La crise malienne au centre des discussions à Kinshasa

Le Mali. Le sujet est au centre d’une discussion dans un restaurant à Kinshasa, capitale de la RDC mercredi 19 août. Dans la nuit de mardi à mercredi 19 août, le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta a démissionné de ses fonctions et annoncé la dissolution du parlement de son pays. La situation du Mali suscite des questions à Kinshasa.

“Pourquoi alors faire un coup d’Etat aujourd’hui?” demande un monsieur dans un groupe assis autour d’une table.

Le débat est lancé. «Le président IBK n’avait qu’à laisser le pouvoir et partir», répond une autre personne. Le temps s’écoule et l’intervention de l’armée n’est pas du tout apprécier. Certains disent craindre que la situation ne donne des idées aux voisins.

Dans un  taxi sur le boulevard du 30 juin à la Gombe, une auto-radio diffuse les informations. Le coup d’Etat au Mali est encore à la Une.

Lire aussi :  RDC/Nord-Kivu : l’armée libère une dizaine d’otages entre les mains des ADF à Beni

Les avis sont partagés entre le chauffeur et deux passagers. L’homme qui se trouve à côté du conducteur soutient que “le président du Mali devait laisser le pouvoir depuis longtemps, alors que la rue s’était levée contre lui. Même les Imams lui ont demandé de partir. Alors, là, avec l’armée, il paie le fruit de son entêtement”.

Un avis que ne partage pas la cliente derrière et le chauffeur. “En Afrique, nous devons apprendre à respecter les règles et les textes. On a vu ailleurs et en France par exemple, un Président détesté par la population et en baisse dans les sondages. On ne le chasse pas du pouvoir par les armes. On le sanctionne plutôt par le vote lors des élections. Mais, pourquoi en plein XXIe siècle recourir encore à des coups d’Etat comme si nous étions encore dans les années 60”?

Lire aussi :  Législatives en RDC : fin de dépôts candidatures, la liste définitive attendue

Cette situation fait penser à beaucoup de pays en Afrique où les présidents n’ont pas beaucoup d’opinions favorables. S’il faut recourir aux coups d’Etat pour faire partir les Chefs d’Etat, pourquoi alors organiser des élections couteuses pour élire quelqu’un et en finir par des coups de forces?

Il faudrait aussi tenir compte du moral des armées ainsi que leur professionnalisation dans les missions qui sont les leurs : assurer la sécurité des personnes et de leurs biens ainsi que veiller à l’intégrité territoriale. De là à avoir les appétits du pouvoir, la marge est tellement faible.

Jacques Matand’

Les plus lus

Mouelle Kombi-Samuel Eto’o, un bras de fer qui secoue le football camerounais

Au Cameroun, la Fecafoot et le ministère des Sports se livrent à un bras de fer avec des rebondissements depuis la nomination de Marc...

Côte d’Ivoire/Elim-Mondial 2026 : Emerse Faé dévoile sa liste avec plusieurs absents

Jeudi 23 mai, Emerse Faé, sélectionneur des Éléphants de la Côte d’Ivoire, a dévoilé la liste des joueurs sélectionnés pour affronter le Gabon et...

Sénégal/Élim-Mondial 2026 : Aliou Cissé dévoile sa liste pour les deux prochaines journées

Pour le choc face à la RDC et à la Mauritanie, Aliou Cissé, sélectionneur des Lions de la Teranga du Sénégal, a dévoilé sa...

RDC : Vital Kamerhe, le grand retour au perchoir de l’Assemblée nationale

Sans surprise, Vital Kamerhe, proche du président Tshisekedi, a été élu président du bureau définitif de l’Assemblée nationale dans la soirée de mercredi 22...

Gabon : l’école reprend avec la gratuité de la scolarité

Au Gabon, les élèves ont repris le chemin de l’école ce lundi 18 septembre après les grandes vacances. Cette rentrée est marquée par la...

Sur le même thème

Les problèmes de migration et d’infrastructures alimentent la désinformation des sondages en Afrique du Sud

Les propagandistes et les escrocs exploitent la xénophobie et la colère suscitée par les infrastructures défaillantes pour déclencher une vague de désinformation à l'approche...

Tchad : Allamaye Halina, Premier ministre désigné

Au Tchad, l’ambassadeur Allamaye Halina a été nommé Premier ministre jeudi 23 mai, quelques heures après la cérémonie d’investiture du président Mahamat Idriss Déby.   Cette...

Au Tchad, Mahamat Idriss Déby prête serment

Le général Mahamat Idriss Déby Itno, chef d'une junte militaire depuis trois ans au Tchad, prête serment jeudi en tant que président élu le...

RDC : Vital Kamerhe, le grand retour au perchoir de l’Assemblée nationale

Sans surprise, Vital Kamerhe, proche du président Tshisekedi, a été élu président du bureau définitif de l’Assemblée nationale dans la soirée de mercredi 22...

Le chef de la diplomatie égyptienne en Iran pour assister aux funérailles d’Ebrahim Raisi

Sameh Choukry, ministre égyptien des Affaires étrangères, séjourne en Iran, où il doit assister aux funérailles du président Ebrahim Raisi, décédé dans un accident...