonnes par an, soit 79% de l’autosuffisance au cours de la période 2019-2020. C’est...

Sur le même thème

Afrique du Sud : le taux de chômage grimpe à 32,9%

En Afrique du Sud, le taux de chômage a grimpé à 32,9% au premier trimestre de l’année, selon des estimations par l’agence nationale des...

Ethiopie : sur le marché au khat d’Aweday, saison morose pour «l’or vert»

Le khat, « on l'appelle l'or vert », sourit Ramadan Youssouf dans sa boutique de la localité éthiopienne d'Awedaye, au sein de ce qui est décrit...

Sénégal : suspension des vols à l’aéroport de Dakar

Mercredi 9 mai, le Sénégal a suspendu les vols à l'aéroport Dakar-Blaise Diagne après que le dérapage d'un boeing  hors de la piste a...

RDC/Kinshasa : la population sous le choc après la mort d’une mère et de son fils...

Dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 mai, Francine Ntumba Kankonde et de Sarif Ismael Mukeba Tshilomba, son fils aîné, ont été...

RDC : les atterrissages et décollages suspendus à l’aéroport de Goma

Ce vendredi 26 avril, les atterrissages et décollages des avions sont suspendus suite à un aéronef qui a bloqué la piste de l’aéroport international...