RDC/Procès de Rossy Mukendi : «…cette peine est à la hauteur des faits commis par Carine Lokeso» (Arsène Yannick Tshimanga)

Lire aussi

Dans une interview à Sahutiafrica, Arsène Yannick Tshimanga, petit frère de Rossy Mukendi, activiste pro-démocratie tué en 2018, confie que sa famille est à moitié soulagé après le verdict de la Cour militaire de Kinshasa/Matete. Le colonel Carine Lokeso, principale accusée, est condamnée à la prison à perpétuité. Elle a été reconnue coupable du meurtre de Rossy Mukendi et de violation de consignes. Pour Arsène Yannick Tshimanga, cette peine est à la hauteur des faits commis par le colonel Carine Lokeso.

En 2018, Rossy Mukendi, 36 ans, avait été tué alors qu’il participait à une manifestation organisée par le Comité laïc de coordination (Clc) pour réclamer le départ de Joseph Kabila, ancien président congolais ainsi que la tenue des élections.

Sahutiafrica : Quels sont vos sentiments après que le colonel Carine Lokeso a été condamnée à la prison par la Cour militaire ?

Arsène Yannick Tshimanga : Le verdict rendu hier nous a donné un double sentiment. Sur le plan pénal, c’est un sentiment de joie. La vie humaine étant sacrée, c’est une peine qui est à la hauteur des faits commis par le colonel Carine Lokeso. Et sur le plan civil en ce qui concerne les dommages et intérêts, la famille éprouve un sentiment de désarroi dans la mesure où on a quantifié la mémoire de Rossy a une somme dérisoire. Cette somme de 100.000 Usd que la cour fixe pour donner à la famille, c’est une manière de cracher sur la mémoire de Rossy.  J’ai déjà donné une procuration aux avocats pour interjeter appel.

SA : Rossy Mukendi avait été tué, alors qu’il participait à une manifestation pour réclamer la tenue des élections et le départ de Joseph Kabila, ancien président congolais, en 2018. Comment avez-vous vécu l’événement ? Et comment avez-vous passé votre deuil ?

AYT : On n’avait pas fait de deuil, mais on avait enterré Rossy parce qu’on ne pouvait pas faire le deuil sans connaître les auteurs de l’assassinat de Rossy.

SA : Est-ce que le gouvernement congolais prend en charge ses enfants depuis le décès de leur père ?

AYT : Personne n’a pris en charge ses enfants. Nous, la famille de Rossy, qui assumons la responsabilité de scolariser les enfants. La preuve en est que l’aîné commence l’université cette année.

Propos recueillis par Ravanelly Ntumba

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Nigeria : un responsable en charge des finances publiques arrêté sur fond de détournement

Ahmed Idris, contrôleur général des finances publiques du Nigeria, a été arrêté lundi, pour son implication dans une supposée...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img