Ouagadougou confirme sa demande de retrait des troupes françaises

Lire aussi

Alors que les rassemblements populaires contre la présence française se multiplient au Burkina Faso, Ouagadougou confirme avoir demandé le retrait de troupes françaises de son territoire dans un mois.

« Il ne s’agit pas de la fin des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la France », tempère Jean-Emmanuel Ouédraogo, porte-parole du gouvernement burkinabé. Pour lui, cette demande n’est pas liée à un événement en particulier.

« C’est lié à la volonté aujourd’hui, des autorités de la transition et de l’ensemble des Burkinabè, d’être les acteurs premiers de la reconquête de notre territoire », a-t-il dit. M. Ouédrago affirme que cette dénonciation est dans l’ordre normal des choses. Selon lui, elle est prévue dans les termes de l’accord militaire.

Pourtant, le président Emmanuel Macron a affirmé attendre une confirmation de la population burkinabé « au plus haut niveau ».

Le mercredi dernier, le ministère burkinabè des Affaires étrangères a, dans un courrier, dénoncé et mis fin dans son entièreté à l’accord du 17 décembre 2018 relatif au statut des forces armées français, qui interviennent au Faso. Dans un discours, Emmanuel Macron, président français, a

Le Burkina Faso, en proie à des attaques de groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda et à l’État islamique (EI), héberge actuellement un contingent de près de 400 forces spéciales françaises, la force Sabre.

La Rédaction

- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img

Latest News

Kampala refuse de renouveler le mandat du Haut-commissariat des droits de l’Homme de l’Onu

Ce mercredi 8 février, l’Ouganda a annoncé le non-renouvellement du mandat du Haut-Commissariat des droits de l'Homme des Nations...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img