Cameroun : le procès en appel de 39 militants de l’opposition renvoyé

Lire aussi

Le procès en appel de 39 militants de l’un des deux principaux partis d’opposition au Cameroun, condamnés à de la prison ferme en première instance, s’est ouvert jeudi 15 septembre à Yaoundé avant d’être renvoyé au 20 octobre.

En décembre 2021, 47 militants et cadres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, rival malheureux du président Paul Biya réélu en 2018 pour un huitième mandat, avaient été condamnés de un à sept ans de prison ferme, notamment pour « rébellion ou tentative d’insurrection ». Parmi eux figurent le porte-parole et le trésorier du parti.

Ils avaient été arrêtés il y a deux ans avec des centaines d’autres personnes dans tout le pays alors que leur parti et plusieurs autres organisaient des marches pacifiques contre le régime de M. Biya, au pouvoir sans partage depuis près de 40 ans et le chef d’Etat le plus âgé au monde, avec 89 ans.

Amnesty international avait alors accusé le président de poursuivre une « implacable répression » de toute opposition, caractérisée par des « arrestations et détentions arbitraires ».

L’audience s’est ouverte jeudi devant la Cour d’appel de Yaoundé avant d’être renvoyé au 20 octobre, le ministère public ayant demandé aux juges de rejeter la plupart des requêtes en appel estimant que certains actes de procédure avaient été déposés « hors délais ».

La Cour a renvoyé l’audience pour « permettre à la défense de réagir par écrit ».

« Nos clients ne se lamentent pas. Ils savent qu’ils défendent leurs opinions et qu’un jour l’Etat accédera à ce droit pour lequel ils se battent », a déclaré à l’AFP Me Hippolyte Meli, président d’un collectif d’avocats constitué pour défendre les prisonniers politiques du MRC.

Plusieurs dizaines de policiers et un camion anti-émeute avaient été déployés aux abords du tribunal.

M. Kamto était présent en robe d’avocat pour assurer la défense de ses militants aux côtés des autres conseils, mais il n’a pas pris la parole, selon Me Meli.

« Kamto, président », ont scandé les accusés en dansant à leur arrivée. « Paul Biya doit partir », ont-ils également entonné dans la salle d’audience.

Une actualisation de la liste de militants encore détenus est prévue, certains ayant été libérés depuis le dernier décompte effectué en avril, a assuré Me Meli à l’AFP.

M. Kamto, rival malheureux de M. Biya réélu avec 71,28% des voix en 2018 dans un scrutin contesté par l’opposition, s’est longtemps présenté comme « le président élu » et a été emprisonné sans procès neuf mois durant en 2019 avant d’être relâché à l’issue d’intenses pressions internationales.

AFP/Sahutiafrica

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC : Y’Afrika, l’art au service de l’éducation

Faire du festival Y’Afrika, un lieu de rencontre et de sensibilisation sur les cultures africaines par le biais de...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img