Internet et les dérives des temps modernes…

Tous à poil ! Les choses qui étaient autrefois cachées sont révélées. Kinshasa, en République démocratique du Congo n’y échappe pas.

 

Il était une fois internet. C’est lui, la base de cette dérive qui envahit nos vies. Dérive ? Révélation et révolution. Les barrières ont volé en éclats. Même sans le vouloir, on voit et on vit toutes ces choses que l’on ne voyait pas avant. Ces choses qui demeuraient dans le cercle privé de potes qui se choisissaient selon leurs affinités. Ces choses qui ne dépassaient pas le cadre d’une rue, d’un quartier, et pour lesquelles on surnommait des individus jugés extravagants ou ennuyeux. Ces choses pour lesquelles on réfléchissait avant de prononcer la moindre parole, parce que l’entourage scrutait et jugeait la moindre phrase. 

 

Révolution des temps modernes

 

Perdu ! On a tout perdu : le contrôle et la maîtrise de soi dans la prise de parole, dans l’expression d’un avis ou d’une opinion. Le digital immatériel a dématérialisé même le respect, la considération. Le dernier des illettrés peut se targuer de tenir tête au plus instruit de tous, au nom de…la liberté ! Les avis se multiplient et les débats sont du plus bas niveau. Oups ! C’est bien la liberté de la bêtise aussi. 

Ils sont présents sur les réseaux, tous ces nouveaux héros d’un monde virtuel qui discutent sur des choses on ne peut plus réelles. Sur l’avenir du pays et donc de nos vies. Ils sont sur leurs claviers, ces vautours d’un nouveau genre qui ne supportent pas d’être contredits mais ont un avis sur tout. Ceux qui, incapables d’avoir un argument qui tient, tombent toujours dans la bassesse de l’insulte facile.

 

Lire aussi :  Zimbabwe : la moitié de la population n'a pas accès à Internet
Restriction d’internet en Ouganda(@sahutiafrica)

Révélation des natures cachées et des limites

 

Les plus courageux affichent nom et prénom. Il leur importe peu de faire honte à leurs parents et à l’éducation qu’ils ont reçue d’eux. Soit parce qu’ils n’en ont pas reçu, soit qu’ils sont simplement à l’image de leur entourage. S’ils persistent, c’est certainement parce qu’ils sont applaudis, encouragés par une horde de « followers ». Des « suiveurs » que je qualifierai plutôt de suivistes qui donnent l’impression d’exister. Et la course à la visibilité justifie tout en fait.

Ensuite il y a ceux qui, impolis occasionnels ou permanents, se vendent pour porter leurs coups digitaux sous anonymat. Mais les deux ont ceci en commun qu’ils ont appris à vendre leurs services à des acteurs de la scène publique et politique qui certainement, pour quelques raisons que ce soient, leur ressembleraient. Ressemblance dans les valeurs et les antivaleurs partagées en commun ? Juste une question.

 

Lire aussi :  Présidentielle en Zambie : l’Internet perturbé après le vote

D’horribles phrases, horriblement écrites, en phonétique, au mépris de toute grammaire et orthographe, affichent des idées tout aussi horribles mais hélas, publiques. Et elles tombent sur nos smartphones. Tous les jours ! On est fatigué de bloquer. Nul n’aurait pensé qu’il y en avait autant.

Mais bon, passons. Les réseaux ne sont pas un salon privé. C’est une énorme toile qui touche jusqu’aux extrémités de la terre. C’est le meilleur moyen de vendre ses compétences ou ses tares à la terre entière. Eh oui ! Et tout ce qui est sur le net est…éternel ! Il faut garder cela en tête. En d’autres termes, cela vous rattrapera toujours.

Congolais !!!! Cessez de vous insulter sur la toile. Vous nous mettez tous à poil ! C’est mignon ? J’en doute.

 

Alain Djate

Les plus lus

Kenya/Athlétisme : Kelvin Kiptum, roi du marathon, décoré lors de ses funérailles

Vendredi 23 février, Kelvin Kiptum, détenteur du record du monde de marathon, décédé en début du mois, a été honoré lors de ses funérailles,...

Maroc/Football : Ilias Chair condamné à deux ans de prison

A 26 ans, Ilias Chair, international belgo-marocain, a été condamné à deux ans de prison par le Tribunal correctionnel d’Anvers, dont un an avec...

Tunisie : Moncef Marzouki condamné à 8 ans de prison

Jugé par contumace, Moncef Marzouki, ancien président de la Tunisie, a écopé de huit ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’Etat...

RDC : Pool Malebo stand-up comedy, l’humour à couper le souffle

Rires, acclamations, cris, ovations… Le spectacle d’humour « Pool Malebo stand-up comedy » a lancé sa saison dans une ambiance de joie à Kinshasa, capitale congolaise,...

Football/C1-CAF : Mazembe qualifié en quarts de finales

Grâce à sa victoire face à Pyramides FC ce samedi 24 février (3-0), le TP Mazembe valide son ticket pour les quarts de finales...

Sur le même thème

Est de la RDC : l’Unicef appelle à protéger les enfants

Alors que les combats font rage près de Saké, dans l’est de la RDC, l’Unicef a, dans un communiqué, appelé les parties impliquées dans...

Au Sénégal, l’Université Assane-Seck fermée après la mort d’un étudiant dans une manifestation

Les activités à l’Université Assane-Seck, située à Ziguinchor, sud du Sénégal, ont été suspendues après la mort d’un étudiant dans une manifestation contre le...

Cameroun: le personnel d’appui de l’Université de Maroua en grève 

La situation à l'Université de Maroua à l'extrême nord du Cameroun est préoccupante. Et pour cause, le personnel d'appui de cet Alma mater est...

Au Tchad, les étudiants déclenchent une grève illimitée

Au Tchad, les étudiants ont décrété une grève illimitée à partir du jeudi 1er février pour exiger la réinscription de leurs condisciples, exclus pour...

RDC/Tshopo : un conflit ethnique menace l’éducation

Dix-huit écoles sont fermées suite aux violences ethniques entre les communautés Mbole et Lengola depuis huit mois à Ubundu dans la province de la...