«Consommons congolais»: nouvelle dynamique des opérateurs économiques congolais

“Consommons congolais!” Ce slogan est entendu à plusieurs reprises. Mais, la réalité est plutôt complexe. Des créateurs qui ont du mal à écouler leurs produits d’une part. D’autre part, des consommateurs qui doutent de la qualité des produits made in DRC.

Pourtant, le “consommons congolais” est souvent utilisé par des opérateurs économiques pour booster leurs affaires et mettre en valeur des produits locaux.

Le concept reste un slogan sans incidence majeure auprès de la population congolaise. Les petits entrepreneurs locaux en pâtissent.

Comment font les entrepreneurs pour survivre face à la concurrence?

Sous une tente, assise sur un tabouret en bois, face à la machine à coudre, Delma mode est entourée des ses œuvres exposées. Elle est couturière et créatrice des nuisettes, sac, foulard, t-shirt en pagne. Delma mode a du mal à convaincre ses rares clients.

«Nous avons du mal à convaincre les congolais de valider nos produits et à nous faire confiance. Nombreux préfèrent acheter les produits étrangers. Malgré les difficultés que nous rencontrons, nous faisons de notre mieux pour adapter nôtre style congolais à un style étranger pour attirer les clients» confie-t-elle à sahutiafrica.net.

Pour cette couturière, la plupart de ses clients s’attachent à la mode comme elle.

artisanat
Un cordonnier qui fabrique des babouches avec des perles (@sahutiafrica)

Une autre difficulté à laquelle est confronté les créateurs congolais dans leurs créations est l’accès aux matières premières.

Mais pour un cordonnier professionnel, créateur des sas en perles et de babouches femmes, les matières premières qu’ils utilisent coûtent chères. Il estime que c’est l’une des difficultés qui se répercute sur les prix de ses produits à la vente.

«Apprenons à valoriser nos propres styles. Car nous mettons en avant plan nos coutumes et nos valeurs. Je sais que tout début est toujours difficile mais nous allons y arriver surtout avec l’aide du gouvernement» déclare-t-il.

Christelle Pandi, une ménagère, estime que «le gouvernement doit jouer un grand rôle dans la promotion de la consommation des produits locaux. Il doit créer une usine qui va réunir nos meilleurs couturiers, cordonniers etc. avec des matériaux de qualité pour produire des meilleurs produits locaux, qui seront aussi exporté à l’étranger».

Inès Kayakumba

Les plus lus

Est de la RDC : le Conseil de sécurité de l’ONU impose des sanctions à six...

Mardi 20 février, six responsables de cinq groupes armés, actifs dans l’est de la RDC, ont été sanctionnés par le Conseil de sécurité des...

Au Burkina Faso, la junte suspend la délivrance des permis d’exportation d’or artisanal

Ce mercredi 21 février, la junte a, dans un communiqué, suspendu la délivrance des permis d’exportation d’or artisanal, semi-mécanisé et d’autres produits au Burkina...

RDC : Vital Kamerhe chez l’Informateur Augustin Kabuya

Après un tête-à-tête avec Augustin Kabuya, Informateur désigné, Vital Kamerhe, leader du regroupement AA-UNC, réaffirme son engagement au sein de la majorité présidentielle.   C’était après...

CAN 2023 : Jean-Louis Gasset revient sur son départ de la Côte d’Ivoire

Nommé entraîneur de l'Olympique de Marseille, Jean-Louis Gasset, ancien sélectionneur des Éléphants, est revenu sur son départ de la Côte d'Ivoire mardi 20 février.   «...

Est de la RDC : la France appelle le M23 à cesser les hostilités «immédiatement»

Ce mardi 20 février, la France a, dans un communiqué, appelé le M23 à cesser les hostilités « immédiatement » et se retirer de...

Sur le même thème

Au Nigeria, la baisse historique du niveau de la monnaie locale inquiète

Au Nigeria, la chute du naira, monnaie locale nigériane, sur les marchés officiels et non officiels suscite des inquiétudes des investisseurs.   La journée de lundi...

Le Niger, sous sanctions, va fournir du gasoil au Tchad, au Mali, au Burkina et au...

Le Niger, sous sanctions régionales depuis le coup d'Etat de juillet, va fournir du gasoil à plusieurs pays voisins afin qu'ils puissent combler leurs...

En Afrique, l’économie essoufflée à 17, 8% en 2023

L’économie africaine s’est essoufflée en raison d’une inflation estimée à 17,8% en 2023, a indiqué la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport. Cette...

Malawi : la banque centrale relève son taux directeur de base

Au Malawi, la banque centrale a relevé son taux d'intérêt de référence de 200 points de base à 26,0 %, citant un environnement d'inflation...

Guinée : un projet de minerai de fer de Simandou approuvé au Parlement

En Guinée, le Conseil national de transition, qui fait office de parlement, a approuvé un accord de développement conjoint pour le projet de minerai...