Jeûne mortel au Kenya : les recherches se poursuivent déjà 98 morts

Au Kenya, les recherches de corps se poursuivent dans la forêt de Shakahola, où sont morts au moins 98 membres d’une secte prônant de jeûner pour « rencontrer Jésus ».

Huit nouveaux corps ont été exhumés mercredi. « Nous avons eu beaucoup de difficultés aujourd’hui avec la pluie mais au final, nous avons eu huit corps sortis », a déclaré une source policière à l’AFP.

Jusque-là, les recherches ont permis de retrouver jusqu’à présent trente-neuf personnes vivantes dans la vaste zone de « bush » de 325 hectares quadrillée par les enquêteurs, a précisé plus tôt dans la journée la préfète de la région Rhoda Onyancha.

Selon elle, vingt-deux personnes ont été placées en détention. Entre-temps, les exhumations sont en cours et la majorité des victimes sont des enfants. « Le chef de la secte avait préconisé d’affamer les enfants en premier, puis les femmes et enfin les hommes avant la fin du monde qui devait venir en juin », ont confié les sources proches de l’enquête. Elles soulignent « la nature macabre des pratiques de la secte ».

Lire aussi :  Mondiaux d’athlétisme : la Kényane Peres Jepchirchir déclare forfait

Hassan Musa, un responsable de la Croix-Rouge kényane, a indiqué qu’au moins trois-cent onze personnes dont la moitié constituée des mineurs ont été déclarées portés disparus auprès de l’organisation à Malindi.

Les victimes ont été retrouvés morts, enveloppés dans des tissus en coton et déposés dans des fosses peu profondes, ont-ils ajouté. La découverte de fosses communes dans cette forêt de l’est du Kenya a plongé le pays dans la stupeur.

Entre l’angoisse et l’inquiétude, les familles des personnes disparus se sont réunies devant la morgue de Malindi, où les corps des victimes ont afflué au-delà des capacités de la morgue, cherchant à connaître le sort de leurs proches disparus.

La révélation de ce qui est désormais appelé le massacre de la forêt de Shakahola a provoqué de nombreux appels à la répression vis-à-vis des sectes dans ce pays à majorité chrétienne.

Lire aussi :  Kenya : vers des sanctions occidentales contre Raila Odinga ?

Le président kényan William Ruto a promis de prendre des mesures contre les pasteurs autoproclamés tels que M. Nthenge, qui veulent utiliser la religion pour promouvoir des idéologies bizarres et inacceptables.

Depuis les premières découvertes la semaine dernière, des interrogations sont apparues sur les raisons pour lesquelles M. Nthenge a pu agir sans être inquiété par la police, alors qu’il avait déjà été arrêté une première fois en 2017 sur des accusations de radicalisation.

Selon les médias locaux, le pasteur autoproclamé a été arrêté de nouveau le mois dernier, après la mort de deux enfants affamés par leurs parents liés à la secte. Des accusations qu’il a rejetées et a été libéré contre une caution de 100.000 shillings kényans (environ 670 euros). M. Nthenge doit comparaître au tribunal le 2 mai prochain.

Mervedie Mikanu

Les plus lus

DRC Mining Week édition 2024 : remédier au manque de capacité énergétique, Kibali Gold Mine livre...

Comment remédier au manque de capacité énergétique ? Jean-Paul Ilunga Mbayo, ingénieur en électricité de Kibali Gold Mine, filière de Barrick Gold, a livré l’expérience...

DRC Mining Week 2024 : Malia Agency innove avec l’introduction de la « moto électrique » sur le...

En marge de l'événement phare de l'industrie minière congolaise, la DRC Mining Week, organisée du 12 au 14 juin à Lubumbashi, Flavien Bwira, directeur...

Football/Elim-Mondial 2026 :  le Soudan, solide leader du groupe B

Grâce à leur victoire dans le choc de deux Soudans (3-0), les Crocodiles du Nil consolident leur première place dans le groupe B au...

Kenya : le gouvernement approuve la vente de ses actions dans six sociétés cotées

Au Kenya, le gouvernement prévoit de vendre ses actions dans six sociétés cotées, dont un cimentier et la bourse des valeurs du pays, a...

Le Sénégal entame la production du premier champ pétrolier offshore

Ce mardi 11 juin, le Sénégal a annoncé le démarrage de la production du premier projet offshore, rejoignant le club des pays producteurs de...

Sur le même thème

RDC : des ONG alertent sur la situation des travailleurs du cobalt et du cuivre

Les ONG RAID et CAJJ ont, lors d’une conférence de presse mardi 11 juin, dénoncé les conditions de travail et de rémunération des mineurs...

L’Ouganda dans le noir pendant plusieurs heures

Vendredi 7 juin, l'Ouganda a été frappé d'une panne d'électricité à l'échelle nationale pendant plusieurs heures, a annoncé l'opérateur public du réseau électrique.   Il indique...

Le Nigeria ralentit par une grève générale, reprise des négociations sur le salaire minimum

Ecoles et aéroports fermés, coupures d'électricité : le Nigeria a tourné au ralenti lundi à cause d'une grève générale liée à un accord entre...

Au Nigeria, les principaux syndicats entament une grève illimitée

Ce lundi 3 juin, les principaux syndicats nigérians ont annoncé le début d’une grève illimitée après n’avoir pas trouvé un accord avec le gouvernement...

Afrique du Sud : le taux de chômage grimpe à 32,9%

En Afrique du Sud, le taux de chômage a grimpé à 32,9% au premier trimestre de l’année, selon des estimations par l’agence nationale des...