Législatives en Mauritanie : large victoire pour le parti au pouvoir 

En Mauritanie, le parti au pouvoir a remporté une large victoire aux élections législatives, régionales et municipales du 13 mai, selon des résultats officiels proclamés dimanche. 

Cette victoire conforte la position du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, mais que l’opposition estime entachée par des « fraudes énormes ».

Ces élections visaient à élire 176 députés, 13 conseils régionaux et 238 conseils municipaux, à un an de l’élection présidentielle. Le parti El Insaf, du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani au pouvoir depuis 2019, a remporté 80 sièges de députés, selon les résultats officiels provisoires lus par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Dah Ould Abdel Jelil.

Une dizaine de formations membres de la mouvance présidentielle en ont obtenus 36, et l’opposition 24 dont neuf pour sa principale formation, le mouvement islamiste Tewassoul.

Un deuxième tour est prévu le 27 mai pour pourvoir 36 postes de députés de la nouvelle Assemblée nationale, deux systèmes ayant cours en fonction du type de circonscription.

Le parti au pouvoir, qui contrôle largement l’Assemblée sortante, remporte également les 13 conseils régionaux en jeu et gagne dans 165 communes sur 238. Le reste des communes se partage entre des partis de la majorité présidentielle et l’opposition.

La participation s’est établie à 71,8% pour ces élections auxquelles ont participé 25 formations politiques. Les chiffres totaux officiels doivent être validés par la Cour suprême. Le parti El Insaf était le seul à présenter des candidats dans toutes les circonscriptions.

Ses principaux challengers étaient le mouvement islamiste Tewassoul et le parti Sawab, d’obédience nationaliste arabe, qui profite d’une alliance avec le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, deuxième de la dernière présidentielle, dont la formation n’est pas autorisée.

Les partis de l’opposition ont dénoncé « des fraudes énormes », le 13 mai, lors d’un point de presse vendredi. Ils ont prévu de manifester la semaine prochaine pour les dénoncer et exiger la reprise du vote à Nouakchott et Boutilimit, localité située à 150 km à l’est de la capitale.

Une dizaine de partis de la majorité présidentielle ont également dénoncé des « manquements et des faiblesses notoires (dans le fonctionnement) de la Céni » et réclamé une reprise du vote dans tout le pays, lors d’une rencontre avec la presse jeudi.

Le président de la Céni a lui salué la participation « massive du peuple mauritanien dans le calme et la discipline », lors du vote.

La Céni « partage avec la classe politique la volonté et l’ambition fermes d’organiser des élections sans griefs », a-t-il dit, en évoquant « les difficultés énormes auxquelles elle a dû faire face dans la tenue » de ce triple scrutin.

La campagne s’était déroulée dans un climat apaisé. Un dialogue entre l’opposition et le pouvoir en début d’année avait permis d’aboutir à un consensus sur l’organisation des scrutins.

Les présidents mauritaniens ont toujours eu une forte majorité à l’Assemblée depuis l’instauration du multipartisme en 1991. Ghazouani, 66 ans, général considéré comme l’un des grands artisans de la réussite mauritanienne face au djihadisme depuis 2011 dans ses anciennes fonctions de chef de l’armée, s’est gardé de s’exprimer sur l’éventualité de briguer un second mandat. Mais sa candidature est considérée comme une évidence en Mauritanie.

« El Insaf va sécuriser une majorité dans toutes les élections et le président Ghazouani va renforcer ses chances d’être réélu en 2024 », estimait, avant les scrutins, Adam Hilelly, analyste au sein de 14 North Strategies, entreprise américaine de conseils spécialisée sur l’Afrique.

Après un ralentissement économique dû à la pandémie de Covid-19 puis la guerre en Ukraine, M. Ghazouani s’est fixé la lutte contre la pauvreté comme l’une de ses priorités. La hausse du coût de la vie est l’une des préoccupations principales des électeurs.

Les élections du 13 mai étaient les premières depuis que M. Ghazouani a pris en 2019 la tête de ce vaste pays d’Afrique de l’Ouest reconnu comme l’un des rares pôles de stabilité au Sahel, région troublée par les attaques djihadistes.

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

Vers une baisse à 35% de la masse salariale au Kenya ?

Au Kenya, le gouvernement prévoit de réduire la masse salariale de 43% actuellement à 34% d’ici à l’année 2028.   « Il est impératif de mettre...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Togo : la Cédéao dépêche une mission à Lomé

Une délégation de la Communauté économique des Etats ouest-africains (Cédéao) séjourne à Lomé, capitale du Togo, où la tension monte depuis l'adoption d'une nouvelle...

Au Nigeria, le gouvernement appelé à mettre un terme à l’accord avec Shell sur les droits...

Lundi 15 avril, Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits ont appelé le gouvernement nigérian à mettre fin à un accord, visant...

RDC : Judith Suminwa Tuluka en consultations avant la formation du gouvernement

En RDC, Judith Suminwa Tuluka, Première ministre désignée, poursuit les consultations avec les groupements politiques de l’Union sacrée, coalition au pouvoir, alors que son...