Incursion des miliciens à Bunia: le député Gratien IRACAN exige la démission du gouverneur

Lire aussi

«Nous exigeons la démission du gouverneur Jean Bamanisa. L’incursion des miliciens de la Codeco à Bunia le 4 septembre dernier est un scandale d’état, c’est inimaginable» s’emporte Gratien Iracan, député élu de Bunia.

Vendredi 4 septembre dernier, un groupe des miliciens de la Codeco, Coopérative pour le développement du Congo, est entré dans la ville de Bunia, province de l’Ituri, pour réclamer la libération de leurs membres détenus à la prison.

Le député Gratien Iracan, dit ne pas “comprendre comment des rebelles qui ont tué, violé et commis beaucoup d’atrocités peuvent venir dans une ville et repartir comme si de rien n’était? Qu’est ce qui serait arrivé si les miliciens décidaient de s’en prendre à la population?” questionne l’élu de Bunia.

Pour lui, le Président de la République devrait «limoger les autorités de la province de l’Ituri. Je veux dire, le gouverneur, les généraux militaires et policiers. L’entrée des rebelles et leur départ sous escorte prouve qu’il y a une certaine complicité avec les autorités locales».

Lire:

RDC: Qu’est-ce qui se passe réellement à Bunia avec la milice Codeco?

Ituri: un député national dénonce l’absence des forces de l’ordre

Le gouverneur Jean Bamanisa qui déplore l’incident trouve la question plus complexe. Pour lui, “l’entrée à Bunia des miliciens est une humiliation. Mais comment faire face aux défis sécuritaire que nous avons à Bunia sans avoir les moyens nécessaires? Les ressources manquent, alors que nous avons fait la demande auprès des autorités compétentes ici à Kinshasa”, déplore le gouverneur de l’Ituri.

Le gouverneur revient sur la question plus en détails dans une interview exclusive à paraître prochainement dans sahutiafrica.net

Jacques Matand’

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Algérie : la condamnation de Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie, confirmée en appel

Mardi 28 juin, la condamnation à 20 ans de prison ferme par contumace de Chakib Khelil, l'ex-ministre de l'Energie,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img