Sénégal: Magal à tout prix, malgré la pandémie

Lire aussi

Comme chaque année, la ville de Dakar est presque vidée de son monde. Dimanche 4 octobre, c’est le mouvement du grand départ vers Touba, la ville sainte pour la confrérie Mouride. «Beaucoup de gens sont entrain d’aller à Touba actuellement. Le coronavirus ne les a pas découragé», confie Mame Diarra, une mouride pratiquante. Cette année, elle n’a pas fait le déplacement pour Touba. Mame Diarra, a préféré, par prudence, rester chez elle, dans le contexte de la pandémie.

Le responsable de la communication de l’organisation du Magal, petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, indique que «les fidèles mourides sont motivés pour le 126 Magal. Il n’y a pas de baisse d’affluence cette année».

Pourtant, cette année, la pandémie du coronavirus est présente dans le monde. Et le défi pour ce grand rassemblement de la communauté Mouride, l’une des plus influente communauté musulmane au Sénégal, est le respect des gestes barrières, notamment la distanciation sociale. Touba s’attend à accueillir plusieurs millions de pèlerins. Le grand rassemblement de prière pour commémorer le départ en exil du fondateur de la confrérie Mouride, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, est prévu pour mardi 6 octobre prochain.

Cette année, le guide spirituel de la confrérie a indiqué que le port des masques est obligatoire, ainsi que le lavage des mains.

«L’Etat sénégalais, sous pression, avait déjà «autorisé» la réouverture des mosquées au public en pleine pandémie de coronavirus, pour l’Aïd el-Fitr», pour le Magal, le “politique a esquivé le débat”.

Alimasi Kambale

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

RDC : soupçonné de corruption, Vidiye Tshimanga en liberté provisoire

Proche du président Tshisekedi, Vidiye Tshimanga, 45 ans, soupçonné de corruption, est en liberté provisoire depuis mardi 27 septembre,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img