Burundi-Tanzanie: Rapprochement entre les deux États

Lire aussi

Trois mois après son investiture comme président du Burundi, le général Évariste Ndahishimiye a effectué une visite en Tanzanie pour renforcer les liens diplomatiques entre leurs deux pays. C’est la première visite officielle à l’extérieur du président Burundais.

Le président burundais a eu un tête-à-tête avec John Magufuli, président tanzanien, dimanche 20 septembre 2020.

Après le refus de participer au mini-sommet de Goma en République démocratique du Congo, pour de raisons d’indisponibilité des officiels et de Covid-19, Évariste Ndahishimiye renforce ses liens diplomatiques avec un autre pays.

Pourquoi la Tanzanie?

D’aucuns estiment que le nouveau président burundais suit les traces de son prédécesseur, Pierre Nkurunziza. De son vivant, il avait déjà initié le processus de ce rapprochement avec le Tanzanie.

Selon, Évariste Ndahishimiye, il a choisi la Tanzanie parce que c’est «l’unique pays de cette région qui n’a pas assez de différends avec ses voisins ».

Les deux présidents se sont entretenus notamment sur la vente de l’or et du nickel, l’agriculture et l’élevage. Ils se sont mis d’accord sur les différents points et ils ont donné des injonctions aux ministres concernés de leurs pays d’entrer en contact pour concrétiser ces affaires.

Pour John Magufuli, «le commerce burundais dépend énormément de la Tanzanie. Plus de 95% des marchandises vendues au Burundi passent par le port de Dar-Es-Salaam» en Tanzanie.

Le président Tanzanien a rappelé que c’est depuis 2006, que «plusieurs  entreprises burundaises opèrent en Tanzanie».

Le général Évariste Ndahishimiye a aussi appeler les réfugiés burundais exilés en Tanzanie à rentrer dans leur pays pour aider l’État à se développer.

Inès Kayakumba

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Tension Ethiopie-Soudan : Abiy Ahmed, joue-t-il à l’apaisement ?

Il ne devrait pas y avoir d'hostilités entre l’Ethiopie et le Soudan. C’est que pense Abiy Ahmed, Premier ministre...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img