Dans la banlieue de Khartoum, chercher de l’eau au péril de sa vie

Remplir des casseroles avec l’eau du Nil, rouvrir des puits et ne plus faire de lessive : après 40 jours sans eau courante, les habitants de la banlieue nord de Khartoum peinent à s’abreuver, sous une chaleur torride.

Quand les deux généraux aux commandes du Soudan sont entrés en guerre pour le pouvoir le 15 avril, la station de traitement des eaux du Nil, qui alimente plusieurs quartiers de Khartoum-Nord en eau courante, a été touchée par les combats.

Depuis, les 300.000 personnes qui vivent dans ces quartiers n’ont plus vu un filet d’eau sortir de leurs robinets. « Au début de la guerre, nous prenions l’eau des puits des usines de la zone industrielle, mais au bout d’une semaine, les paramilitaires les ont occupées », raconte à l’AFP Adel Mohammed, un habitant.

Face aux tirs croisés des combattants qui s’affrontent jusque dans les maisons et les hôpitaux, il a dû attendre plusieurs jours avant de pouvoir sortir chercher de l’eau plus loin.

Depuis lors, dès que les combats observent une petite accalmie, Adel Mohammed part avec des voisins sur une des rives du Nil, dont les coudes découpent Khartoum et ses banlieues, pour puiser de l’eau dans des casseroles, bassines et autres brocs, alors que les températures dépassent les 40 degrés.

Mortalité infantile

Ensemble, ils remplissent une camionnette et retournent distribuer quelques litres aux familles qui vivent encore à Khartoum-Nord.

C’est ce rationnement qui a fait fuir Rached Hussein vers Madani, à 200 kilomètres au sud de Khartoum. Ce père de famille a préféré rejoindre les nombreux déplacés, un million selon la dernière estimation des Nations unies, plutôt que de ne pouvoir offrir à ses enfants ni de quoi boire, ni de quoi se doucher.

« C’est l’absence d’eau et non pas les bombardements ni les combats qui m’ont forcé à abandonner ma maison » aux pilleurs et aux paramilitaires, qui installent parfois leur QG dans les appartements des familles parties, dit-il à l’AFP.

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), les maladies causées par une eau impropre à la consommation ou par le manque d’hygiène sont l’une des principales causes de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

Un fléau qui frappait déjà avant la guerre au Soudan où 17,3 millions d’habitants n’avaient pas accès à l’eau potable. Salah Mohammed, lui, a préféré rester car il avait trouvé un point d’eau près de chez lui, le puits de l’hôpital Ahmed Qassem dont l’eau est traitée par les médecins.

Mais là aussi, depuis une semaine, les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) s’en sont emparé et les habitants ne peuvent plus en approcher.

Rachida al-Tijani, elle, a trouvé un autre puits, à l’hôpital de Khartoum-Nord. Pour réussir à prendre un peu d’eau, elle tend l’oreille. « Dès qu’on entend plus de tirs, je file au plus vite », confie-t-elle. Mais « je n’ai pas pu laver un seul vêtement depuis le début de la guerre », déplore-t-elle auprès de l’AFP.

Fauché par une balle

Lire aussi :  Guerre au Soudan : affrontements et évacuations de civils à Khartoum

Au Soudan, l’un des pays les plus pauvres au monde après deux décennies d’embargo, les infrastructures et les services publics ont toujours été déliquescents. Mais depuis le 15 avril, tout est à l’arrêt.

Les fonctionnaires sont en congé « jusqu’à nouvel ordre » et les belligérants occupent nombre d’hôpitaux, d’usines et de bâtiments publics.

Pour les remplacer, les « comités de résistance », ces groupes informels de quartier qui organisaient la mobilisation contre le pouvoir militaire avant que ne débute la guerre, ont mobilisé leurs militants.

Ensemble, ils montent des hôpitaux de campagne, créent des stations de distribution de nourriture ou conduisent des camionnettes pour collecter et acheminer de l’eau auprès des habitants.

« Depuis le début de la guerre, nous fournissons les habitants en eau », dit l’un de ces militants, qui se fait appeler Ahmed. « Au début, nous allions à la zone industrielle, mais depuis plus d’un mois nous devons rouler sept kilomètres vers des quartiers plus au nord », explique-t-il, refusant de donner son véritable nom, car militaires comme paramilitaires traquent les membres des « comités de résistance ».

Lors d’un de ces trajets, son ami Yassine a été « tué par balle ». L’eau, encore une fois, manquait. « On a été obligés de l’enterrer sans pouvoir laver son corps avant de le mettre en terre ». 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

RDC : Didier Budimbu et l’ambition de redorer l’image du stade des Martyrs

Après une visite au stade des Martyrs de la pentecôte à Kinshasa, capitale congolaise, Didier Budimbu, ministre congolais des Sports, veut « redorer son...

Egypte : le gouvernement plonge les coupures d’électricité quotidiennes à trois heures

En Egypte, le gouvernement a plongé les coupures d'électricité quotidiennes à trois heures dimanche et lundi, en réponse à une augmentation de la consommation...

Nigeria : près de sept morts dans l’attaque d’hommes armés dans l’Etat de Katsina

Des hommes armés, appartenant à une communauté, ont tué au moins sept personnes dans l’Etat de Katsina, dans le nord du Nigeria, dans la...

Football : la CAF dévoile les dates officielles de la CAN 2025

Vendredi 21 juin soir, la Confédération Africaine de Football (CAF) a, dans un communiqué, dévoilé les dates officielles de la prochaine édition de la...

Football/Elim-Mondial 2026 : Meschack Elia porte la RDC face au Togo

Buteur dans les premières minutes du match, Meschack Elia permet à la RDC de s'imposer sur le Togo ce dimanche 9 juin, en match...

Sur le même thème

Egypte : le gouvernement plonge les coupures d’électricité quotidiennes à trois heures

En Egypte, le gouvernement a plongé les coupures d'électricité quotidiennes à trois heures dimanche et lundi, en réponse à une augmentation de la consommation...

Au Kenya, la pression ne faiblit pas contre les hausses d’impôts

Nouvelle journée de mobilisation ce jeudi 20 juin à Nairobi, capitale du Kenya, où la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des...

Kenya : le gouvernement retire la plupart de ses projets contestés de nouvelles taxes

Le gouvernement kenyan a retiré mardi de son projet de budget 2024-25 la plupart des nouvelles taxes impopulaires, notamment sur le pain et les...

Kenya : la police disperse une manifestation contre l’instauration de nouvelles taxes

Au Kenya, une manifestation contre un projet de budget 2024-2025 qui prévoit de nouvelles taxes a été dispersée par la police à coups de...

RDC : des ONG alertent sur la situation des travailleurs du cobalt et du cuivre

Les ONG RAID et CAJJ ont, lors d’une conférence de presse mardi 11 juin, dénoncé les conditions de travail et de rémunération des mineurs...