Elections Afrique du Sud : bataille serrée en pays zoulou entre l’ANC et le parti de Zuma

Les baffles hurlent une musique différente dans les stands de campagne des partis rivaux : dans le pays zoulou, en Afrique du Sud, la bataille est serrée entre l’ANC et le parti de Jacob Zuma pour grappiller encore quelques centimètres de terrain avant les législatives mercredi.

 

Le KwaZulu-Natal (KZN), province du sud-est ouverte sur l’océan Indien, est traditionnellement un bastion du Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis la fin de l’apartheid. Avec plus de 20% des électeurs inscrits, soit à peine moins que la province la plus peuplée du pays, le Gauteng, qui compte Johannesburg et Pretoria, le KZN est une région clé pour le prochain scrutin présenté comme le plus disputé des trente dernières années.

 

Mais sous les toits ronds des huttes traditionnelles de la campagne zouloue, ils sont nombreux à avoir abandonné leur loyauté envers le parti historique. A nouveau, ils se sont laissés convaincre par l’ex-président Jacob Zuma (2009-2018), interdit de candidature à un siège de député mais de retour dans l’arène politique, à la tête d’un nouveau parti baptisé du nom de la branche armée de l’ANC du temps de la lutte contre l’apartheid, Umkhonto We Sizwe (MK).

 

« Nous avons besoin de changement depuis longtemps », dit à l’AFP Thokozani Mthembu. Originaire du village de KwaXimba, il a rejoint les rangs du MK, devenant l’un des responsables locaux du petit parti radical né juste quelques mois avant le scrutin.

Lire aussi :  L'Afrique du Sud va envoyer plus de 100 guépards en Inde pour réintroduire l'espèce

 

Selon les enquêtes d’opinion, l’ANC risque de perdre sa majorité absolue au Parlement le 29 mai, oscillant entre 40 et 47% des voix des intentions de vote. Et certains sondages suggèrent que le MK pourrait l’emporter dans le KZN.

 

Quelque 27,6 millions d’électeurs sont appelés mercredi à choisir 400 députés, qui éliront ensuite le président. Une cinquantaine de partis sont en lice.

 

«Regagner le pouvoir»

 

Si l’ANC passait sous la barre des 50%, il serait contraint à nouer des alliances pour se maintenir au pouvoir et conduire des négociations autour de la formation d’un gouvernement de coalition. Dans le KZN, des tensions sont montées pendant la campagne, selon des membres du MK.

 

Thokozani Mthembu raconte notamment qu’en janvier, après un rassemblement de plusieurs centaines de sympathisants en présence de M. Zuma, 82 ans, le MK a fait l’objet d’intimidation de la part de partisans de l’ANC.

 

L’ANC dément : « Nous n’avons qu’un seul objectif, gagner les élections sans menacer aucun autre parti », a assuré à l’AFP Sihle Gwala, un représentant local. Plus tôt en mai, la police a mis en garde contre « des déclarations susceptibles d’inciter à la violence ou créer la panique », après la diffusion d’un enregistrement affirmant que onze personnes ont été abattues dans un règlement de comptes politique.

Lire aussi :  Crise russo-ukrainienne : l’Afrique du Sud se prépare à des problèmes d’approvisionnement de carburant

 

Nicolas Ndlovu, ancien combattant de la lutte contre l’apartheid de 66 ans, raconte avoir voté toute sa vie pour l’ANC. Mais après trente ans de règne du parti, il exprime sa déception face à un chômage endémique, une pauvreté grandissante et des coupures d’eau, d’électricité qui empoisonnent le quotidien.

 

En basculant dans l’opposition, l’ANC retrouvera peut-être une raison de « travailler plus dur et regagner le pouvoir », dit-il.

 

En visite le mois dernier dans le village aux rues recouvertes d’affiches de partis qui ont promis de détrôner l’ANC, le président Cyril Ramaphosa, 71 ans, qui compte sur un second mandat, a appelé les électeurs à ne pas se laisser tenter par ceux qui veulent « grignoter » du terrain, affirmant qu’ils n’accèderont de toute façon pas au pouvoir.

 

Mais pour Nkazimula Makhanya, 26 ans et au chômage, Jacob Zuma qu’il surnomme « le vieil homme », les mènera sûrement « vers la victoire ».

 

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

DRC Mining Week 2024: Déficit de l’énergie en RDC, Hugo Sinza de TFM propose des actions...

Le déficit en énergie pose de plus en plus problème à l'industrie en général et à l'industrie minière en particulier. La DRC Mining Week...

Sur le même thème

RDC/Kongo Central : nouvelle date pour l’élection du gouverneur 

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a fixé la nouvelle élection du gouverneur et vice-gouverneur dans la province du Kongo Central, située dans l'ouest...

Législatives en Afrique du Sud : décompte en cours

Ce jeudi 30 mai, le décompte des législatives est en cours en Afrique du Sud, au lendemain d'un vote qui s'est parfois prolongé tard...

Au Tchad, jour de vote pour la présidentielle 

Ce lundi 6 mai, les Tchadiens votent un chef de l’Etat à l’issue d’une présidentielle, censée mettre fin à une période de trois ans...

RDC : l’élection des sénateurs et gouverneurs retardée d’une semaine

En RDC, l'élection des sénateurs et gouverneurs de provinces et leurs adjoints est retardée d'une semaine, a annoncé la Commission électorale nationale indépendante (Céni)...

Au Mali, pas d’élection sans le retour de la stabilité (Choguel Maïga)

A quand la tenue des élections pour le retour à l’ordre constitutionnel au Mali ? « La phase de stabilisation doit atteindre un point de non-retour,...