Au Niger, au moins 23 soldats tués dans une embuscade

Une embuscade djihadiste contre l’armée nigérienne a coûté cette semaine la vie à 23 soldats dans un région proche du Burkina Faso et du Mali, selon le gouvernement.

 

Depuis fin juillet 2023, le Niger est dirigé par des militaires qui ont pris le pouvoir par la force pour, selon eux, enrayer la violence djihadiste, mais les attaques continuent.

 

Le nouvelle attaque a eu lieu alors que l’armée menait mardi et mercredi une « opération de ratissage » dans la région de Tillabéri. « Au cours de leur désengagement », une unité a été prise dans « une embuscade complexe » au cours de laquelle 23 soldats ont été tués et « une trentaine de terroristes neutralisés », a annoncé jeudi soir le ministère de la Défense.

 

L’opération avait pour « objectif de rassurer les populations victimes des exactions des groupes armés terroristes : assassinats extorsion de fonds, vols de bétail… », ajoute-t-il.

 

« Plus d’une centaine de terroristes à bord de véhicules et de motos » ont attaqué une unité de l’armée entre les localités de Teguey et Bankilaré à l’aide de « bombes artisanales et de véhicules kamikazes », précise le communiqué. « Malgré la riposte énergique, nous déplorons 23 valeureux militaires tombés sur le champ d’honneur et 17 blessés ».

Lire aussi :  Au Niger, le parti de Mohamed Bazoum dénonce des «arrestations abusives»

 

La région de Tillabéri est un repaire des djihadistes sahéliens, dont ceux de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) et d’Al Qaïda.Depuis 2017, cette partie du Niger est régulièrement visée par les assauts de ces groupes armés malgré le déploiement massif de forces anti-djihadistes, visant indifféremment civils et militaires.

 

Fin janvier, 22 civils y ont été tués dans une attaque contre le village de Motogatta dans la commune de Tondikiwindi, à une centaine de km au nord de Niamey. De l’autre côté de ce grand pays sahélien, dans la région de Diffa (sud-est), près du Nigeria, le régime est également confronté aux attaques de Boko Haram et de l’Etat islamique en Afrique de l’ouest (Iswap). Depuis le 26 juillet, le Niger est dirigé par un régime militaire arrivé au pouvoir par un coup d’Etat.

 

Nouveaux partenaires

 

Les putschistes, avec à leur tête le général Abdourahamane Tiani, avaient principalement mis en avant « la dégradation de la situation sécuritaire » pour justifier leur coup. Mais les attaques jihadistes se sont depuis intensifiées.

 

 

Avant le coup d’Etat, la France, ex-puissance coloniale qui disposait de 1.500 soldats au Niger, participait activement avec l’armée nigérienne à la lutte contre ces groupes jihadistes. Les soldats français ont été contraints par le régime militaire de quitter le pays fin décembre.

Lire aussi :  Les artistes Maliens, Nigériens et burkinabè boycottés en France ?

 

Samedi dernier, le Niger a également dénoncé « avec effet immédiat » l’accord de coopération militaire passé avec les Etats-Unis en 2012, affirmant que la présence américaine était « illégale ».

 

Les Etats-Unis comptent quelque 1.100 soldats engagés dans la lutte antidjihadiste dans le pays et disposent d’une importante base de drones à Agadez (nord). Comme le Burkina Faso et le Mali voisins également dirigés par des régimes militaires et confrontés à la violence djihadiste, le Niger s’est rapproché de nouveaux partenaires, tels que la Russie, la Turquie et l’Iran.

 

Après avoir quitté la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui avait menacé d’intervenir militairement à Niamey pour rétablir dans ses fonctions le président renversé Mohamed Bazoum, ils ont créé une Alliance des Etats du Sahel (AES).

 

L’AES a décidé fin février de mettre en place une force conjointe de lutte contre les groupes djihadistes dans les trois pays.

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

En RDC, qu’en est-il du seuil de représentativité féminine dans le gouvernement Suminwa ?

Dévoilé plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, comprend 54...

RDC/Linafoot : Mazembe sacré champion

Grâce à sa victoire à domicile face au FC les Aigles du Congo ce mercredi (3-1), le TP Mazembe remporte le championnat congolais pour...

RDC/Élim-Mondial 2026 : début de stage des Léopards à Rabat

Ce mercredi 29 mai, les Léopards de la RDC entament leur stage à Rabat au Maroc pour les préparatifs de la 3ᵉ et 4e  des...

La RDC se réveille avec le nouveau gouvernement

Plus de cinq mois après l’investiture du président Tshisekedi pour un second mandat, le nouveau gouvernement a été dévoilé ce mercredi 29 mai.   Enfin, l’équipe...

Sur le même thème

Niger : le retrait des troupes américaines s’achèvera en septembre prochain

Les États-Unis devront achever le processus de retrait des troupes américaines, qui a déjà commencé au Niger, d'ici au 15 septembre prochain, ont annoncé...

Massacre de 2009 en Guinée : les victimes réclament la reconnaissance de crimes contre l’humanité

Les avocats des victimes au procès historique d'un massacre commis en 2009 en Guinée ont demandé lundi que les faits retenus contre les onze...

RDC/Linafoot : Mazembe et Lupopo dos à dos, Vita Club crispé

Le TP Mazembe et le FC Saint-Eloi Lupopo ont fait jeu égal (1-1), alors que Vita Club a été accroché par l'AS Dauphin Noir...

En Tunisie, le célèbre journaliste Mohamed Boughalleb condamné à six mois de prison 

Mohamed Boughalleb, éminent journaliste tunisien et critique du président Kaïs Saïed, a été condamné à six mois de prison pour insulte à un agent...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...